Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 11:42

 

 

Le voile commence à se lever sur l’initiative prise par le médiateur de la crise centrafricaine, le président congolais Denis Sassou Nguesso, qui sous-traité à de médiateurs kenyans en rendant possible depuis le mois de novembre 2014, une rencontre à Nairobi entre les deux frères ennemis que sont François Bozizé, son tombeur Michel Djotodia et leurs partisans respectifs. Ils ont fini par se mettre d’accord sur un texte dit Accord de Nairobi qui a été signé le 22 janvier 2015. Celui-ci prévoit grosso modo la mise en place d’une « troisième transition » en RCA à l’issue du forum de Bangui qui doit décréter une amnistie générale avant les prochaines élections.

 

Dans une lettre que les médiateurs kenyans ont adressée au président Sassou Nguesso au lendemain de la signature dudit accord et dont CAP a pu se procurer copie, on lit ceci : « Afin de détendre l’extrême tension et hostilité et dans le cadre du processus de médiation, nous avons délibérément pris la décision d’organiser des visites touristiques à l’intention des deux délégations ainsi que des programmes sociaux durant les week-ends. A chaque occasion, on a fait voyager les deux délégations dans un même autocar.»

 

Plus loin, les auteurs de la correspondance insistent auprès de Sassou  pour le « lancement sans attendre de la Phase II de la médiation (ndlr : il s’agit de la mise en place de la troisième transition) portant essentiellement sur des négociations réunissant toutes les tendances, sur la composition et la formule de partage du pouvoir en vue de la mise en place d’un nouveau gouvernement de transition d’union nationale ». C’est cette exigence que Bangui rejette fermement et considère comme une inacceptable tentative de « déstabilisation » de la transition qu’elle conduit actuellement. Fin janvier dernier, en marge du dernier sommet des chefs d’état de l’UA à Addis-Abeba, Sassou Nguesso a été sommé par ses pairs de s’expliquer au sujet de l’initiative de la rencontre de Nairobi,

 

Toujours à propos de l’Accord de Nairobi, Abdoulaye Bathily le représentant spécial de Ban Ki moon pour l’Afrique centrale, s’est aussi vu contraint de prendre sa plume pour recadrer le médiateur Sassou Nguesso dans une lettre de rappel à l’ordre en date du 8 février 2015 où le diplomate sénégalais tout en déplorant les discussions en cours à Nairobi, dénonce le texte de l’accord signé comme un document qui « viole les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Charte constitutionnelle de la transition de la RCA et l’esprit de Brazzaville ». Il demande pas moins en outre au président congolais de « mettre fin, de manière à la fois formelle et publique, aux consultations en cours dans la capitale kenyane et à inviter tous les acteurs à s’insérer dans le processus de Brazzaville car selon Bathily, la crédibilité de la Médiation internationale et le déroulement apaisé de la transition en République centrafricaine. »

 

CAP

Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso
Pourparlers parallèles de Nairobi : Tirs croisés sur Sassou Nguesso

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com