Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 13:51

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org   jeudi 14 mai 2015 12:25

 

Le grand rendez-vous inter-centrafricain, qui a accouché de plusieurs recommandations, est jugé satisfaisant de manière générale. Le constat est fait par le général Mohamed Moussa Dhaffane, président de la Séléka rénovée, l'un des signataires de l'accord de principe du Désarmement-démobilisation-réintégration et rapatriement (DDRR). L'officier Séléka a estimé que le dialogue a été une réussite. Ainsi, sur le point de la réparation des victimes, il pense que ceci est un processus progressif .


« Le Forum a pris en compte la reconnaissance des fêtes musulmanes, c'est déjà la justice. Les Musulmans se sentiront vraiment centrafricains à partir de ce moment là. Et là, c'est une réparation faite à une injustice qu'on a connue dans le pays. On ne peut pas réparer les préjudices du jour au lendemain ; c'est petit à petit qu'on va y arriver. Dans cet accord, il y a la prise en compte des minorités du pays dans les forces de défense et de sécurité, c'est aussi une réparation », a-t-il spécifié.


Le Forum de Bangui est également jugé satisfaisant par la délégation de la Nana Gribizi dans le centre du pays. Pour les délégués de cette préfecture en proie à de graves violences communautaires, le Forum a été un parfait succès, couronné par la réconciliation des ex-combattants, Antibalaka et ex-Séléka. Ces délégués ont pensé que les recommandations portant sur le principe de DDRR est une avancé significative pour le retour de la paix sur  l'ensemble du territoire centrafricain.

« A notre arrivée, nous avons découvert une nouvelle vie. La première chose, les Antibalaka et les Séléka se sont réconciliés et ont décidé de déposer leurs armes. Deuxième chose pendant le Forum, tous les participants ont décidé d’œuvrer pour le vivre ensemble. Je suis satisfait. Ce que nous attendons, c'est l'évolution de la Centrafrique », s'est réjoui Edmond Koudoumir, représentant de la sous-préfecture de Mbrés au Forum.


Le comité de suivi de la crise centrafricaine s'est également félicité de la réussite de la grande rencontre de Bangui, très importante dans le rétablissement de la paix et de la cohésion sociale en République Centrafricaine. Dans un communiqué de presse publié le 12 mai, le comité a encouragé les groupes armés qui ont renoncé à la lutte armée en signant l'accord sur le désarment, la démobilisation, la réinsertion et le rapatriement (DDRR). Il appelle par ailleurs les autorités de la transition à s'atteler immédiatement à la mise en œuvre de leurs engagements en vue de la stabilisation du pays.


Pour la société civile, la mise en place d'un comité de suivi des recommandations du Forum national est un atout majeur dans le processus de la stricte application desdites recommandations sur le terrain. Sur la question, la société civile se dit inquiète. Joseph Bindoumi, président de Ligue centrafricaine des droits de l'homme (LCDH), représentant de la société civile aux pourparlers inter-centrafricains, a souligné que les membres du comité de suivi doivent être des personnes conscientes et n'ayant pas le goût de l'intérêt égoïste. M. Bindoumi exige de la chef de l’État de transition, Catherine Samba Panza, la rigueur et la minutie dans le choix des membres dudit comité.


« Ceux que nous voulons comme membres du comité de suivi, ce sont des gens qui ont compris les résolutions du Forum, qui savent ce qu'il faut faire pour que nous sortions de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Que ce soit des gens capables de rentrer dans un service déterminé, demander l'application de telle ou telle résolution, de savoir où nous en sommes arrivés », a souhaité Joseph Bindoumi.


La coordination des organisations musulmanes de Centrafrique (COMUC), pour sa part, estime que les membres du comité de suivi doivent avoir une réelle volonté de contribuer au développement du pays. Ce qu'explique le coordonnateur de la COMUC, Ali Ousman, « Il ne faut pas que les gens mettent les frais financiers en avant dans ce comité. Il faut que les gens aillent au comité de suivi avec une réelle volonté d'aller de l'avant, de faire en sorte que les acquis de ce Forum facilitent le développement du pays ».


La mise en place du comité de suivi des recommandations du Forum national de Bangui a été ordonnée par la présidente de la transition Catherine Samba-Panza lors de la clôture des travaux.

Forum de Bangui : satisfaction pour certains, inquiétude pour d'autres

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com