Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 23:40

 

 

 

par Bastien Duhamel le 22 juin 2015 à 20:00

 

23/06/15 (45enord)

 

L’ancienne juge de la Cour suprême du Canada Marie Deschamps à été désignée par le secrétaire général des nations unies pour présider le comité en charge d’examiner la réponse de l’ONU aux allégations d’agressions sexuelles sur des enfants par des soldats français en République centrafricaine.

 

Après avoir livré ce printemps son rapport sur les inconduites sexuelles au sein des Forces armées canadiennes, l’actualité de Marie Deschamps bat son plein avec cette nouvelle nomination, cette fois d’une envergure internationale.

 

Le porte-parole des Nations Unies, Stéphane Dujarric, a annoncé que le comité se mettrait au travail à partir du début du mois de juillet pour produire un rapport dans un délai de 10 semaines. De ce dernier devrait émerger une série de recommandations sur les procédures et futurs moyens de réponse à dispositions de l’ONU face à de telles accusations.

 

«Toutes allégations d’abus d’autorité ou de représailles par des hauts responsables» feront l’objet d’une attention toute particulière auprès des membres du comité a indiqué le porte parole.

 

Aux côtés de la Canadienne Marie Deschamps figureront Hassan Jallow, de la Gambie, le procureur en exercice du Tribunal pénal international pour le Rwanda, et Yasmin Sooka, directrice générale de la Fondation pour les Droits de l’homme en Afrique du Sud.

 

Des documents confidentiels ont montré que les plus hauts responsables des droits humains aux Nations unies n’avaient agi qu’au bout de six mois concernant les allégations d’agressions recueillies par les Casques Bleus français il y a maintenant un an de cela.

 

Des enfants, dont certains âgé d’une dizaine d’années, avaient formulé des allégations d’abus sexuel commis par des membres de l’armée française, notamment en échanges de denrées alimentaires.

 

Jusqu’à maintenant, la seule personne sanctionnée fut l’employé des Nations Unies ayant averti les autorités françaises, Anders Kompass.

 

Alors que les autorités françaises ne cessaient de réclamer plus d’informations, la France a ouvert le mois dernier une enquête judiciaire formelle.

 

Rappelons que l’armée française était intervenue en Centrafrique en décembre 2013 dans le cadre de l’Opération SANGARIS sur mandat des Nations Unies pour soutenir les opérations de rétablissement de la paix orchestrées par l’Union Africaine.

 

Si les autorités françaises avaient une l’approbation légale de cette intervention militaire, les troupes françaises n’ont à aucun moment été sous commandement onusien.

 

 

Après les inconduites sexuelles chez les FAC, l’ex juge Deschamps s’attaque aux abus sexuels français en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com