Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 12:43

 

 

 

Centrafrique : la MINUSCA condamne une manifestation violente contre l'un de ces camps

 

NEW YORK (Nations Unies), 11/04/15 (Xinhua) -- La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a condamné vendredi l'attaque perpétrée par plusieurs centaines de manifestants contre un de ses camps, situé à 342 kilomètres de Bangui.

 

Selon un communiqué rendu public par la MINUSCA, entre 300 et 400 manifestants auraient pris d'assaut son camp de Kaga-Bandoro dans la matinée du vendredi 10 avril.

 

"Les casques bleus ont tenté de contenir la foule qui voulait forcer la barrière de l'entrée du camp en y mettant le feu", a déclaré la Mission de l'ONU en République centrafricaine, ajoutant qu'au cours de ces incidents, des manifestants, munis d'armes blanches, ont jeté des projectiles sur les soldats de la MINUSCA, blessant plusieurs d'entre eux, dont certains grièvement.

 

"Face à l'ampleur de l'attaque, les Casques bleus ont dû réagir par des tirs de sommation. On déplore un mort et plusieurs blessés du côté des assaillants. Tous les blessés sont admis à l'hôpital de la MINUSCA à Kaga-Bandoro où ils reçoivent les soins appropriés", a précisé la MINUSCA.

 

Il s'agit là de la seconde attaque contre la MINUSCA en une semaine dans une ville où les relations ont toujours été cordiales avec les populations.

 

La MINUSCA a vivement déploré ces incidents et a décidé d'ouvrir immédiatement une enquête pour en déterminer les circonstances exactes.

 

Elle a présenté ses condoléances à la famille du défunt et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

 

En cette période de transhumance marquée par des tensions communautaires dans la préfecture de la Nana-Gribizi, la MINUSCA a tenu à réaffirmer son engagement au service des populations en vue de contribuer à calmer la situation.

 

 

Centrafrique: un manifestant tué et plusieurs blessés lors d’une attaque contre une base de l’ONU

 

http://www.45enord.ca   par Jacques N. Godbout le 11 avril 2015 à 0:01.

 

La Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a condamné vendredi l’attaque perpétrée par plusieurs centaines de manifestants contre un de ses camps, à 342 kilomètres de Bangui, où un Centrafricain a trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessés.

 

Selon un communiqué de la MINUSCA, entre 300 et 400 manifestants auraient pris d’assaut son camp de Kaga-Bandoro dans la matinée du vendredi 10 avril 2015.

 

Kaga-Bandoro est situé à 350 km au nord de Bangui et reste un foyer de tensions. En janvier dernier, huit membres d’une délégation officielle, dont le maire de la ville, avaient été brièvement enlevés puis libérés par des membres de l’ex-rébellion Séléka.

 

«Les Casques bleus ont tenté de contenir la foule qui voulait forcer la barrière de l’entrée du camp en y mettant le feu», a déclaré la Mission de l’ONU en République centrafricaine, ajoutant qu’au cours de ces incidents, des manifestants, munis d’armes blanches, ont jeté des projectiles sur les soldats de la MINUSCA, blessant plusieurs d’entre eux, dont certains grièvement.

 

«Face à l’ampleur de l’attaque, les Casques bleus ont dû réagir par des tirs de sommation. On déplore un mort et plusieurs blessés du côté des assaillants. Tous les blessés sont admis à l’hôpital de la MINUSCA à Kaga-Bandoro où ils reçoivent les soins appropriés », a précisé la MINUSCA.

 

Il s’agit là de la seconde attaque contre la MINUSCA en une semaine dans une ville où, dit l’ONU, les relations ont toujours été cordiales avec les populations.

 

Cette attaque est le résultat de tensions communautaires entre la population locale et les bergers peuls en pleine période de transhumance, a expliqué Hamadoun Touré, le porte-parole de la Minusca, cité par les médias français: «C’est la seconde attaque en une semaine, indique-t-il. Les manifestants pensent que nous prenons parti pour une communauté alors que nous avons toujours affirmé notre impartialité. Ils pensent que nous prenons parti pour les Mbororo. Ce sont des Peuls qui sont là et en période de transhumance, ce genre d’incidents est fréquent. Un peu partout entre pasteurs et paysans il y a parfois des clashes. Mais cette ampleur est regrettable.»

 

*Avec le Centre d’actualités de l’ONU

 

Centrafrique : la MINUSCA condamne une manifestation violente contre l'un de ces camps

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com