Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 15:26

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org   mardi 24 mars 2015 14:11

 

La République Centrafricaine est plongée dans une crise sans précédent depuis le 24 mars 2013 avec l'arrivée des hommes armés de l'anciennne coalition Séléka avec à leur tête, Michel Djotodia Am Nondroko, installé au pouvoir à l'issu du coup de force. Deux ans après le renversement du général François Bozizé Yangouvonda, les Centrafricains subissent encore aujourd'hui les conséquences de ce coup de force, surtout que la situation a poussé des miliciens dits « Antibalaka », d'entrer dans la danse. Même si aujourd’hui le pouvoir n’est plus entre les mains de cette coalition rebelle, la Centrafrique a connu les moments les plus sombres de son histoire.
 
La traversée de ''la ligne rouge'' le 24 mars 2013 a ouvert la voie à de graves violations de droits humains. Le peuple centrafricain a commencé à compter ses morts par millier, à vivre des atrocités inimaginables, des actes inhumains. La personne humaine a été chosifiée : décapitation, mutilation, torture, viol, bref. Des biens matériels ont été détruits, pillés et volés. Le Centrafricain lambda se souvient encore négativement de cette date fatidique.


Les rebelles, dont une présence d'étrangers notamment les Tchadiens et les Soudanais,  s'étaient installés au pouvoir.


Après neuf mois de pouvoir, Michel Djotodia, chef de file de la coalition Séléka, a été contraint à la démission par ses pairs le 10 janvier 2014 à Ndjamena au Tchad. C'était au cours d'un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). Une nouvelle histoire s'est ouverte avec l'élection de Catherine Samba Panza par les Conseillers nationaux de Transition (parlementaires provisoires) au mois de janvier 2014.


La mauvaise gestion et l'insécurité, perpétrées contre les populations civiles à Bangui notamment dans les quartiers nord considérés comme le fief de l'ancien chef d’État Bozizé, avaient entraîné l'invasion des miliciens Antibalaka, le 5 décembre 2013, conduisant ainsi le pays dans un chaos profond.


Ces miliciens, considérés comme des sauveurs à leur entrée, se sont transformés  en bourreaux des populations. Armes au poing, gâchette facile, les Antibalaka ont également tué, torturé, pillé, violé et volé. Ils se sont spécialisés dans le braquage des véhicules appartenant à des organismes nationaux et internationaux, des organisations non gouvernementales et plus ceux des particuliers. La population a été totalement prise en otage : implantation des barrières illégales, perception des taxes de tous ordres, blocage de l'appareil étatique par l'organisation de journées « villes mortes ». Enfin, ces miliciens ont excellé dans les opérations de kidnapping. Deux humanitaires de l'ONG Codis, dont une française Claudia Priest et un frère de l'église catholique ont été kidnappés et relâchés quelques jours après. Le sommet de ces enlèvements est celui du ministre de la Jeunesse et des Sports, Armel Ningatouloum Sayo, relâché  après des pourparlers avec les bourreaux.


La situation humanitaire et sécuritaire dégradante de la Centrafrique a interpellé la communauté internationale. Selon Amnesty International, en deux jours, environ 1.000 chrétiens et 60 musulmans sont tués dans les combats et les massacres. Le 5 décembre 2013, alors que des violents combats éclatent à Bangui et Bossangoa, une résolution de l'ONU autorise le déploiement de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), appuyée par la France, afin d'intervenir pour stabiliser la situation. Le 15 septembre 2014, la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation de la République Centrafricaine (Minusca) a pris le relais de la Misca.

Or du 5 au 8 décembre 2013, alors que l'armée française a commencé son déploiement, Bangui, la capitale de la Centrafrique, était le théâtre de violents combats entre les Séléka et les Antibalaka. 

 
Plus tard, le 30 avril 2014, les premiers soldats de l'Union européenne (Eufor-RCA) prennent la relève des forces de l'opération Sangaris à l'aéroport Bangui M'Poko qu'ils sont chargés de sécuriser ainsi que les troisième et cinquième arrondissements de Bangui.


La troisième guerre civile centrafricaine est un conflit inter-communautaire apparu au cours de l'année 2013 République Centrafricaine.


Le conflit se caractérise par de nombreuses exactions contre les civils, musulmans ou chrétiens. Un grand nombre d'entre-eux ont fui les villages pour se réfugier dans la brousse. La situation débouche sur une crise humanitaire importante, aggravée par le chaos sécuritaire.


Le 23 juillet 2014, les belligérants ont signé un accord de cessation des hostilités à Brazzaville.

24 mars 2013 : une date inoubliable en Centrafrique
24 mars 2013 : une date inoubliable en Centrafrique
24 mars 2013 : une date inoubliable en Centrafrique
24 mars 2013 : une date inoubliable en Centrafrique
24 mars 2013 : une date inoubliable en Centrafrique
24 mars 2013 : une date inoubliable en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com