Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 18:01

 

 

Je suis biochimiste et président du Groupe Massaïsoft, créateur du premier logiciel Africain de biologie moléculaire (www.biologiciel.besaba.com). je vous annonce ma candidature aux élections présidentielles sous la bannière du mouvement URNC (Union pour la Renaissance de la Nation Centrafricaine "www.urnc.ovetblog.com") que je préside.

 

 Candidature aux élections présidentielles

 

Chers compatriotes, Notre pays traverse l’un des moments les plus difficiles de son histoire ; ce qui ne peut laisser indifférents ses fils épris de liberté, de justice et de paix. Force est de constater que des indépendances à nos jours, le peuple centrafricain souffre. Depuis la mort du président Barthélémy Boganda, le seul et unique chef d’Etat, qui avait un réel projet de société pour la Centrafrique, la situation du pays n’a cessé de se dégrader jusqu’à l’implosion. Depuis 50 ans, une succession de crises politico-militaires a décimé la population et ruiné l’économie de la république centrafricaine. Des années 70 à nos jours, toutes sortes de plans d’ajustement structurel financés par le FMI se sont succédées sans donner les résultats escomptés, mais aggravant la dette du pays.

 

La Centrafrique est riche en ressources naturelles, mais figure paradoxalement au rang des pays les plus pauvres au monde. Il apparait sans ambiguïté que le maillon faible sur la voie du développement est le Centrafricain lui-même. Nous devons donc nous remettre en cause ! Car ce ne sont pas les ressources naturelles, innombrables soient elles, qui font la grandeur d’un pays, mais l’esprit de sacrifice de ses hommes à moment donné de son histoire. Tout d’abord l’ancienne classe politique, qui a entraîné le pays au bord d’un gouffre, devrait avoir la décence de se retirer. Que pourraient-ils apporter de positif aujourd’hui après tant d’années d’échecs, si ce n’est leur retraite !? Ils avaient cultivé la division par le tribalisme et la terreur. Après avoir épuisé toutes les cartes pour diviser, il ne leur restait plus que celle de la religion. Mais une guerre de religion n’a lieu d’être en Centrafrique! Car lequel d’entre nous est réellement chrétien ? Lequel d’entre nous est vraiment musulman ? L’hypocrisie n’a que trop duré ! L’incompétence de nos dirigeants et leur aptitude à improviser ont ruiné le pays. Notre seul espoir sur la voie du développement réside en notre jeunesse. Une jeunesse sans repère, qui n’avait pour modèle que des adultes alcooliques, pervers et corrompus. Une jeunesse transformée en chair à canon par les uns et les autres. Une jeunesse sacrifiée, à qui nous devons redonner sa dignité volée. Nous avons le devoir de la soigner, de l’éduquer et de la former afin qu’elle devienne le pilier solide sur lequel se bâtira la nouvelle Centrafrique. Cette nouvelle Centrafrique devra se doter d’une armée forte et puissante. Restructurée, renforcée et équipée, la nouvelle armée centrafricaine sera garante de l’unité nationale. Elle ne sortira de sa caserne que pour protéger les populations. Aucune atteinte aux droits humains ne sera tolérée. Ainsi quelque soit les motivations des uns et des autres, à tort ou à raison, seules les forces armées centrafricaines unies vaincront et demeureront. Et nous en sommes tous conscients. C’est pourquoi je demande solennellement aux jeunes frères centrafricains de déposer les armes et de s’asseoir à la table des négociations. Car ceux qui arment les fils des autres en préservant les leurs sont les ennemis de la Centrafrique et des Centrafricains. Jeunes frères, vous êtes l’avenir de la Centrafrique alors que ceux-là sont un passé bien révolu. Prenez garde qu’ils ne vous entrainent pas dans leur chute entamée et inévitable.

 

Il est inconcevable qu’au 21e siècle, avec toutes les technologies militaires, que la sécurité d’un pays soit menacée par des Zarguinas, des braconniers ou quelques bandes armées. La sécurité des populations est prioritaire. Nous devons y consacrer tous les moyens nécessaires. La cause fondamentale de l’insécurité en Centrafrique est l’inexistence d’une économie organisée pouvant répondre aux besoins de base des populations. Une économie confrontée au paradoxe d’une politique financière basée sur la rigueur en réduisant les dépense de l’Etat tout en augmentant les investissements dans le domaine social : écoles, hôpitaux ; dans le domaine des infrastructures : routes, équipement ; et dans le domaine militaires. Seuls des réformes profondes de nos institutions et un retour au travail avec abnégation nous permettront de poser les jalons d’une économie solide. Ce défit ne peut être relevé que par une nouvelle élite politique. J’invite donc tous les centrafricains à se libérer du fardeau de la division ethnique et du copinage pour nous rejoindre à « l’Union pour la Renaissance de la Nation Centrafricaine (U R N C) » afin de construire ensemble la nouvelle Centrafrique.

 

Emmanuel Issa CONDOMAT ZOUMABO

 

Président de « Union pour la Renaissance de la Nation Centrafricaine » (URNC) www.urnc

RCA Présidentielles : Encore une déclaration de candidature

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com