Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 09:06

 

 

 

04/05/15 (AFP)

 

APA –Bangui (Centrafrique) - La Présidente de Transition en Centrafrique, Catherine Samba Panza, a appelé, lundi à Bangui ses compatriotes à faire de leur propre affaire le processus électoral, soulignant que sa non candidature à la présidentielle ne l’empêchera pas de veiller ‘’sur une bonne organisation des élections’’ afin d’éviter à son pays de ‘’replonger dans l’abîme’’.

 

‘'La Transition est le fruit d'un compromis national et international. Tout doit être mis en œuvre pour qu'au mois d'août, un gouvernement démocratique soit né. Comme je ne suis pas candidate, je veillerais sur une bonne organisation des élections pour nous éviter que le pays ne replonge dans l'abîme. Le processus électoral est l'affaire de tout le monde'', a dit Catherine Samba-Panza, à l'ouverture des travaux du forum national de réconciliation de Bangui.

 

‘'Les images de la société centrafricaine ont été ternies dans le monde par des actes barbares, il faut profiter du forum pour montrer au monde que c'est d'un peuple digne'', a-t-elle préconisé avant de souligner que ‘'le forum n'est ni un tribunal populaire ni un cadre de calcul politicien pour distribuer des primes à l'impunité. Les participants doivent avoir une pensée profonde envers les victimes afin de dégager des perspectives prometteuses pour des enfants, femmes centrafricaines''.

 

Insistant sur le sens de la rencontre, la présidente centrafricaine a affirmé que celle-ci était ‘'un cadre intégrateur sociologique, politique, pour proposer des solutions innovatrices pour un pays moderne. C'est une occasion de mûrir les questions qui nous opposent et divisent pour une nouvelle République Centrafricaine''.

 

Auparavant, le Président congolais Denis Sassou-Nguesso, médiateur international de la crise, s'était réjoui du privilège qu'il avait de s'adresser ‘'en Centrafrique, au cœur de l'Afrique, pays de rêve de Barthelemy Boganda, sans calcul, avec humilité''. ‘'Je ne suis pas un donneur de leçons, mon pays a connu les mêmes difficultés que le vôtre'',, a-t-il dit avant d'ajouter : ‘'je vous parle en citoyen d'Afrique, fils d'Afrique centrale, voisin, frère, ami et le vrai''.

 

Pour Denis Sassou Nguesso, ‘'le chemin de la paix est long et ardu mais le succès est à la porté des Centrafricains parce que tous ont la volonté d'arriver à la paix car la dynamique de la paix et d'unité est avec le peuple qui l'a exprimé à travers la consultation populaire à la base organisée en prélude au forum''

 

‘'Le forum sera une occasion de mettre à profit la population dans l'application effective de l'accord de cessez-le-feu de Brazzaville, de refonder les Forces armées centrafricaines et la nation centrafricaine mais de mettre en place le Désarment, la Démobilisation et la Réinsertion (DDR) des ex combattants. C'est une occasion de recherche de thérapies susceptibles de conjurer le démon de la division et de la guerre en Centrafrique'', a dit Denis Sassou Nguesso, selon qui ‘'La priorité de la transition est l'organisation des élections dans le délai prévu, car il faut que tout le monde respecte les textes qui régissent la transition, c'est souvent au port que les bateaux chavirent''.

 

A l'ouverture des travaux qui ont démarré avec deux heures de retard sur le programme officiel au Conseil national de transition, beaucoup d'orateurs se sont succédé à la tribune, à l'image du maire de Bangui, Hyacinthe Wodobodé, des enfants en femmes de Centrafrique qui ont tous délivré des messages de paix.

 

La communauté internationale, à travers plusieurs institutions, a aussi délivré son message. Ainsi, l'union africaine a relevé tous les efforts qu'elle a faits pour ramener la stabilité en Centrafrique avant d'appeler les Centrafricains a profiter du forum pour tourner la page de l'instabilité.

 

Pour le représentant des Nations Unies en Centrafrique, le général Babacar Gaye, ‘'les Centrafricains sont en face de multiples choix et défis. Mais les élections générales s'imposent comme l'unique voie dans un proche avenir pour un retour définitif à la paix en Centrafrique''.

 

Le Premier ministre tchadien a lu le discours du Président Idriss Déby, Président de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), disant notamment aux Centrafricains que le forum était ‘'une occasion de faire la différence avec les autres dialogues qui ont déjà eu lieu. C'est l'occasion de créer les conditions économiques, sécuritaires, politiques en vue d'un retour à la paix par les élections démocratiques''.

RCA : Catherine Samba Panza appelle à ne plus ''replonger dans l'abîme''

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com