Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 22:10

 

 

 

http://www.diaspora-magazine.com  Mercredi 25 Mars 2015 à 19:38

 

Les éléments de la sécurité publique ont lancé depuis Vendredi dernier une vaste opération contre les bandits et délinquants qui sont à l’origine de nombreux cas de vols au centre ville de la capitale. Au cours de cette opération menée par les éléments de l’Office centrale de répression du banditisme (OCRB), 47 délinquants communément appelés « enfants de la rue » parmi lesquels se trouvent deux mineurs ont été arrêtés et détenus dans les geôles de cet office.


Le directeur général de l’OCRB, le colonel  Robert Yékouakété explique : « Nous vivons ces cas de banditisme dans la ville. Des diplomates et des commerçants  sont inquiets de cette situation, qui inquiète également nos pauvres mamans qui vendent différentes denrées. Car le plus souvent ce sont elles les principales  victimes de vol.


Ces enfants les ont à maintes reprises dépouillées de leur argent. Lorsque les diplomates et ceux de la communauté internationale vont faire leurs courses au niveau du centre ville et garent leurs voitures devant les magasins ou devant les pâtisseries, ces délinquants viennent, selon nos enquêtes, avec des clés à mollettes ou des rayons de vélo pour ouvrir les portières ou faire descendre les vitres de ces voitures et voler. Ce n’est pas du tout normal. ça fait la honte du pays. On ne peut plus tolérer de pareilles choses. C’est pour cela que j’ai pris cette décision  pour que ces délinquants soient arrêtés ».

72 heures plus tard, 15 enfants ont été relaxés et orientés à la fondation « Voix du cœur », un centre qui accueille les enfants de la rue, qui les écoute et fait une réinsertion familiale et socioprofessionnelle. Selon les explications du directeur général de cette fondation, l’abbé Ange Anatole Ngassenemo : «  Ces jours-ci, la police est en train de faire la traque aux enfants de la rue. L’OCRB nous a convoyé 15 enfants de la rue, qui ont été maintenus 72 heures. Il y a eu des rumeurs sur « La voix du cœur ». On nous jette la pierre, alors que nous ne sommes qu’une ONG nationale et une association qui travaille aux côtés du gouvernement pour prendre en charge les enfants de la rue c’est - à - dire des êtres humains àgés de moins de 18 ans qui échappent à toute tutelle parentale et qui vivent et dorment dans la rue. Voilà notre groupe cible.


Pour être une organisation non gouvernementale, on doit répondre à certains critères et  nous répondons à ces critères et  le gouvernement est au courant de ce que nous faisons. Ici, on bannit la stigmatisation, les coups de poing, la drogue et beaucoup d’autres choses qui sont anti disciplinaires. Ces jours-ci, j’ai écouté à la radio le DG de l’OCRB qui accuse presque dans ses dires la fondation  comme quoi  on spéculerait sur les enfants ou bien on les enverrait  dans la rue, ce qui est faux. Moi qui vous parle, je suis prêtre.  La doctrine sociale de l’église ne permet pas qu’on puisse spéculer sur les enfants ou bien leur envoyer nous chercher de l’argent. C’est nous qui cherchons les voies et moyens pour prendre en charge ces enfants qui sont des filles et fils de l’Etat centrafricain.

 

Les enfants en conflit avec la loi ne sont pas les enfants de la rue. Qu’on se comprenne et qu’on mette les mots à leur place. Nous travaillons avec les enfants de la rue et les enfants dans la rue qui ont besoin de notre assistance, qui viennent volontairement chez nous. Puis on les aide à embrasser une carrière professionnelle c'est-à-dire, qu’ils passent par la formation professionnelle et on passe à leur réinsertion socio professionnelle et familiale. On les aide pour qu’ils puissent s’installer. Mais les enfants qui volent ce sont des enfants en conflit avec la loi.  Ils ont transgressé la loi. Si celle-ci les prend, leur geôle ne se trouve pas à la fondation « Voix du cœur ». Notre ONG n’est pas une maison carcérale pour mineurs ou bien pour enfants de la rue. Je m’étonne que beaucoup de gens ne connaissent pas la définition des enfants de la rue. Si aujourd’hui, on a 6000 enfants de la rue, vous allez penser que notre dortoir qui n’est qu’un hébergement de transit qui ne peut accueillir que 60 enfants va accueillir en un jour les 6000 enfants ? Ici, on envoie un agent qui va dans la rue pour orienter les enfants au centre sans armes, sans bâton ni gourdin. Il leur parle en leur racontant des histoires et les oriente à la fondation. On ne peut pas dire que c’est la fondation qui fait mal son travail ».


Par ailleurs explique Yekoua Kette, cette opération qui a commencé dans la ville de Bangui se poursuivra dans tous les arrondissements de la capitale.

 

Herve Serefio

Lu pour vous : Centrafrique: L’OCRB débarrasse le centre ville de Bangui des bandits et délinquants
Lu pour vous : Centrafrique: L’OCRB débarrasse le centre ville de Bangui des bandits et délinquants

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com