Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 23:18

 

 

 

Par RFI 24-06-2015 à 16:24

 

Depuis lundi et jusqu'à vendredi, une délégation centrafricaine est à Luanda en Angola où se déroule la session du processus de Kimberley, l'organisation qui régule le commerce international du diamant. Depuis 2013, la Centrafrique est suspendue du processus de Kimberley et espère sa prochaine réintégration.

 

En 2013, la Centrafrique s’embrase. Le pays s’enfonce dans un conflit et est rapidement suspendu du processus de Kimberley. Cela signifie que la RCA ne peut plus exporter ses diamants. Aujourd’hui, le pays espère cette fois une levée partielle de l'embargo qui lui permettrait d'exporter à nouveau les diamants.

 

Une autorisation qui ne concernerait, insiste bien Joseph Agbo, le ministre centrafricain des Mines qui conduit la délégation à Luanda, que les mines de l’ouest du pays : « Ce sont des zones qui ont été choisies en raison d’un certain nombre de critères qui tiennent au retour de la sécurité, à la reprise d’activités dans ces zones et au retour effectivement de l’administration sous toutes ses formes. C’est ça qu’on est en train de définir comme étant des zones « vertes ». Avant même que la mission de revue du processus de Kimberley en Centrafrique, nous-mêmes nous avons sillonné ces zones. On a envoyé trois, quatre missions qui sont parties en direction de Nola, de Berberati, qui sont allées sur les chantiers. Nous avons recensé les artisans miniers, les ouvriers régulièrement enregistrés qui sont à jour de leur patente, qui ont leur carte ».

 

La décision du processus de Kimberley devrait être connue vendredi. Une décision cruciale pour toute l'économie du pays, comme le rappelle le ministre Joseph Agbo : « Non seulement ça permet quand même de commencer à renflouer la trésorerie de l’Etat, mais en plus ça permet surtout de soulager les populations centrafricaines des zones minières concernées. Le diamant fait quand même vivre plus d’un million de personnes sur quatre millions ».

La RCA espère une levée partielle de l’embargo sur les diamants

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com