Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:18

 

 

http://rapideinfo.net 

 

Anders Kompass, directeur des opérations de terrain au Haut-Commissariat de l'ONU pour les droits humains, est à l'origine du scandale qui secoue l'armée française.

 

Après les révélations de soupçons d'abus sexuels sur mineurs de moins de 15 ans de la part de l'Armée française en Centrafrique, les regards se tournent vers Anders Kompass. 

 

Selon le quotidien britannique The Guardian qui a révélé l'information, le rapport des Nations unies accusant les soldats français aurait été transmis aux autorités françaises par ce fameux Anders Kompass, choqué par l'inertie de sa hiérarchie.

 

Omertà à l'ONU ?

 

Kompass, directeur des opérations de terrain au Haut-Commissariat de l'ONU pour les droits humains qui a transmis ce rapport intitulé « Abus sexuels sur des enfants par les forces armées internationales » en juillet 2014 a été suspendu le 17 avril. Il fait depuis l'objet d'une enquête des Nations unies, a confirmé le porte-parole adjoint de l'ONU Farhan Haq. Pour l'ONU si Kompass avait voulu voir les  les choses s'accélérer, il aurait pu envoyer le rapport dès le mois de juillet, au Guardian.

 

Mais pour Florent Geel, responsable du bureau Afrique à la Fédération internationale des Droits de l'Homme (FIDH) l'ONU se tait « en particulier sur la question des crimes sexuels commis par les casques bleus ». « Lorsque cela arrive, ils mettent en place des process internes pour que ça se sache rarement ou jamais », explique le responsable.

 

« Ce fonctionnaire suédois n'est pas un téméraire, il a trente ans de carrière (...) il a dû agir ainsi parce que ça touchait la France : quand ça touche le Tchad, il n'y a jamais de suite. Là ça touche la France, où il y a une justice indépendante, ça peut permettre de faire bouger les choses ».

 

Lanceur d'alerte ?

 

Pour autant, le porte-parole de l'ONU refuse d'accorder à Kompass le statut de lanceur d'alerte« Notre conclusion préliminaire est qu'une telle conduite ne peut pas être considérée comme celle d'un lanceur d'alerte », explique-t-il au Monde.

 

Ce qui provoque l'ire de Bea Edwards, directrice de l'association Government Accountability Project, spécialisée dans la défense des lanceurs d'alertes. 

 

« Nous avons défendu de nombreux lanceurs d'alerte dans le système des Nations unies ces dernières années et, en général, plus grave est la divulgation, plus féroces sont les représailles, explique-t-elle au Guardian. Malgré les discours officiels, il y a très peu d'engagement pour protéger les lanceurs d'alertes au sein de l'Onu ».

 

« Qu'obtenez-vous lorsque vous signalez et potentiellement arrêtez l'abus présumé d'enfants innocents? Un prix? La reconnaissance du public? Essayez plutôt une suspension, une enquête fouillée sur votre vie et une possible révocation », s'interroge par le site GAP de soutien aux lanceurs d'alerte.

 

 Déjà visé par une enquête de l'ONU

 

Anders Kompass était par ailleurs déjà dans le viseur de l'ONU. Selon Le Monde une enquête interne avait déjà été diligentée à la suite de soupçons de fuite sur des informations confidentielles concernant le conflit du sahara occidental au Maroc.

 

Slate.fr remarque que plusieurs blogs pro-Sahara occidental avaient publié des documents qui révélaient son lien supposé avec les autorités marocaines

 

Par Antoine VICTOT (avec agences)   Ouest-France  

 

redon.maville.com

Centrafrique : Anders Kompass, lanceur d'alerte ou franc-tireur ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com