Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 18:54

 

 

Centrafrique /Bria : L'ANE installe les membres du démembrement
 

Bria, 19 mars 2015(RJDH)--Le président de l’Autorité Nationale des Elections (ANE) Dieudonné Kombo Yaya et certains cadres de cette institution ont effectué une mission de travail le mercredi 18 mars 2015 dans la ville de Bria pour la mise en place des membres de l’ANE de ladite localité.

 

« Il était aussi question de sensibiliser les différentes  entités et de les impliquer dans le processus électoral», a dit Dieudonné Kombo Yaya. Une occasion pour lui d'appeler la population de la ville de Bria au sens du civisme, à la dignité et la responsabilité.

 

 Il a par ailleurs relevé que la mise en place des membres de démembrement de l'ANE a été déjà effective à Bangui et  dans bien d'autres  villes de la République Centrafricaine. « Et  c’est le tour de la ville de Bria », a-t-il  souligné.

 

  « La population est bien imprégnée au sujet du démembrement de l’Autorité Nationale des Elections. Le mieux c’est d’être digne et responsable pendant le vote des membres du démembrement », a fait savoir le préfet de la Haute Kotto, Robert Morgode.

 

 Le vote des membres du démembrement de l'ANE  est prévu pour ce vendredi  19 mars. La ville de Bria est la neuvième ville où l'ANE a mis en place les membres du démembrement. /

 

Florentin Gounalahou


 

Centrafrique/Berberati: Une mission du processus de Kimberley séjourne dans la région
 

Berberati, 19 mars 2015(RJDH)- Deux experts angolais ont effectué une mission conjointe avec l’inspecteur central des mines, Jeannot Ndéroumtaté, dans la région ouest de la Centrafrique, le 18 mars dernier. Le but de ce déplacement était de toucher  du doigt la réalité du terrain afin de trouver une solution pour une éventuelle levée de la sanction sur les diamants et or centrafricains.

 

 «Nous voulons d’abord connaitre la réalité du terrain et chercher les voies et moyens pour enlever la sanction sur les diamants et or », a dit  Jeannot Ndéroumtaté,

 

Une occasion pour le 1er citoyen de la ville de Berberati, Albert Eustache Nakombo,  de présenter les conditions de travail dans les chantiers miniers. «La Mambéré-Kadéï reflète les principes de la zone verte, les activités minières évolues en présence des partenaires et non des hommes armés »,  a-t-il précisé.

 

Les artisans miniers se sont réjouis de cette mission. Un sentiment exprimé par Adamou Yacoubou. « Si cette mission pourra aider à  lever l’embargo sur les diamants et or, ça serait une bonne chose », a-t-il suggéré.

 

En réponse à la préoccupation des artisans et celle d’Albert Eustache Nakombo, les deux experts angolais ont déclaré qu’ils sont venus pour faire le constat  et le reste sera apprécié. Ils ont ensuite visité un chantier où les artisans miniers étaient en pleine activité. /

 

Jean Claude Yapongo

 


Centrafrique/Bangui : Deux personnes enlevées par des Anti-Balaka au village de Kouloumadja

 

Bangui, 19 Mars 2015 (RJDH)--La cheffe du village Kouloumadja, situé à 22 kilomètres de Bangui,  a été la cible d'une attaque des Anti-Balaka. Ces derniers ont brûlé trois maisons appartenant à cette autorité communale et ont enlevé deux membres  de sa famille. Des faits confirmés  au RJDH par la victime qui a pu rejoindre la ville de Bangui.

 

Cet incident était survenu du 11 au 12 mars, après une mission effectuée par la Minusca dans ce village. Une opération qui a permis de démanteler les barrières illégales érigées par des Anti-Balaka.

 

« Lors de cette opération, ces Anti-Balaka ont fui pour se réfugier sur les collines environnantes. Après le départ des éléments de la Minusca, Ils sont revenus pour s'en prendre à Mamidou Ramatou, cheffe du quartier Koulamadja, l'accusant d'être une traitresse »,  a témoigné un habitant de ce village joint par le RJDH.

 

Pour se venger, ces hommes en arme ont mis le feu aux trois maisons de l'autorité communale  et ont emporté ses biens. Ils ont aussi enlevé deux personnes de sa famille. L'incendie a  été provoqué au moment où la cheffe du village de Kouloumadja, a été alertée par les habitants et a quitté les lieux pour se réfugier à Bangui.

 

« C’est après mon départ qu’ils ont détruit ma maison et ils ont pris en otage ma mère et mon petit frère. Ils ont demandé une somme de 200 000 FCFA en échange de leur libération», a dit  Mamidou Ramatou. Selon ses propos, la gendarmerie a réussi à mettre la main sur un présumé coupable.

 

Lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Minusca tenue mercredi 18 mars,  le lieutenant-colonel Adolphe Manirakiza, porte-parole militaire a confirmé  cette arrestation.  « Un des bandits a été arrêté avec des minutions. Il a été conduit à la gendarmerie pour les interrogatoires (...) »,  a-t-il dit. /

 

Flora Sandrine Mbagna


 

Centrafrique/Bangui : Le Syndicat des magistrats annonce la reprise des activités la semaine prochaine

 

Bangui, 19 mars 2015 ( RJDH)- Après une Assemblée Générale tenue ce jeudi 19 mars, le syndicat des magistrats centrafricains,  décide de suspendre son mouvement de grève. "Cette suspension fait suite à des menaces subies  de la part  du gouvernement et de leurs chefs hiérarchiques", a dit Parfait Yangadia, président de cette structure.

 

Le syndicat  s’abstient, dit  Parfait Yangadia,  de signer  tous les documents  de négociation en cours et compte reprendre le travail  le lundi prochain.

 

« A l’issue de cette Assemblée Générale, les magistrats centrafricains, se sont rendus compte de l’affaiblissement  de leur mouvement, par l’intervention intempestive   de leurs chefs, qui sont les chefs de Cours. Et que des pressions ont été faites sur certains magistrats,  pour tenir des audiences.  Cependant, une partie maintient sa position  de continuer la grève.  Au vu de cette division, le bureau a décidé de suspendre la grève. Et le Syndicat demande aux magistrats de reprendre le travail le lundi prochain », a instruit Parfait Yangadia.

 

Lors de séances de négociation avec le gouvernement, il était question de signer un  document conjoint. Mais à l’issue de cette assemblée générale, « nous avons décidé de ne pas signer un document. Et nous laissons cela à la responsabilité du gouvernement et de nos chefs de cours », a notifié le président du collectif des magistrats.

 

Les magistrats centrafricains ont été encore empêchés de tenir leur Assemblée Générale dans les salles d'audience. Cette rencontre a eu lieu sous les arbres. Les magistrats se sont tenus sur leurs pieds pendant les moments de discussion. «  Nous sommes vraiment surpris du comportement des autorités publiques », s’indigne  le président du Bureau du Syndicat des magistrats centrafricains.

 

L'annonce de la reprise des activités intervient après deux séries de grèves observées  par les magistrats Centrafricains. Ils réclament du gouvernement le paiement de leurs indemnités de responsabilité. Le RJDH n’a pas pu mettre la main sur les autorités du ministère de la Justice pour leurs versions des faits/

 

Annette Maélaine Malabingui.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com