Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 22:35

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org   mercredi 4 mars 2015 14:09

 

Des réactions se sont fait enregistrer à Bangui suite à la signature de « l’Appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale » initié par la communauté Sant’Egidio à Rome en Italie.


L’ancien ministre d’Etat à la Communication et à la réconciliation, Christophe Gazzam Betty, estime que la Centrafrique a déjà fait un appel en 2013 à l’initiative de la communauté Sant’Egidio. Aujourd’hui, il est question de parler d’un accord politique global mais pas parallèle. 


« Sant’Egidio devait se rendre à Bangui pour ouvrir son bureau. Nous devons faire en sorte qu’il y’ait un accord de siège qui leur permette de commencer. C’était Sant’Egidio qui devait appuyer le gouvernement centrafricain à créer le corps des médiateurs de la paix. C’est de ça que nous attendons de Sant’Egidio. C’est ça qui est contenu dans le protocole d’accord et le travail qu’on a planifié à faire », a déclaré l’ancien ministre Gazzam Betty.

 
Il a souligné que l’Appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale de 2015 est un retour à la case départ. « Revenir encore faire un appel, je ne sais pas qu’est-ce que ça porte au lieu de multiplier les accords de Brazzaville, de Ndjamena, de Tripoli. Il va falloir évoluer vers un accord politique global qui englobe aussi bien le désarmement, le cessez-le-feu comme ce fut le cas entre le gouvernement congolais et le M23 », a-t-il indiqué.


L'ancien ministre en charge de l’Education supérieur, candidat à l’élection présidentielle de 2015, Jean Wilibiro-Sacko, encourage pour sa part, les initiatives de la communauté Sant’Egidio qui visent à débarrasser les esprits de la prise du pouvoir par les armes. Une opinion exprimée lors de la conférence de presse animée mardi au siège de sa formation politique aux 36 villas à Bangui.

 
« En vue du forum de Bangui qui va arriver, des élections qui vont venir, de la nouvelle Centrafrique que nous voulons bâtir, nous nous engageons à renoncer définitivement à ce type de comportement. Nous sommes heureux que dans la déclaration de l’appel de Rome, ils ont rappelé que ce qui est important c’est de renoncer définitivement à l’usage des armes », a fait savoir Jean Wilibiro-Sacko.

 
Il se dit prêt à cautionner toute initiative qui vise à ramener la paix sur le territoire national de manière cristalline. « Pour moi, toute concertation autour de la recherche de la paix, qu’il s’agisse de deux, trois, quatre personnes où que ça se tienne dans le monde, dans l’espace nous soutenons, pourvu que cela soit fait de manière transparente et non en catimini », a-t-il précisé.


« Aujourd’hui, les grandes décisions qui sont sorties de Naïrobi, pour nous ce serait un engagement de ces différents acteurs qui savent tout ce qui a été commis comme crimes et autres dans ce pays », a ajouté Wilibiro-Sacko.


Quant au choix des participants à la rencontre d’Italie, le candidat à l’élection présidentielle de 2015 dit tout ignorer. « Nous ne connaissons pas les critères de Sant’Egidio pour sélectionner seulement ces personnes là. Ils ont certainement leurs raisons concernant les recommandations, les engagements qu’ils ont sollicités de ces personnes », a-t-il conclu.


L’« Appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale » signé le 28 février dernier à Rome en Italie, est un condensé d’engagements pris par les leaders centrafricains afin de réussir des élections libres et transparentes dans le pays.

Les signataires du document se sont engagés à s’impliquer fortement pour la réussite du forum national qui sera organisé à Bangui.

 
Ils sont aussi tenus à apporter leur contribution à la restructuration des forces de défenses et de sécurité de la Centrafrique et, à s’opposer à tout projet impliquant l’usage de la force comme moyen de parvenir à la magistrature suprême de l’Etat.

Des réactions à l’Appel de Rome aux Centrafricains et à la communauté internationale

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com