Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 16:16

 

 

 

Bangui, 16 avril 2015 (RJDH)---Me Lin Banouképa, un des proches de François Bozizé ayant pris part aux discussions de Nairobi a présenté les principaux points de la déclaration d’engagement signé le 14 avril dernier par les anciens chefs d’Etat Michel Djotodia et François Bozizé. Ce document, selon Me Lin, n’est que la reconnaissance de la transition par les deux anciens chefs d’Etat. Me Lin Banouképa l’a dit dans une interview accordée ce matin depuis Nairobi au RJDH.

 

Très proche de François Bozizé, Me Lin Banouképa a confié au RJDH que la déclaration de Nairobi, signée par les deux anciens chefs d’Etat, n’est que la reconnaissance de la dynamique de Brazzaville.

 

« La déclaration d’engagement que les deux anciens chefs d’Etat ont paraphée s’inscrit dans la droite ligne de Brazzaville qui prévoit le forum de Bangui ». Pour ce dernier, l’importance de cette déclaration est politique. « C’est politique, ce qui vient d’être signé. Il est vrai que les deux anciens chefs d’Etat étaient représentés à Brazzaville mais nous savons quels résultats l’accord issu de cette rencontre a  eu sur la situation réelle du pays ».

 

Me Lin Banouképa a noté que la déclaration d’engagement signée à Nairobi est un condensé d’engagements pris par les deux anciens chefs d’Etat, engagements visant à soutenir la transition centrafricaine et à s’impliquer dans le processus de la réconciliation.

 

 « Cette déclaration est une adhésion à l’accord de Brazzaville du 23 juillet 2014. A travers cet accord, les deux anciens chefs d’Etat adhèrent volontairement et totalement à la feuille de route de la transition conduisant à un dialogue inclusif en Centrafrique. Ce document consacre la reconnaissance et la disposition des deux anciens présidents à œuvrer sous l’autorité de notre présidente de transition Catherine Samba-Panza ».

 

Interrogé sur la participation de François Bozizé au Forum de Bangui, Me Lin Banouképa a indiqué que seul l’ancien président peut se prononcer sur cette question. « Cet aspect de la chose ne relève pas de la politique générale mais de la politique individuelle.  De ce fait, seul le président François Bozizé peut se prononcer là-dessus » a-t-il fait savoir.

 

Concernant les polémiques qui sont nées après la création du présidium et du comité technique d’organisation ainsi que de la nomination des membres du comité, polémiques qui ont contraints l’exécutif à rapporter ces textes officiels, Me Lin n’a pas souhaité faire de commentaire.

 

 « Je suis assez loin pour me prononcer sur des décisions que les autorités de la transition ont prises. Mais l’essentiel est que tous les fils de ce pays prennent part à ce dialogue ».

 

De sources bien informées, jointes par le RJDH depuis Nairobi, dans la déclaration d’engagement que Michel Djotodia et François Bozizé ont signée, il est aussi question du respect du processus électoral centrafricain en préparation.

 

La déclaration d’engagement est signée par François Bozizé et Michel Djotodia, une semaine après un accord entre les Anti-Balaka et ex-Séléka, représentés respectivement par Joachim Kokaté, Maxime Mocome (Anti-Balaka) et Côme Azounou et Noureddine Adam, Mustapha Sabone, Batoul Achta (ex-Séléka) ainsi que quelques représentants de la société civile.

 

Ces deux documents sont signés après un premier accord entre Anti-Balaka et ex-Séléka paraphé le 22 janvier 2015 à Nairobi. Ce premier document a été fortement contesté tant en République Centrafricaine qu’au niveau international. Le médiateur aussi avait pris ses distances vis-à-vis de cet accord.

 

Notons que c’est depuis décembre 2014 que sur initiative du médiateur international dans la crise centrafricaine, le président congolais Denis Sassou Nguesso que cette rencontre est initiée. Pour le moment, personne ne sait encore si les discussions ont pris fin avec la signature de la déclaration d’engagement entre François Bozizé et Michel Djotodia./

 

Sylvestre Sokambi 

 

 

Centrafrique Bangui : « Hier c’était la victoire du peuple centrafricain. Il n’y a eu ni vainqueur ni vaincu », déclare Joseph Bendounga


Bangui, 16 avril 2015 (RJDH)—Dans une interview accordée au RJDH un jour après la concertation des forces vives de la nation avec le premier ministre Mahamat Kamoun, le président du parti Mouvement Démocratique pour la Révolution et l’Évolution de Centrafrique (MDREC) a déclaré que « c’était la victoire du peuple centrafricain tout entier ». La rencontre a permis, selon lui d’élire dans un esprit de consensus les nouveaux membres du Comité Technique du Forum de Bangui et du Présidium du Forum de Bangui.

 

Parlant de la concertation à laquelle il a également pris part aux côtés des 70 leaders des partis politiques présents, la société civile et les confessions religieuses, le président du MDREC indique que c’est la démocratie qui était à l’œuvre hier. « Hier c’était la victoire du peuple centrafricain tout entier. Il n’y a eu ni vainqueur ni vaincu. C’est la règle d’or de la gestion d’un État. Vous ne pouvez pas imposer une volonté, imposer un individu », dans le contexte de la République Centrafricaine. « C’est également la victoire de la sagesse sur l’entêtement », qualifie-t-il.

 

La désignation de la Ministre de la Santé, Mme Marguerite Samba Maliavo au poste de la Coordonnatrice Générale du Forum de Bangui, ne provoque pas l’étonnement du candidat à la présidentielle de 2015, « que ce soit madame la ministre de la santé ou une autre dame ou encore un homme, l’essentiel est que cet homme-là puisse avoir un minimum d’intégrité morale et une culture de la paix et de la démocratie. On ne va pas mettre un ancien chef rebelle à la tête d’une structure de réconciliation surtout que nous voulons sortir d’une situation de crise créée par des rebelles. Ce sera la prime à la casserole, c’est encourager les criminels à avoir pion sur rue. Ce n’est pas question de voir Madame Marguerite Samba Maliavo mais c’est question de droit. Elle n’a pas de passé sal. »

 

Il ne cache pas sa satisfaction devant l’élection des nouveaux membres du Comité Technique et du Présidium du Forum de Bangui. « Puisque ce travail a été fait par l’ensemble de la classe politique centrafricaine, la société civile, la plateforme des confessions religieuses, la communauté internationale qui a également voté son représentant, la satisfaction va de soi », termine-t-il en évoquant cette expression latine « Vox populi, vox dei ».

 

Près de 200 représentants des différentes couches sociales se sont retrouvés le 15 avril 2015 dans la Salle de Cinéma du Palais de la Renaissance et ont élu les nouveaux membres du Comité Technique et du Présidium du Forum de Bangui.

 

Le Présidium garde à sa tête l’historien sénégalais, Abdoulaye Bathily, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale. Par contre, la Coordination technique revient désormais à la Ministre de la Santé, Mme Marguerite Samba Maliavo.

 

Un décret présidentiel est attendu pour entériner ses propositions./

 

Naim-Kaélin ZAMANE 

Centrafrique: Me Lin Banouképa, participant aux discussions de Nairobi, présente les principales articulations de déclaration d’engagement

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com