Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 21:58

 

 

 

Bouca, 21 mai 2015 (RJDH)- Une dizaine de personnes a été enlevée puis tuée le dimanche 17 mai par des hommes armés non identifiés. Face à ce drame, plusieurs habitants ont quitté les villages pour regagner une localité située à 55 kilomètres de la ville de Bouca (nord), afin de se mettre à l’abri.   

 

La population de plusieurs communes de Bouca vit dans la terreur que ces personnes ont été enlevées et tuées.  Certaines personnes ont trouvé refuge dans la brousse et d’autres ont regagné la ville afin de fuir les agressions de ces hommes armés assimilés à des éleveurs peulhs.

 

Narcisse Dongo, maire de la ville de Bouca déplore les conditions dans lesquelles ses administrées se trouvent à l’heure actuelle « deux personnes ont été enlevées par des inconnus pour une destination inconnue. Dix autres personnes ont été tuées le dimanche dernier au village Marazé à 72 kilomètres et à Kozoro à 68 kilomètres de la ville de Bouca. Mes administrés ne savent plus à quel saint se vouer à cause de cette insécurité grandissante qui fait fuit des milliers de personnes », a expliqué le maire. 

 

Il s’inquiète de l’état de santé des deux autres personnes qui ont été enlevées par ces inconnus «  les forces multinationales ont poursuivi ces bandits en vain.  Cinq jours dans la brousse avec des hommes en armes, c’est dangereux, les deux personnes qui sont sorties sont dans un état difficile aujourd’hui ».

 

Les habitants qui ont fuit les exactions se sont regroupés dans un village situé à 55 kilomètres de la ville de Bouca. « Nous ne connaissons pas l’effectif de ces déplacés internes. La crainte est grande et il manque de moyens logistiques pour se rendre sur les lieux afin de les aider », a précisé le maire.

 

Le chef de groupe des agriculteurs a, quant à lui, regretté l’inactivité  agricole, suite à l’insécurité qui a gagné la sous-préfecture de Bouca. « Nous ne pouvons plus continuer nos activités champêtres. Le mois dernier, des personnes ont été tuées par des inconnus. Pour le moment, nous ne sommes pas libres, parce que l’insécurité est grandissante dans les villages», a témoigné cet agriculteur.

 

Bouca est l’une des villes encore sous les menaces des groupes armés./

 

Auguste Bati-kamalet

Centrafrique/ Bouca : Une dizaine de personnes enlevées et tuées par des inconnues en armes

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com