Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 17:41

 

 

 

Bangui, 25 juin (CAP) Lors d’une conférence de presse le 12 juin dernier, Godefroy Mokamanédé le vice-président de l’ANE avait déclaré que le montant du Basket Fund pour les élections était de 43.483.745 USD soit 23 milliards F CFA. L'Union européenne a quant à elle annoncé une contribution de 18 millions d'euros soit environ 11 milliards F CFA et déjà décaissé 8.483.563 euros soit environ 5 milliards F CFA ; l'Ambassade de France a décaissé 559.060 euros soit environ 328 millions F CFA et le PNUD, 2 millions de dollars soit environ 1 milliard F CFA ». Il resterait donc un gap de 18 millions USD (10.457.700.000 F CFA) soit 49 % du budget initial des élections « que nous sommes en train de rechercher et de mobiliser » avait déclaré depuis Johannesburg Catherine Samba-Panza en marge du dernier sommet des chefs d’état de l’UA.

 

Dans sa brève allocution d’ouverture de la session extraordinaire du CNT qui doit examiner et adopter les amendements du code électoral, le président du parlement de transition Alexandre Ferdinand Nguendet a pointé en ces termes le coût à son avis exorbitant des élections en préparation : « Alors que le coût des élections à problème de 2011 tournait autour de  7 milliards de FCFA, le budget des élections de 2015 est estimé au triple de ce montant en espérant qu’il allait être soutenu par les partenaires du pays » a-t-il fait remarquer avant d’ajouter que « Cela n’est pas sérieux de notre part et je pense que nous devons revoir ce budget pour le rendre plus souple et tenable car il faut pouvoir mettre notre pays sur les rails de la normalité constitutionnelle en comptant surtout sur nos propres forces ». 

 

Selon un expert du PNUD que la rédaction de CAP a interrogé et qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, « le prétendu gap n’existe pas en réalité car un pays comme la RCA n’a pas besoin de 20 milliards de F CFA pour organiser des élections de surcroît groupées et sans biométrie ». Toujours d’après notre expert, « le poste « logistique » qui est souvent le plus coûteux du budget des élections, sera cette fois-ci pris en charge par les moyens aériens et terrestres de la Minusca donc le coût de ces élections devrait être allégé ».

 

En fait, ce qui a artificiellement gonflé le budget proprement dit des élections 2015 mis au point par l’ANE est le fait d’avoir ajouté celui du fonctionnement de cette structure qui n’a rien à voir avec les élections de 2015 d’où la vingtaine de milliards de F CFA que réclame à tort l’ANE. C’est un secret de polichinelle à Bangui que les membres de l’ANE vivent un grand train de vie et il leur est également reproché, tout au moins en ce qui concerne le président et son adjoint, de fréquents voyages en première et classe affaire.

 

Plusieurs cas de surfacturation de frais de mission sont aussi évoqués par des sources internes mêmes à l’ANE ayant requis l’anonymat. Dernièrement encore, le président de l’ANE s’est vu opposer le refus de la cheffe de transition alors que celui-ci, déjà présent à Douala, comptait rejoindre Catherine Samba-Panza à Johannesburg, soi-disant pour plaider  le financement du fameux gap du budget électoral. Il a été sommé de regagner immédiatement Bangui.

 

Il n’y a pas longtemps, alors que plus de soixante-dix tonnes de matériel électoral venaient de débarquer à l’aéroport Bangui Mpoko, sollicitée pour en prendre possession, l’ANE a prétexté qu’elle ne travaillait pas les samedis. Il a fallu le rappel à l’ordre du ministre de l’administration du territoire pour que des responsables de l’ANE daignent se rendre à l’aéroport afin de s’occuper de mettre à l’abri ce matériel.  

Centrafrique : divergences sur le budget des élections

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com