Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 10:16

 

 

 

Beaucoup a été déjà dit sur l’accord mort-né signé le 22 janvier dernier à Nairobi qui a résulté de discussions en catimini entre François Bozizé, Michel Djotodia et leurs clans respectifs d’anti-balakas et de séléka. Le document est rejeté par presque tout le monde aussi bien par le gouvernement de transition, toute la classe politique et les forces vives en Centrafrique et à l’international par la CEEAC, l’UA et la France.  le médiateur congolais, le président SASSOU NGUESSO qui avait pourtant mis un avion à la disposition de ces conspirateurs pour les convoyer à Nairobi, a dû faire un rétropédalage lorsqu'il s'est aperçu que l'affaire était mal engagée et que les discussions de Nairobi avaient fait pschitt ! Comme par hasard, le premier signataire de l’accord n’est autre que NOURALDINE ADAM, celui-là même qui est sous sanction du Conseil de sécurité des Nations Unies qui lui interdit de voyager et qui curieusement a pu tranquillement quitter Birao pour se rendre à Nairobi via Brazzaville. On note aussi que ni BOZIZE ni DJOTODIA, n'ont apposé eux-mêmes leurs signatures au bas du fameux accord laissant agir leur place des seconds couteaux. On a ainsi une preuve supplémentaire que c'est bien BOZIZE qui manipule les anti-balakas.

 

En revanche, parmi les signataires dudit accord, figure un anti-balaka notoire, un certain Maxime MOKOM, celui-là même qui, selon certaines informations concordantes relayées notamment par le ministre de la sécurité publique du gouvernement centrafricain Nicaise Samedi KARNOU, aurait commandité par téléphone depuis Nairobi, les récents enlèvements et prises d’otage, tant de la française Claudia PRIEST et du Frère Gustave REYHOSSE ainsi que du chef rebelle et non moins ministre des sports, Armel NINGATOLOUM SAYO. Dans un pays normal, ce Maxime MOKOM ne peut pas regagner Bangui sans être inquiété par la police et les services de sécurité mais comme on est en Centrafrique, on ne sera pas surpris d’apprendre que ce monsieur soit tranquillement et triomphalement revenu de Nairobi comme un héros pour regagner impunément son sanctuaire de Boy-Rabe. Il en est de même pour tous les autres signataires centrafricains dudit accord qui est incontestablement une preuve manifeste de déstabilisation.  

 

CAP

Qui sont les signataires de l'accord mort-né et rejeté de Nairobi ?
Qui sont les signataires de l'accord mort-né et rejeté de Nairobi ?
Qui sont les signataires de l'accord mort-né et rejeté de Nairobi ?
Qui sont les signataires de l'accord mort-né et rejeté de Nairobi ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com