Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 23:48

 

 

Centrafrique/Bangui : A quatre jours du forum de Bangui, les réclamations sur les quotas restent vives

 

Bangui, 30 avril 2015 (RJDH)— C’est la société civile, les partis politiques et les groupes armés réclament plus de représentativité. Ces revendications sont encore vives même si tout semble être prêt pour la tenue de ces assises le lundi prochain.

 

 A Bangui, des banderoles sont attachées aux principaux carrefours de la capitale banguissoise, des peintres badigeonnant les mêmes coins sont autant de signes avant-coureurs de la tenue du forum le 04 mai prochain. Mais les revendications restent aussi visibles.

 

Les premières réclamations ont émané des groupes armés. Abdoulaye Isseine, ancien ministre et cadre de l’ex-Séléka trouvait insuffisant le nombre de places réservées aux groupes armés. Pour lui, « l’ex-Séléka est un groupe plus important que les Anti-Balaka. Il ne peut donc pas avoir le même nombre de places que ces derniers ».

 

La société civile a rejoint la danse peu après en demandant que soit revu à la hausse le nombre de places qui lui est réservé. Il y a entre autres la Coordination des Organisations des Musulmans Centrafricains (COMUC), pour qui 13 places pour la communauté musulmane signifie rejet de ces derniers du processus de la réconciliation en République Centrafricaine.

 

« Sur la question de la représentativité de la communauté musulmane aux  assises de Bangui, nous rejetons en bloc le quota actuel. Car la statistique démontre que c’est au sein de la communauté musulmane qu’on trouve un grand nombre des victimes venant des 16 préfectures, ainsi que les 8 arrondissements de la ville de Bangui. Mais ceux-ci se voient aujourd’hui délaissés par le gouvernement qui préfère accorder plus de places aux hommes politiques et à la communauté internationale», a déclaré Ibraïm Hassane Frédé, chargé de communication de la COMUC, lors de la marche organisée le 29 avril 2015 à Bangui.

 

Les partis politiques sont allés loin dans leurs réclamations. Ils menacent de boycotter les assises du forum si les 30 places initialement prévues ne deviennent pas 70. Une rencontre avec le Comité Technique du forum de Bangui et le Professeur Abdoulaye Bathily, président du Présidium du forum, le 29 avril 2015, s’est montrée contre-productive.

 

« Les politiques se sont montrés intransigeants et appellent toujours au boycotte du Forum de Bangui si le pouvoir exécutif ne leur accordait pas les 70 places qui correspondent au nombre de partis légalement constitués dans le pays », a expliqué un membre du Comité d’organisation du forum de Bangui, sous l’anonymat.

 

Du côté du Comité Technique du forum de Bangui, plusieurs contraintes sont évoquées pour justifier la répartition des quotas aux différentes entités, devant prendre part au forum de Bangui. Sous l’anonymat, l’un de ses membres parle de « contraintes financières, budgétaires et l’absence d’une grande salle de conférence ».

 

Malgré la justification du Comité Technique, les réclamations restent intégrales et les menaces de boycott n’ont pas diminué d’intensité. Or, dans quatre jours, les assises du forum devraient logiquement s’ouvrir et les Centrafricains vont espérer pour une énième fois enterrer la hache de guerre./

 

Naim-Kaélin ZAMANE

 

 

Centrafrique/Bangui : Le KNK conditionne sa participation au Forum à la présence de François Bozizé


Bangui, 30 avril 2015 (RJDH)---Le KNK maintient sa position de ne pas participer au Forum de Bangui si François Bozizé n’y est pas invité. Cette formation politique dénonce aussi le nombre de quota donné à la classe politique pour ce forum. C’est le secrétaire général de ce parti politique qui l’a dit le mercredi dernier, lors d’une conférence de presse tenue au siège du parti.

 

Bertin Bea, Secrétaire Générale du parti KNK a commencé par dénoncer le nombre de quota attribué aux partis politiques. Il juge ce quota «  inique et injuste et donc nous nous insurgeons contre cela », a-t-il précisé.

 

Bertin Bea a dénoncé ce qu’il a appelé «  une tentative de mise à l’écatd de François Bozizé ».  Pour le Secrétaire Général du KNK, « tous les acteurs de la crise centrafricaine dont François Bozizé, doivent participer à ce Forum afin de contribuer à la recherche des solutions. C’est tout ce que nous demandons, au lieu de s’acharner contre lui sur le plan judiciaire en dressant des artifices pour le disqualifier, il faut voir l’essentiel ».

 

Ce dernier a réitéré la position de cette formation politique quant à sa participation au forum en ces termes « le KNK conditionne sa participation au forum de Bangui par celle du président François Bozizé. Nous l’avons dit, c’est une position de principe. Et nous pensons que nos autorités ne vont pas faire en sorte que ce forum soit un échec. Nous pensons que les autorités aujourd’hui sont animées par la bonne volonté pour que nous puissions tous ensemble participer à ce Forum avec un cœur apaisé », a-t-il souligné.

 

Le parti KNK a attiré l’attention du représentant spécial des Nations Unis en Centrafrique pour que le conseil de sanction puisse tenir compte de l’exception prévue dans la résolution 21.96 afin que François Bozizé et Michel Djotodja aient la possibilité de venir participer à ce Forum.

 

François Bozizé, président fondateur du KNK est frappé d’interdiction de voyage. C’est le conseil de sécurité des  Nations Unies qui l’a sanctionné./

 

Flora Sandrine Mbagna


 

Centrafrique/Bangui : La société civile revoit les derniers détails pour le Forum de Bangui

 

Bangui, 30 Avril 2015 (RJDH)- La désignation des membres de la société civile et les revendications à présenter lors du prochain forum de Bangui, sont au centre d'une assise organisée du  29 au 30 mars par cette structure.  La paix,  la sécurité, la justice et la réconciliation, la bonne gouvernance et développement socioéconomique sont les réclamations qui seront faites  par la société civile.

 

Il s'agit également pour les membres, selon Gervais Lakosso, coordonnateur de la société civile, d’initier les représentants afin qu’ils puissent parler au nom du groupe.  Aux termes de cette rencontre, les représentants au forum vont être désignés.

 

 « Nous avons énuméré ces quatre points selon les priorités,  nous allons aussi suggérer, le rétablissement de la paix et la sécurité des centrafricains sur toute l’étendue du territoire, la justice et la réconciliation, la bonne gouvernance et le développement socioéconomique », a cité  Gervais Lakosso.

 

Le quota octroyé à la société civile sera également débattu au cours de cette rencontre.  Selon Gervais Lakosso, le nombre de place qui leur a été réservé n'est pas suffisant.

 

Le pré-forum de la société civile qui a démarré ce mercredi 29 prendra fin le jeudi 30 avril, au stade 20000 places. L’objectif de cette assise est de se préparer au grand forum qui va se tenir le lundi 4 mai à venir à Bangui. Au total 40 participants venus de 30 structures de la société civiles participent à cette assise./ 

 

Auguste Bati-Kalamet.


 

Centrafrique/Bangui: Des véhicules et motos remis au ministère du Plan
 

Bangui, 30 avril 2015 (RJDH) - Le ministère de l’économie du plan et de la coopération international a reçu  le mercredi 29 avril, un don constitué de sept  véhicules, et  onze motos. Cette  aide dont le montant s’élève à cent soixante-sept millions cent mille (167 1000 F.CFA), est faite par  le Fonds africain de développement (FAD) sur financement de la Banque  Africaine de développement(BAD).

 

Michel Yogo coordonnateur du projet d’appui au ministère du plan  a montré l’importance du projet et la répartition de ces dons. Selon lui, il a été prévu  qu’une partie de ces moyens roulants soit affectée aux structures bénéficiaires du Projet d’appui au renforcement des capacités de gestion économique et financière (PARCGEF).

 

"Il était alors urgent de renforcer les capacités de notre administration, car le rendement de l’administration publique a été dramatiquement réduit du fait que la récente crise ait été  caractérisée essentiellement par la destruction et le vol des équipements", a dit un agent de ce département  sous l’anonymat.

 

Florence Limbio,  ministre de l'économie du Plan et de la coopération internationale, qui a reçu cette aide a mis en garde ses collaborateurs  et les a appelé à faire bon usage. " A l’attention des utilisateurs pour, l’impérieuse nécessité je leur demande d’en prendre soin et de ne l’utiliser que pour les besoin de service", a-t-elle dit.

 

Elle a par ailleurs mis l’accent sur la collaboration avec la BAD qui est 'l’un de nos principaux partenaires  au développement qui a entendu cet appel et a apporté un appui conséquent à travers le projet d’appui au renforcement des capacités de gestion économique et financière", a poursuivi Florence Limbio./

 

Carole Bycekoan


 

Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com