Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:13

 

 

Centrafrique/Bozoum : Les cas de braquages se multiplient sur l’axe Bozoum-Bocaranga
 

Bozoum, 24 Avril 2015(RJDH)--La recrudescence des cas de braquage est signalée ces derniers temps sur l’axe Bozoum-Bocaranga. Un groupe de jeunes en motos a été attaqué le lundi 20 Avril dernier par une équipe d’hommes armés au village Bogali situé à 40 kilomètres de la ville de Bozoum.

 

D’après les témoignages recueillis auprès des victimes, « ces hommes ont ouvert le feu sur le convoi avec des armes de marque artisanale pour créer des paniques au sein de leur convoi » a confié au RJDH un témoin de l’évènement.

 

Selon la même source, ces conducteurs de moto au nombre de sept ont pris fuite dans la brousse, abandonnant ainsi leurs motos, c’est ainsi que les malfrats ont réussi à récupérer  deux  de leurs motos.

 

« Quelques temps après le départ des malfrats, les conducteurs de ces motos sont sortis dans la brousse pour récupérer les cinq motos restant afin de continuer leur trajet sur Bocaranga» a indiqué une autorité locale qui a requis l’anonymat.

 

«Informés de la situation, les quelques éléments des Anti-Balaka de la ville de Bozoum ont poursuivi ces hommes armés qui ont réussi à s’échapper » a expliqué au RJDH une autre autorité locale.

 

Les axes Bozoum et Bocaranga font partie des localités où les cas de braquage à main armée se multiplient jour en jour./

 

Alban Junior Namkomona.

 

 

Centrafrique/Bema : Bras de fer entre ex-séléka Goula et Peulhs inquiète la population


 

Bema, 24 avril 2015(RJDH)  --Il y a mésentente entre deux groupes des ex-séléka basés dans la ville de Bema. Les goula refusent de céder les barrières aux peulhs qui le réclament. Cette situation inquiète la population qui demande au gouvernement de prendre des dispositions pour sécuriser la zone.

 

Selon Kaleb Asombi et Oulounga Romain tous commerçants revenant du marché de Bema dans la commune de Gbatinga à Ouango-Bangassou et interrogés par le RJDH, la population de cette ville est inquiète à cause de la tension entre les deux groupes ex-Séléka.

 

 « La paix est loin de revenir dans la ville de Bema malgré les pourparlers  avec une mission qui a séjourné dans la ville le 30 mars dernier pour résoudre le problème. Il n’ ya aucun changement ».

 

Les ex-séléka peulhs ont érigé d’autres barrières illégales avec tous les contrôles « ils font payer les gens au nom de la police, des taxes des eaux et forets, phytosanitaire, douane… » a confié une source dans la région. De sources bien informées, cette situation empêche les commerçants de ravitailler la ville en produits de premières nécessités.

 

La population interrogée, demande le retour de l’autorité de l’Etat dans cette partie de la Centrafrique.

 

Depuis la libération des bâtiments administratifs de Bria, plusieurs combattants Séléka ont regagné la ville de Béma où ils ont installé leurs bases. Aujourd’hui, les peulhs et les Goula tous ex-Séléka se battent pour contrôler les barrières leurs seule source de revenus./

 

Victor Bakongo Komas 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com