Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 16:07

 

 

02/04/2015 à 15:26 Par Vincent Duhem   Jeune Afrique

 

Chassé du pouvoir il y a tout juste deux ans, l'ancien président centrafricain François Bozizé ne se résout pas à ne plus être au centre du jeu et rêve encore du jour où il fera son grand retour à Bangui.

 

Qu'est-ce que deux ans dans la vie d'un homme ? Pas grand-chose pour certains. Une éternité pense très fort, presque à haute voix, François Bozizé Yangouvonda, 68 ans. Contraint de quitter le palais de la Renaissance dans la précipitation, le 24 mars 2013, l'ex-président centrafricain commence à trouver le temps long. À la tête du pays pendant dix ans, il n'a jamais totalement abandonné l'espoir de retrouver son fauteuil et souffre d'un mal répandu chez les anciens dirigeants : le sentiment d'être oublié. "Il n'aime pas ne plus être au centre du jeu, analyse une des rares personnes qui, à l'exception de ses six fils, lui ont rendu visite dans la capitale ougandaise. Il s'ennuie."

 

À deux reprises déjà, ce général de brigade galonné sous Jean-Bedel Bokassa avait dû s'éloigner des rives de l'Oubangui. Direction le Bénin d'abord, après le putsch manqué de 1982. Puis le Tchad et la France après un autre coup d'État raté en mai 2001. Et aujourd'hui, Kampala, où il a posé ses valises depuis plus d'un an. De ces trois exils, celui-ci est sans doute le plus difficile.

 

Longtemps, l'ancien maître de Bangui a cru que l'histoire se répéterait. Que, comme en 2003, du temps d'Ange-Félix Patassé, il ne s'effacerait que quelques mois avant de provoquer la chute de son successeur. C'est ce qu'il avait affirmé à J.A. par un après-midi pluvieux du mois d'août 2013. À l'époque, il venait de s'installer en France auprès de sa famille, après plusieurs mois passés dans la suite 930 de l'hôtel Hilton de Yaoundé puis à Nairobi.

 

En catimini

 

Mais le temps passe et les soutiens s'émiettent. Bozizé est rarement le bienvenu là où il passe. Le Cameroun redoute que sa présence ne soit mal interprétée. Paris la juge trop bruyante et le lui a clairement signifié. En catimini, comme un fugitif, l'ancien chef d'État quitte donc l'Hexagone le 24 septembre 2013, direction Nairobi, via Bruxelles et Addis-Abeba, et enfin Kampala. L'Ouganda, pays qu'il connaît bien, est finalement l'un de ses derniers soutiens.

 

Lui et le président Yoweri Museveni s'étaient rencontrés au début des années 1970, à la faveur de la coopération militaire entre leurs deux pays (le premier était l'aide de camp de Bokassa, le second, membre des services secrets du président Milton Obote), et les liens ne s'étaient pas distendus. Le général Caleb Akandwanaho - dit Salim Saleh -, frère et conseiller militaire de Museveni, venait régulièrement à Bangui. Et, dans les dernières heures du régime, Kampala avait même proposé d'envoyer 700 hommes.

 

Dans la capitale ougandaise, François Bozizé bénéfice de tous les avantages dus à son rang d'ancien président : une villa cossue avec piscine sur les hauteurs de la ville, non loin de la résidence de Museveni, un 4×4 Toyota Prado avec chauffeur et vitres teintées, plusieurs gardes du corps. Il lit beaucoup, mange une fois par jour, apprend l'anglais, se rend à l'église tous les dimanches...

 

Grand amateur de poisson, il se permet quelques escapades sur les bords du lac Victoria pour savourer un bon tilapia ou un capitaine. Mais Bozizé, qui doit informer son hôte de ses moindres faits et gestes, ne mène pas non plus grand train. Surtout, il est seul. Plus d'un an et demi qu'il n'a pas revu Marie-Madeleine Bafatoro, sa seconde épouse, qui habite près de Tours, en France.

 

Son rêve d'un retour triomphal à Bangui s'est brutalement éloigné le 9 mai 2014, date à laquelle il a été officiellement sanctionné par le Conseil de sécurité des Nations unies. S'ils sont contestés par l'intéressé et ses proches, les griefs, tels qu'ils sont formulés sur le site internet de l'ONU, sont sans appel : "Bozizé a apporté un appui matériel et financier à des miliciens qui s'emploient à faire dérailler la transition en cours et à le ramener au pouvoir. Les forces qui lui sont loyales participent désormais aux représailles menées contre la population musulmane du pays."

 

Depuis lors, ses avoirs sont gelés et il lui est interdit de voyager. La surveillance est telle que son fils Jean-Francis se dit victime d'un délit de patronyme. À chaque fois qu'il pénètre sur le territoire français, il est retenu plusieurs heures par la police aéroportuaire, à laquelle il a toutes les peines du monde à expliquer qu'il ne s'appelle pas François et que lui, l'ancien parachutiste du 6e RPIMa et ex-ministre de la Défense, est un citoyen français...

 

Fatigués

 

Et pourtant. Bozizé persévère dans son plan un peu fou de se présenter à la prochaine élection présidentielle. "Il travaille jour et nuit pour proposer un nouveau projet aux Centrafricains", affirme son conseil Lin Banoukepa, avocat français au barreau de Paris. Sceptique, un de ses anciens ministres répond sèchement : "Il veut revenir, mais pour quoi faire ? Il avait la possibilité de devenir notre meilleur président. Au lieu de cela, il s'est refermé sur son clan, sa clique. C'est trop tard."

 

C'est vrai que Bozizé peut encore compter sur quelques soutiens au sein de la garde présidentielle, auprès de personnes qui lui doivent un poste ou l'accès à certaines ressources. "La loyauté est encore présente, mais le noyau se réduit, confie un intime de la famille. Ces gens-là sont fatigués ; ils ont passé plus d'un an dans la brousse, quand Michel Djotodia [tombeur de Bozizé] était au pouvoir."

 

Il peut aussi s'appuyer sur les Gbayas, son ethnie d'origine (25 % à 30 % de la population) que deux des principaux candidats à la prochaine élection, Martin Ziguélé et Anicet Georges Dologuélé, tentent déjà de séduire. À la Convergence nationale Kwa Na Kwa (KNK, sa formation politique), personne n'a encore osé contester son leadership. Des réunions sont régulièrement organisées en France pour remobiliser les troupes. À Bangui, des comités demandant son retour voient le jour.

 

Conscient qu'il ne peut arriver à ses fins sans un coup de pouce extérieur, l'ex-président a le soin de ménager ceux qui lui ont tourné le dos il y a deux ans. Fini les diatribes contre le tchadien Idriss Déby Itno ou les accusations contre la France... Bozizé s'est placé sous le patronage du médiateur de la crise centrafricaine, Denis Sassou Nguesso, le seul de ses anciens pairs qui accepte parfois de le prendre au téléphone et que son fils Jean-Francis ainsi que Lin Banoukepa consultent régulièrement à Brazzaville ou à Oyo, le fief du président congolais. Ce dernier lui a d'ailleurs demandé de se faire discret, et Bozizé n'a pas donné suite à notre demande d'entretien.

 

Bozizé s'accroche à l'idée qu'il est indispensable à la résolution de la crise. Il n'est pas le seul à le penser. Cheick Tidiane Gadio, mandaté par l'Organisation de la conférence islamique, ne l'a-t-il pas sollicité en avril 2014 pour qu'il s'engage à oeuvrer pour la paix ? Catherine Samba-Panza n'a-t-elle pas dépêché son conseiller Anicet Guiama-Massogo à Kampala, début septembre, pour lui demander de s'impliquer dans le processus de réconciliation ? Et, fin novembre, c'est une délégation angolaise, menée par le responsable du renseignement, qui lui rendait visite.

 

Assaut final

 

Quelques semaines plus tard débutaient les pourparlers de Nairobi. Dans la capitale kényane, Bozizé a retrouvé son tombeur, Michel Djotodia. Les deux hommes se sont vus une fois en tête à tête, dans les salons de l'hôtel Weston. Entre présidents déchus, on a "beaucoup parlé", on s'est "compris" et on a "aplani les malentendus". L'espace d'un instant, l'ex-président s'est dit que l'heure du retour avait sonné, que la communauté internationale accepterait un texte lui accordant l'amnistie et appelant à une troisième transition. Ce ne fut pas le cas.

 

Mais Bozizé ne veut pas d'un destin à la Patassé qui, depuis son exil togolais, ne parvint pas à se présenter à la présidentielle de 2005. Peu importent les obstacles, il ne lâchera pas, c'est dans sa nature. L'exil l'a renforcé. En deux ans, il a eu tout le temps de ressasser ses derniers mois au pouvoir : la première offensive de la Séléka fin 2012, les tractations, l'accord de Libreville, la formation du gouvernement d'union, la reprise des hostilités mi-mars 2013, son aller-retour à Pretoria afin de s'assurer des intentions de Jacob Zuma...

 

Puis son dernier survol du front le 23 mars, à l'aube, à bord d'un hélicoptère russe de combat Mi-24. L'espoir, pensait-il alors, était encore permis. Quelques heures plus tard, deux colonnes de la rébellion lançaient l'assaut final. Bozizé prenait la fuite le lendemain, trente minutes avant que la Séléka vienne à bout de la résistance de la garde présidentielle.

 

A-t-il appris de ses erreurs ? A-t-il simplement conscience d'en avoir commis - et de graves ? À écouter son entourage n'évoquer que des "défaillances de communication" et expliquer "qu'il a fait confiance aux mauvaises personnes aux mauvais moments", on peut en douter. Pour lui comme pour ses partisans, l'heure de l'autocritique n'est pas encore venue.

 

Dans le viseur de Bangui... Et de la CPI ?

 

Deux menaces pèsent sur François Bozizé. La première vient de Bangui. Après l'ouverture, par le parquet financier de Paris, d'une enquête préliminaire contre l'ancien président pour détournement de fonds, les autorités centrafricaines ont déposé une nouvelle plainte, le 15 mars, toujours à Paris. Elle vise à obtenir la désignation de juges instructeurs et s'attaque à d'autres personnalités de l'ancien régime, comme l'ex-président de la Cour constitutionnelle, Marcel Malonga, ou encore le neveu de Bozizé, Sylvain Ndoutingaï, autrefois ministre des Finances.

 

Mais ce n'est pas tout : la Cour pénale internationale (CPI) pourrait elle aussi ouvrir une procédure contre lui. La présidente Catherine Samba-Panza en a fait la demande à la procureure Fatou Bensouda, en visite à Bangui le 25 février. Mais Bensouda veut être sûre de pouvoir présenter des dossiers suffisamment solides pour éviter de reproduire les erreurs commises dans les dossiers kényan ou ivoirien.

 

 

Lu pour vous : Centrafrique : l'espoir fait vivre François Bozizé
Lu pour vous : Centrafrique : l'espoir fait vivre François Bozizé
Lu pour vous : Centrafrique : l'espoir fait vivre François Bozizé

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com