Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 00:51

 

 

 

05/05/15 (Agence d'information d'afrique centrale)

 

Lors de l’ouverture ce lundi 4 mai des travaux du Forum de paix et de réconciliation inter Centrafricain, le président congolais Denis Sassou N’Guesso, médiateur dans la crise centrafricaine, a souhaité la mise en place de nouvelles institutions pour permettre entre autres le rétablissement de l'autorité de l’Etat et la reprise des activités économiques dans le pays.

 

« En même temps que le peuple centrafricain, tous nos partenaires requièrent que les élections aient lieu dans les délais prévus afin que la transition ne déborde plus de l’ultime terme qui lui a été prescrit. Vous êtes donc réunis pour impulser à la République centrafricaine un nouveau départ. J’espère avec vous que celui-ci est le bon. », a déclaré ce lundi Sassou N’Guesso à l’ouverture du Forum.

 

La communauté internationale présente dans le pays à travers la mission onusienne de maintien de la paix (Minusca), les forces françaises de la Sangaris ainsi que les experts militaires européens, tentent de booster les autorités de Bangui à respecter la feuille de route de la transition. La médiation internationale avait reporté en janvier dernier, la présidentielle et les législatives en Centrafrique en juillet et août 2015.

 

Pour N’Djamena, l’attitude des participants au Forum de Bangui est déterminante pour pousser les donateurs à contribuer au financement du processus électoral et des autres programmes d'après transition. « Plus le forum de Bangui impulsera le rythme de la transition, plus les partenaires seront encouragés à poursuivre l’appui financier à la Centrafrique. Cette conditionnalité s’adresse à vous les participants au Forum. Il vous incombe de relever ce défi par la tenue d’élections libres et transparentes, qui jetterons les bases d’une paix et d’une stabilité durables pour votre pays. » a indiqué le représentant du président tchadien Idriss Déby, chef d’Etat en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale.

 

La présidentielle de juillet, à en croire les intervenants, contribuera à rassurer les partenaires internationaux et aidera le pays à reconstituer son tissu économique profondément déchiré par la crise. « Nous tiendrons nos promesses » notamment à conduire la RCA vers des élections libres, apaisées et transparentes, a répondu la présidente de la transition centrafricaine, Cathérine Samba Panza. Elle a par ailleurs fait savoir que les assises de ce forum, ne devaient pas permettre « une amnistie générale » aux responsables des atrocités.

 

Bientôt la relance des activités minières

 

L’ONG Amnesty International qui prend part à cette grand-messe de paix et de réconciliation, a encouragé l’Etat centrafricain à poursuivre la lutte contre l’impunité. Selon le directeur général adjoint du programme d'Amnesty International en Afrique de l'ouest et centrale, Stephen Cockburn, le projet de Constitution en phase d’adoption doit réserver aux auteurs de violations de droits humains de châtiments exemplaires de la justice. « Donc pour nous, il faut simplement que les délégués du Forum demandent aux autorités d’amender le projet de Constitution pour qu’il soit cohérent avec cette volonté politique et éviter une répétition des erreurs du passé. », a dit Stephen Cockburn.

 

Une délégation du Processus de Kimberley, mécanisme international de certification des pierres précieuses, séjourne depuis le 4 mai en Centrafrique en vue d’une levée partielle de l’interdiction de la vente des diamants bruts qui frappe ce pays depuis 2013. Peu de temps après leur arrivée dans la capitale Bangui, les trente membres de la délégation se sont rendus à l’intérieur du pays, précisément dans les localités à l’ouest de Bangui, à l’exploitation du diamant constitue l’activité principale des populations.

 

La mission cible particulièrement les régions ouest parce qu’elles ont été les moins touchées par les atrocités de la guerre. La délégation entend y enquêter sur la présence des hommes armés sur les chantiers miniers. Elle veut surtout avoir une idée claire sur la traçabilité du diamant centrafricain et s’assurer que ce n’est pas un produit du sang qui sert à entretenir la guerre dans ce pays.

 

Fiacre Kombo

Forum de Bangui : la communauté internationale appelle à la tenue rapide des élections
Forum de Bangui : la communauté internationale appelle à la tenue rapide des élections

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com