Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 01:18

 

 

 

Bangui, 17 avril 2015 (RJDH)—Une mission de l’Autorité Nationale des Elections(ANE) est à pieds d’œuvre dans la Ouaka depuis le 13 avril pour l’installation des membres des comités locaux de cette structure électorale. La préfecture de la Vakaga attend la  mission  de cette institution d’ici le 20 avril.

 

La mission est conduite par le vice-président de l’ANE Godefroy Mokamanedé et le Chargé des Opérations Electorales Bernard Kpongaba. Ce sont les démembrements de Bambari, d’Ippy, et de trois autres villes qui sont mis en place.

 

Le Chargé des Opérations Electorales Bernard Kpongaba joint ce matin par le RJDH, note que trois sous-préfectures de la Ouaka sont en train d’être dotées en comités locaux de l’ANE. « Il ne reste que les sous-préfectures de Bakala, de Grimari et de Kouango dont il y a trois démembrements à mettre en place. Mais, la date de départ des équipes pour ces localités n’est pas encore connue. Nous avons eu un problème logistique et la Minusca qui nous a appuyés fait tout pour que ces sous-préfectures soient couvertes », a-t-il déclaré.

 

Bernard Kpongaba a aussi annoncé la couverture très prochaine des préfectures restantes. « A l’heure où je vous parle, une équipe est dans la préfecture de la Basse-Kotto, l’autre est à pieds d’œuvre aujourd’hui dans la préfecture de la Bamingui-Bangoran (Ndélé). Il reste les préfectures de la Nana-Gribizi et de la Vakaga. L’équipe de la Nana-Gribizi part aujourd’hui et celle de la Vakaga probablement le 20 pour finir le 24  avril, selon le programme de la Minusca », a spécifié Bernard Kpongaba, le Chargé des Opérations Electorales.

 

La mise en place des démembrements de l’ANE sera suivie de l’enrôlement électoral. Entre temps, les membres des démembrements devraient prêter serment selon le programme des tribunaux des régions concernées, avant de poursuivre le processus électoral.

 

Les élections en Centrafrique sont prévues d’ici juillet-aout 2015. Elles devraient marquer la fin de la transition./

 

Fridolin Ngoulou

 

 

Centrafrique/Bangui : Des déplacés réclament du gouvernement l’établissement de leur acte de naissance


Bangui, 17 avril 2015 (RJDH)- Une partie des déplacés du site de l’aéroport M’Poko réclame du gouvernement l’établissement de leur acte de naissance détruit pendant la crise. Le manque de ce document d’identification qui est un droit, concerne les enfants et les personnes.

 

Les déplacés du site de l’aéroport qui ont perdu leur acte de naissance pendant la crise, manifestent le désir de les reconstituer. Ils ont lancé un appel auprès du  gouvernement et des humanitaires œuvrant  dans ce domaine de faciliter l’accès à ce document.

 

Alexandre Ouaboué, chef du quartier Boulata, situé  dans le 3ème arrondissement de Bangui, a relevé qu’il a perdu tous les documents administratifs y compris l’acte de naissance de ses enfants. « L’acte de naissance  est un droit de tous les citoyens. Pendant cette crise, ma maison a été incendiée avec tout le contenu. Mes enfants et moi n’avons plus d’acte de naissance et c’est important de rétablir ces documents », a-t-il déploré.

 

 Selon François Ali, secrétaire général du quartier Fondo, dans le même arrondissement, certaines structures humanitaires ont lancé une campagne afin de rétablir les actes de naissance de ces déplacés. « Ces humanitaires ont appuyé environ 1.500 personnes dont la tranche d’âge varie entre 6 à 90 ans à avoir leur document civique », a-t-il affirmé.

 

Il a ajouté que ces projets s’adressaient à 26 quartiers enregistrés. « Ils ont sélectionné 60 déplacés par quartier. Au total, 1560 personnes ont reçu leur acte de naissance. Nous sommes environ 19.000 déplacés sur le site de l’aéroport. Il y’a encore le besoin qui se fait sentir de part et d’autre », a-t-il expliqué.

 

Une source proche du ministère de l’administration du territoire a fait savoir que plusieurs personnes se sont plaintes auprès des autorités sur la question des actes de naissance. « Nous avons reçu des réclamations de la population concernant cette situation. Les autorités en ont parlé, des actes de naissance établis trainent à la mairie. Nous ne comprenons pas les raisons du blocage accusé dans la distribution de ce document qui est un droit pour tous les fils du pays », s’est-il indigné.

 

Les humanitaires ont appuyé le gouvernement en établissant environ 1500 actes de naissance aux déplacés. Les besoins sont grands sur les sites des déplacés, surtout chez ceux qui n’ont pas encore d’acte de naissance. /

 

Auguste Bati-Kalamet.

 

Centrafrique Bangui: Les démembrements de l’ANE installés dans la Ouaka, la Vakaga attend son tour

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com