Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 00:02

 

 

 

Les pourparlers de Bangui que d’aucuns présentent comme LA panacée à la sortie de crise dans laquelle le pays s’est englué depuis bientôt trois ans est mal parti dans le sens que la solution concoctée n’est qu’un funeste festin offert aux vautours politiques dont la seule vocation est la perpétuation du pillage des ressources que les pays amis continuent d’injecter pour réanimer la Centrafrique agonisante.

 

Le forum de Bangui est tellement mal parti qu’il suscite déjà l’appétit vorace de ceux qui militent pour le maintien de la léthargie transitoire d’une part et d’autre part ceux qui revendiquent, à hue et à dia, le partage du gâteau sur le modèle du Conseil National Politique Provisoire de la République (CNPPR) qui, en son temps, n’avait engendré dans sa suite que ruines et larmes.

 

Pour ne pas jeter l’eau du bain avec le bébé, nous disons que l’idée d’un forum permettant à tous ceux qui, par action ou par omission, avaient contribué à l’instauration du présent chao, de s’expliquer pour permettre l’édification du plus grand nombre, forcerait le respect et l’admiration si une telle initiative est douée de désintérêt. Hélas… 

 

A la lumière de ce qui se passe, nous pouvons affirmer, sans le risque de nous tromper, que les germes de l’échec dudit forum se trouvent, malheureusement, dans les mécanismes du pilotage à vue dont l’exécutif transitoire se fait champion. Ceci est d’autant plus vrai que l’absence d’une thématique explicite se fait assourdissante.

 

D’aucuns ignorent que les véritables protagonistes de la crise actuelle sont la coalition SELEKA d’une part, et les milices Anti-Balaka d’autre part sans oublier tous les intellectuels et hommes politiques centrafricains qui étaient dans l’un ou l’autre groupe.

 

Vouloir organiser un forum aujourd’hui sur la crise Centrafricaine en excluant François BOZIZE YANGOUVOUNDA et Michel DJOTODIA AM-NONDROKO et certaines personnalités qui détiennent une parcelle de vérité sur cette crise est, à mon avis, une fuite en avant qui consiste à museler la vérité sur les véritables commanditaires intellectuels et politiques qui se camouflent derrière les groupes de pression pour empêcher le triomphe de la vérité. 

 

Si nous voulons un forum de vérité, prélude à une élection démocratique et apaisée, ledit forum doit être inclusif ainsi l’exécutif doit prendre ses responsabilités en favorisant la participation physique de la majorité des protagonistes y compris celle des anciens Chefs de l’Etat que sont Messieurs DJOTODIA et BOZIZE.

 

Cette décision pourrait corriger les tâtonnements de ce dernier temps qui mettent en exergue l’amateurisme et l’absence de maturité politique qui caractérisent l’entourage politique de la Cheffe de l’Etat de transition qui, usant de subterfuge, se cache avec difficulté derrière une prétendue sanction des Nations-Unies à l’encontre des sieurs BOZIZE et DJOTODIA, pour ainsi dire, empêcher la participation de ces derniers audit forum alors que les susnommés sont toujours entre deux avions entre Brazzaville, Yaoundé, Cotonou, Nairobi, Ndjamena, Kinshasa et Ouganda pour ne citer que ces quelques capitales Africaines sans être inquiétés par les Nations-Unies en question qui s’y trouvent en mission de maintien de la paix comme en RCA.  

 

On ne le dirait jamais assez que le refus à participer au forum opposé aux principaux responsables de la crise Centrafricaine, couve en lui-même les germes de la recrudescence de violence dont l’amateurisme politique qui fait école dans le cercle du conseil de la Cheffe de l’Etat de transition en Centrafrique est loin de soupçonner l’étendue.

 

Ainsi, nous osons espérer que l’accord ou le refus à participer opposé aux sieurs BOZIZE et DJOTODIA au forum de Bangui fera l’objet d’une décision autonome de l’exécutif transitoire et non d’une injonction, infantilisante, venue de l’extérieur attestant de fait que les dirigeants transitoires sont dirigés ce qui est loin d’être honorable pour nous Centrafricain sans exclusif.

 

Si les sieurs BOZIZE et DJOTODIA ne prennent pas, physiquement, part à ce forum, inutile de vous dire que ledit forum ne sera que digne d’être jeté à la poubelle de l’histoire car affirmer que sans BOZIZE et DJOTODIA le forum sera un échec relèverait, de fait, d’une réelle tautologie

 

Le 23 Avril 2015

 

                                                          Léopold-Narcisse BARA 

Tribune libre : POURQUOI LE FORUM DE BANGUI RISQUE DE CONNAITRE UN ECHEC par Léopold-Narcisse BARA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com