Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 18:25

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org   lundi 2 mars 2015 13:15

 

Des hommes politiques centrafricains invités par la communauté Sant’Egidio, ont signé le 28 février dernier à Rome en Italie, un document titré « Appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale ». Il s’agit d’un condensé  d’engagements en 15 points pris par les politiques centrafricains.


« L'appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale  » a été signé après plusieurs réunions entre les représentants centrafricains et les membres de la communauté Sant’Egidio. « Le contenu du document paraphé a été discuté pendant ces réunions », selon l'un des participants centrafricains aux travaux.
 
L’appel de Rome rappelle tout d’abord la situation dégradante du pays de manière générale et spécialement celle des victimes de la crise actuelle.


Les signataires du document se sont engagés à s’impliquer fortement pour la réussite du forum de Bangui, forum qui a débouché sur la signature d’un accord de cessation des hostilités à Brazzaville en juillet 2014.


Ils se sont également engagés à lutter contre toutes initiatives pouvant compromettre la réussite des pourparlers inter-centrafricains de Bangui.


Le document appelle à la tenue d’une table ronde de soutien à la République Centrafricaine pour permettre aux autorités qui seront élues de pouvoir faire face aux multiples défis actuels.


Les signataires du document ont pris l’engagement d’apporter leur contribution à la restructuration des forces de défenses et de sécurité intérieure de la Centrafrique, notamment les Forces armées centrafricaines, la gendarmerie nationale et la police centrafricaine. Ils se sont aussi engagés à œuvrer pour la libre circulation des biens et des personnes sur l’ensemble du territoire national.


Les signataires de « l’appel de Rome » s’engagent à s’opposer à tout projet visant l’usage de la force comme moyen pour parvenir à la magistrature suprême de l’Etat.

Les signataires prennent l’engagement de respecter le pacte républicain signé à Bangui par les autorités de la transition le 7 novembre 2013. Ils se sont en plus engagés à respecter les résultats issus des urnes et à faciliter le contre-pouvoir afin de permettre aux uns et aux autres de s’impliquer d’une manière ou d’une autre à la gestion de la chose publique.


A la communauté internationale, les signataires ont demandé d’aider le gouvernement à rétablir la sécurité, à préserver la libre circulation et à garantir les droits fondamentaux au peuple centrafricain.


Le deuxième volet de la demande est une invitation à la communauté internationale à qui les signataires demandent de soutenir l’Autorité nationale des élections (ANE) en mettant à sa disposition les ressources nécessaires.


Le document chute sur un appel au peuple centrafricain et aux autres forces vives de la nation que les signataires appellent à les rejoindre dans cette dynamique afin de barrer la route aux ennemis de la paix et de la liberté en République Centrafricaine.

« L’appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale » a été signé ce 28 févier par quatre anciens Premiers ministres Anicet Georges Doléguélé, Enock Dérant Lakoué, Martin Ziguélé, Nicolas Tiangaye, la 2e Vice-présidente du parlement provisoire Léa Koyassoum Doumta, la présidente de la commission d’organisation du Forum de Bangui Béatrice Epaye, et les personnalités politiques comme Désiré Nzanga Kolingba, Gaston Mandata Nguérékata, Abdou Karim Méckassoua ainsi que Prosper Ndouba.


« L’appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale » est signé un mois et une semaine après l’accord de Nairobi entre les leaders Séléka et Antibalaka.


Un premier appel pour la paix et la réconciliation nationale en République Centrafricaine avait été signé à Rome le 10 septembre 2013, au siège de la Communauté de Sant’Egidio par des représentants du gouvernement de Bangui, du parlement provisoire, de la société civile et des confessions religieuses. L’objectif  recherché, visait à sortir la Centrafrique d'une phase très difficile de son histoire, dominée par l’instabilité, la crise économique et une violence diffuse qui avait même touché des églises et des lieux de culte.

 

 

Centrafrique/Bangui : L’Appel de Rome soutenu par Me Nicolas Tiangaye mais remis en cause par Christophe Gazam Betty

 

Bangui, 02 Mars 2015 (RJDH) Neuf politiques centrafricains ont signé à Rome le vendredi 27 février 2015 un Appel aux Centrafricains et à la Communauté Internationale. Me Nicolas Tiangaye parle d’engagements pour une grande implication de la classe politique dans la réussite du Forum de Bangui et participer à la résolution de la crise centrafricaine. Quant à Christophe Gazam Betty, ancien ministre d’État du régime Djotodia, seul l’Appel de Rome d’août 2013 qui a débouché sur le Pacte Républicain fait foi.

 

Selon l’ancien Premier ministre centrafricain, invité aussi à Rome, l’Appel de Rome a une portée temporelle dépassant la période de la transition. « Cet appel ne concerne pas seulement la période de la transition parce que nous nous sommes engagés à respecter les résultats des élections et à reconnaitre le droit de participer à la gestion des affaires de l’État, à tous ceux qui auront échoué à ces élections », précise-t-il.

 

Pour le président du parti Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS), c’est à tort que certaines opinions lient Nairobi à Rome, « dans l’Appel de Rome, nous sommes restés dans le cadre de la légalité. Nous avons demandé à la communauté internationale d’aider le gouvernement et l’Autorité Nationale des Élections. Il n’y a donc pas d’objectifs contradictoires par rapport au Forum de Bangui et au processus politique dans le cadre de la transition ».

 

Cependant, Christophe Gazam Betty croit qu’un appel de Rome à l’heure actuelle serait de trop et sortirait du cadre défini dans les textes régissant la coopération Saint Egidio et État centrafricain. « Je sais qu’il y a l’Appel de Rome de 2013 qui a débouché sur le Pacte Républicain qui a fait l’objet d’une mention spéciale dans la Résolution 2127 comme la piste crédible au processus de réconciliation nationale », indique-t-il.

 

 « La communauté Saint Egidio doit travailler avec le gouvernement et l’aider à sortir de cette crise. Selon le partenariat signé avec la RCA, cette communauté devrait former des médiateurs de la paix et de la réconciliation nationale, nous aider à placer des comités locaux dans le pays, prendre en charge les victimes, reconstruire l’état civil et créer des micro-projets. Ce n’est pas de transporter des gens dans l’avion pour Rome », a dit Christophe Gazam Betty.

 

La rencontre de Rome a été initiée par la communauté Saint Egidio et a regroupé neuf hommes politiques centrafricains qui ont signé l’Appel de Rome au peuple centrafricain et à la communauté internationale. Elle s’est achevée avec la signature de l’Appel depuis le samedi 28 février 2015./

 

Naim-Kaélin ZAMANE

 

 

NDLR : Me Nicolas Tiangaye est un des signataires de l'Appel de Rome donc il ne sert à rien de dire qu'il soutient ledit Appel. Quant à Christophe Gazam Betty, il n'est pas signataire du Pacte Républicain auquel il fait allusion et dont les seuls signataires sont Michel Djotodia, Nicolas Tiangaye et Alexandre Ferdinand Nguendet. Ses propos ici rapportés ne sont que la preuve de sa volonté quelque part d'exister...!

Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique
Des engagements en 15 points pour une sortie de crise en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com