Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 12:50

 

 

Patrick Balkany perd son immunité parlementaire et estime être «jeté aux chiens»

 

http://www.leparisien.fr   18 Mars 2015, 09h45

 

Le bureau de l'Assemblée nationale a décidé ce mercredi de lever l'immunité parlementaire du député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany. Dans un communiqué, il assure qu'il ne démissionnera pas et dénonce un «déferlement insensé de mensonges».

 

Le bureau de l'Assemblée nationale a décidé ce mercredi à l'unanimité de lever l'immunité parlementaire du député-maire UMP Patrick Balkany. L'élu de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est mis en examen depuis octobre pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale dans une enquête visant également son épouse, Isabelle Balkany.

 

Un train de vie passé au crible

 

Jusqu'alors, son statut de parlementaire interdisait aux juges de lui imposer des mesures restrictives de liberté (garde à vue, détention provisoire, contrôle judiciaire). Seul un cas de crime, de flagrant délit ou de condamnation définitive aurait pu permettre à la justice de se passer de l'avis de l'Assemblée nationale. Or les juges souhaitent que l'élu remette son passeport afin qu'il ne puisse pas quitter le territoire français.


Dans un communiqué publié par son épouse Isabelle Balkany, le député-maire UMP de Levallois assure qu'il ne démissionnera pas. Il a «pris acte» de la décision, mais dénonce un «déferlement insensé de mensonges» et «la violence du déchaînement des médias». Il estime être «jeté aux chiens et à une sorte de justice en place publique qui rappelle les plus sombres périodes de notre histoire». L'expression jeté aux chiens avait été utilisée par François Mitterrand après le suicide de Pierre Beregovoy. Le 1er mai 1993, le chef de l'Etat socialiste avait ainsi visé ceux qui avaient «livré l'honneur d'un homme» mis en cause par la presse.

 

Le bureau de l'Assemblée nationale, composé de 22 membres de tous bords et présidé par Claude Bartolone (PS), s'était réuni vers 9 heures ce mercredi matin avec, entre leurs mains, une synthèse de neuf pages transmise par les juges du pôle financier de Paris, Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon. Ces derniers enquêtent depuis fin 2013 sur le train de vie des époux Balkany, qui ne colle pas avec leurs déclarations à l'administration fiscale et à la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique. Les juges les soupçonnent notamment d'être les véritables propriétaires de deux résidences où ils ont leurs habitudes : la villa Pamplemousse, sur l'île de Saint-Martin (Antilles), et le riad Dar Gyucy à Marrakech (Maroc).

 

14 demandes en 20 ans


Le vote a eu lieu à main levée, et non à bulletin secret. Depuis la révision constitutionnelle de 1995, quatorze demandes de levée d'immunité ont été transmises à l'Assemblée, la moitié a été accordée. La dernière visait le député UMP Philippe Briand, l'ancien trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, mis en cause dans l'affaire Bygmalion.

 

L'Assemblée nationale lève l'immunité parlementaire de Patrick Balkany

 

Par lefigaro.fr avec AFP 18/03/2015 à 09:33

 

L'Assemblée nationale a décidé ce matin de lever l'immunité parlementaire de Patrick Balkany. Le député-maire UMP de Levallois-Perret est mis en examen pour corruption et blanchiment de fraude fiscale. Il est en outre soupçonné, avec son épouse Isabelle, d'être le véritable propriétaire de deux villas non déclarées au fisc à Saint-Martin et Marrakech. La levée de l'immunité doit empêcher Patrick Balkany de quitter le territoire national, mais permet aussi son contrôle judiciaire ainsi que sa garde à vue.

L'ami de Bozizé Patrick Balkany perd son immunité parlementaire

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com