Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 17:47

 


 

Bangui, 26 mai 2015 (RJDH)-  Plusieurs déplacés se sont regroupés sous une bâche ce mardi 26 mai sur le site des déplacés de M’Poko, pour attendre la réception des documents leur permettant  l’accès à un badge provisoire. Ces pièces d’identification seront délivrées par la mairie en appui avec les responsables de chaque zone, afin d’avoir des kits composés des 90000 FCFA, des Bâches etc. 

 

Sous le soleil ardent, les déplacés du site de M’Poko sont débout, d’autres sont assis sur des bancs. Sous la tente où se tiennent les réunions des responsables de la zone 10,11 et 1, les représentants du gouvernement et de l’ONG OIM se sont regroupés. Les déplacés entrent à tour de rôle. Des documents dits bordereaux leur ont été remis après une vérification de chaque entité présente pour les circonstances.

 

L’impatience se lisait sur le visage de ces déplacés. Ils se querellent pour les premières places. Les mères d’enfants sortaient et revenaient sitôt pour ne pas perdre leur place initiale dans le rang. De part et d’autres, des enfants pleuraient, parce qu’exposés au soleil.

 

Une campagne de sensibilisation s’effectue au fur et à mesure que les documents leur sont remis. Il leur est interdit de falsifier les pièces afférentes qui sont données. « En cas de perte, la reproduction de ces documents ne sera pas possible. L’acquisition des kits est conditionnée à la présentation de toutes ces pièces », a martelé un agent de l’OIM. 

 

Selon Juliana-Christy Bouiyadiam, membre de la cellule technique d’appui et action humanitaire au ministère des affaires sociales, « le but de ce contrôle est de vérifier les personnes qui ont été enregistrées, afin de leur remettre un bordereau d’accès à des kits ».

 

Elle a par ailleurs souligné que ces activités concernent les déplacés venus du 3ème, 8ème, 5ème, 4ème, Bégoua et Bimbo. « La plupart des déplacés qui sont sur le site de l’aéroport sont issus de ces localités. Ils vont se présenter dans les différents commissariats de leur arrondissement afin d’avoir ces badges », a fait savoir Juliana- Christy Bouiyadiam.

 

Jean-Baptiste Faranzo, déplacé  du site de M’Poko se dit insatisfait par rapport à la somme de 90000 FCFA. « Le montant pour la construction ou la réhabilitation d’une maison est supérieur à ce que nous allons recevoir. Nous sommes obligés d’accepter parce qu’il faut que nous quittions ce local qui appartient à l’ASECNA (Agence pour la Sécurisation Aérienne en Afrique) », s’est-il indigné.

 

Environ 4319 ménages ont été enregistrés par l’OIM en collaboration avec le ministère des affaires sociales, dans le but de l’acquisition des badges qui seraient des pièces d’identification afin d’avoir accès à un appui financier et matériel.  / 

 

Auguste Bati-Kalamet.

 

 

Centrafrique/Bangui : De retour dans les 3ème et 5ème arrondissements, les déplacés encore inquiets de leur situation sécuritaire

 

Bangui, 26 mai 2015 (RJDH)—Des personnes déplacées logeant les 5ème et 3ème arrondissements de Bangui sont en train de regagner leurs domiciles. Le constat est fait depuis la première semaine du mois de mai. La cohésion sociale est au centre  de vie des chrétiens et musulmans de ces  deux arrondissements.

 

Christella Telle,  habitant le quartier Baidi Sénégal, note que leur retour témoigne la cohésion sociale, à l’œuvre entre chrétiens et musulmans. « Présentement, chrétiens et musulmans vivent ensemble. Il n’y a plus de problèmes entre nous. Je me réjouis par ce que après notre retour nous nous fréquentons et la cohabitation pacifique est revenue », a dit-elle.

 

Simplice Bette, chef du quartier Baidi déplore la situation sanitaire des habitants et indique que leur habitation a été détruite, « nos frères musulmans viennent le plus souvent nettoyer leur concession  et me disent qu’ils  sont prêts à regagner leur maison. Ce qui pose problème c’est qu’une partie de leur maison a été détruite ». 

 

« Le secteur que nous habitons est beaucoup plus touché par la crise. La nuit, il n’y a pas de lumière, ce qui nous fait peur par ce que dans le noir on ne se sent pas en sécurité », a dit Mbana Ludovic habitant du quartier Sénégal.

 

La même source appelle les autres déplacés à regagner leur domicile, car selon lui c’est chez sois qu’on peut être compris si on n’a des difficultés.

 

Depuis le 05 décembre 2013, plusieurs personnes habitant le 5e  arrondissement se sont déplacées dans les sites des déplacés suite à la crise militaro-politique centrafricaine. Au début du mois d’Avril, le gouvernement centrafricain et certains partenaires humanitaires ont enclenché le processus du retour de ces personnes. Un mois après le lancement du processus, les choses semblent marcher bien./

 

Carole Bycekoan


 

Centrafrique/ Bangui : Des déplacés acceptent les conditions de leur retour
Centrafrique/ Bangui : Des déplacés acceptent les conditions de leur retour
Centrafrique/ Bangui : Des déplacés acceptent les conditions de leur retour

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com