Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 17:22

 

 

http://afriqueinside.com  jeudi, 16/4/2015 | 5:17 UTC+1

 

Sous l’égide la présidence kenyane, les deux ex-présidents centrafricains François Bozizé et Michel Djotodia ont signé mardi soir l’accord de paix de Nairobi paraphé une semaine plus tôt par les forces rebelles ex-Séléka et Anti-Balaka. A trois mois des élections générales, les deux hommes promettent de soutenir la transition

 

Contre toute attente, il s’agit d’un succès diplomatique pour les médiateurs de la crise centrafricain, le président Kenyan Uhuru Kenyatta et son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso. Les deux anciens présidents de la Centrafrique Michel Djotodia et François Bozizé se sont engagés à soutenir la feuille de route de cette transition. Les négociations qui avaient débuté à la fin de l’année 2014 avaient pourtant été rejetées par tous les parties prenantes aux pourparlers, la transition, la classe politique et les groupes armés du pays, y compris les partenaires internationaux et le chef de l’état congolais, principal médiateur de la crise en République Centrafricaine. La copie du texte proposé par les négociateurs a donc été revue puis signée la semaine dernière par les délégations anti-balaka et Séléka avant d’être approuvée mardi soir par M. Bozizé et M. Djotodia. Il s’agit sur le papier d’un pas important en faveur de la réconciliation nationale car c’est justement leur rivalité passée qui a plongé la Centrafrique dans une grave crise politique. En mars 2013, Michel Djotodia, alors chef de la rébellion Séléka avait renversé du pouvoir François Bozizé. Les deux hommes exilés et accusé de nuire à distance au bon déroulement de la transition se sont donc entretenus au Kenya et ont pris l’engagement de soutenir la transition, à ne pas perturber les élections générales prévues en juillet et de participer au prochain forum de réconciliation programmé à la fin du mois.

 

Le document de Nairobi se fonde sur un accord de paix signés la semaine dernière dans la capitale kenyane par les forces rebelles ex-Séléka et Anti-Balaka et l’accord de Brazzaville signé en juillet 2014. Sa signature met un terme à la médiation du président Uhuru Kenyatta missionné par Denis Sassou N’Guesso pour tenter de trouver une issue à l’imbroglio centrafricain. Reste à savoir si les signataires de la déclaration de Nairobi tiendront leurs promesses ( soutien de la transition, cessez-l-feu, cessations des hostilités), en ce sens le prochain forum de réconciliation devrait constituer un test pour mesurer le niveau de sincérité de tous. La Centrafrique est habituée à la signature d’accords non appliqués. Par ailleurs, l’accord de Nairobi ne dit rien sur les responsabilités des belligérants de la crise. Pour rappel, la crise centrafricaine a fait des milliers de victimes et provoqué le déplacement d’au moins un millions de personnes. M. Bozizé et M. Djotodia sont-ils désormais à l’abri de rendre des comptes? Une question qui devrait être largement soulevée après les élections.

 

Une résolution onusienne de soutien à la Misca

 

Sur le terrain, la situation sécuritaire reste préoccupante. La Misca (Mission internationale de soutien en Centrafrique) est censée aider le gouvernement transitoire en Centrafrique à sécuriser le pays mais ne dispose que 1.400 sur les 3.600 prévus, elle manque de moyens. La France qui prévoit le retrait de son contingent Sangaris en juin prochain, a proposé une résolution onusienne de soutien à la force africaine que le Conseil de sécurité doit adopter ce jeudi. D’ici un mois, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon devrait ainsi soumettre quelques propositions dont la transformation de la Misca en une mission de maintien de la paix de l’ONU, sur le modèle appliqué au Mali avec la Minusma. Par ailleurs, à l’approche des élections, le mandat du Bureau intégré pour la consolidation de la paix en RCA (Binuca) devrait être renforcé pour permettre le bon déroulement du processus électoral et assurer un calendrier électoral encore incertain.

 

La rédaction

 

Lu pour vous : Centrafrique : Bozizé et Djotodia tiendront-ils leurs promesses?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com