Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 23:22


 

Bangui, 15 avril 2015 (RJDH)---Le président de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP) Amine Michel arrêté le 07 avril dernier a été mis en liberté provisoire dans la soirée du mardi 14 avril sous contrainte judiciaire. Le procureur de la République Ghislain Gresenguet a confié au RJDH que cette mise en liberté provisoire ne sonne pas la fin de la procédure contre le président de l’UNDP.

 

Le président de l’UNDP est provisoirement libre depuis le mardi 14 avril 2015. Ghislain Gresenguet procureur de la République, a confié au RJDH qu’il ne s’agit pas de la liberté sous caution mais d’une liberté provisoire.

 

Pour le parquet, cette décision est imposée par la procédure. « Amine Michel a été interpellé et placé à garde à vue. Le délai étant épuisé, il revenait au parquet de décider soit de le placer sous mandat de dépôt ou en liberté provisoire. Nous avons choisi la liberté provisoire pour des raisons qui sont propres à l’enquête et au parquet » a expliqué Ghislain Gresenguet.

 

Le procureur a souligné que le président de l’UNDP reste sous surveillance judiciaire conformément aux dispositions en vigueur, « Michel Amine est tenu de se présenter tous le vendredi à la gendarmerie » a relevé Ghislain Gresenguet sans autres précisions sur la restriction de la liberté du présumé.

 

Selon  des sources proches du parquet, en plus de la présentation hebdomadaire à la gendarmerie, il est interdit à Amine Michel de quitter le territoire centrafricain voire Bangui sans autorisation du parquet. « Il y a beaucoup de contraintes que la loi impose aux gens qui sont en liberté provisoire. Pour l’instant, Amine ne peut sortir comme il veut, ni organiser des manifestations publiques. Il est surveillé de prêt parce que l’affaire n’est pas close » a expliqué une source proche du parquet qui a requis l’anonymat.  

 

Selon les informations du RJDH, le déplacement effectué ces deniers jours au Cameroun par le procureur de la République Ghislain Gresenguet est lié à l’affaire Amine. De sources bien informées, le procureur de la République a été dépêché au Cameroun pour réunir des éléments à charge contre le président de l’UNDP. Interrogé à ce sujet, le procureur de la République a confirmé avoir fait le déplacement du Cameroun sans vouloir apporter d’autres précisons sur  cette mission qui pour lui « rendre dans la stratégie de la partie civile ».

 

Un membre du conseil de Amine Michel s’est réjoui de la mise en liberté provisoire de son client mais pour lui « le combat reste entier parce qu’il s’agit dans ce cas d’espèce d’une affaire politique imposée à la justice ».

 

Lors d’une conférence de presse tenue le mardi dernier, le conseil de Amine Michel a accusé le parquet d’avoir violé les procédures en matière de garde à vue. Accusation considérée par le parquet comme étant de bonne guerre.

 

Amine Michel a été arrêté à l’aéroport Bangui M’Poko le 07 avril 2015 alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol pour la France. Il est mis en liberté provisoire une semaine plus tard, soit un jour après l’expiration de la deuxième garde à vue.

 

Il lui est reproché d’avoir en sa possession de faux documents dont un passeport camerounais. Amine Michel est l’un des nombreux candidats déclarés à la présidentielle centrafricaine de 2015. Depuis la création de son parti politique UNDP courant 2014, ce dernier s’est imposé grâce à une certaine fortune dont l’origine fait douter plus d’un en République Centrafricaine./

 

Sylvestre Sokambi

Centrafrique/Bangui : Amine Michel de l’UNDP libre mais sous contrainte judiciaire

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com