Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 15:24

 

 

Bangui, 08 avril 2015 (RJDH)---Le ministre conseiller politique de la cheffe de l’Etat, Anicet Guiyama, a réitéré la détermination des autorités à appliquer les sanctions que les Nations Unies ont prises contre certaines personnalités centrafricaines. Il l’a dit ce matin au cours d’une interview accordée au RJDH.

 

Le conseiller politique de la cheffe de l’Etat est formel sur la question relative à la participation ou non des personnalités sous sanction des Nations Unies. «  la République Centrafricaine ne peut pas faire fi des sanctions que les Nations Unies ont prises contre certaines personnalités centrafricaines. Notre position sur la question entre dans la dynamique de la lutte contre l’impunité  ». Anicet Guiyama a souligné que la lutte contre l’impunité est l’une des revendications du peuple centrafricain.  « C’est de notoriété publique que l’une des causes des crises en Centrafrique, se trouve être l’impunité. En plus, la lutte contre l’impunité est une revendication portée par l’ensemble du peuple centrafricain. Quand les gens se sont réunis à Nairobi pour demander l’amnistie, vous avez vu comment le peuple s’en est opposé. Alors, les autorités actuelles sont déterminées à appliquer la volonté du peuple en luttant par tous les moyens contre l’impunité ».

 

Le conseiller politique de la cheffe de l’Etat a souligné que sans la présence des deux anciens chefs d’Etat, le forum peut se tenir parce que ces personnalités peuvent se faire représenter. « Je pense que les deux anciens chefs d’Etat appartiennent à des formations. S’ils ne peuvent pas venir parce qu’empêcher, ils peuvent se faire représenter », a-t-il dit.

 

Par rapport aux menaces du KNK de boycotter le Forum  de Bangui si François Bozizé n’est pas présent, Anicet Guiyama relève que « j’ai par le passé milité dans le KNK. Je sais que sans le président François Bozizé, il y a des gens, des cadres qui peuvent valablement parler au nom de cette formation politique. Il faut éviter de faire de la fixation et en plus ce n’est pas la politique de la chaise vide que le KNK va faire parler de lui et peser sur la scène politique ».

 

Lors de cette interview, le conseiller politique de Catherine Samba-Panza a considéré les critiques contre le comité technique d’organisation du Forum de Bangui comme des polémiques qui ne vont pas avancer le processus.

 

 « Nous savons que certaines voix se sont levées pour contester les deux organes crées par la cheffe de l’Etat. Le Conseil National de Transition est de la partie mais nous disons que ce sont des démarches qui n’avancent pas le processus du dialogue voulu par le peuple. Nous sommes à 20 jours de ce forum, pourquoi continuer à créer et animer des polémiques stériles ? Il faut avancer et tenir ce dialogue comme le souhaite le peuple », a souhaité le conseiller Anicet Guiyama.

 

Sur l’absence de consensus dans la nomination des membres du comité technique  d’organisation que l’a dénoncé le Conseil National de Transition, Anicet Guiyama répond. « Il y a bel et bien eu consensus. Avant le décret qui a fixé la date du forum, la cheffe de l’Etat a rencontré le président du Conseil National de Transition. Elle l’a mis au parfum de tout. En plus dans le comité, le Conseil National de Transition est représenté. Le comité technique s’inscrit dans la suite de la commission préparatoire. Il a été seulement renforcé ».

 

Le conseiller politique de la cheffe de l’Etat a réagi suite aux propos du Secrétaire Général par intérim du KNK qui, le 06 avril dernier, dans une interview au RJDH affirmait ne pas comprendre le revirement du ministre conseiller.

 

Notons que le Forum de Bangui se tiendra du 27 au 04 mai prochain. Les travaux seront dirigés par un présidium qui sera présidé par un représentant de la communauté internationale./

 

Sylvestre Sokambi 

Centrafrique/Bangui : La présidence déterminée à respecter les sanctions des Nations Unies

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com