Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 03:09

 

 

 

Bozoum : Des groupements agropastoraux ont exposé leurs produits
 

Bozoum, 02 février 2015 (RJDH) ---Une centaine de groupements venus de Bozoum et des autres sous-préfectures de l’Ouham Péndé, ont exposé et vendu leurs produits agro pastoraux. C’est  à l’occasion d'une foire, organisée conjointement par l’ONG  Cordaid et la Caritas de Bozoum avec l’appui financier de l’ambassade de France. L'exposition s'est faite  du samedi 31 janvier au dimanche 1er  février 2015.

 

178 coopératives venues de la ville de Bozoum, de Bocaranga, des localités de Ndim, de Ngaoundaye, de Bossemptélé, de Tali  sont arrivées et ont exposé des produits champêtres et de l’élevage. "Il faut toutefois noter que, peu de personnes sont venues acheter les produits exposés à cause de la difficulté financière  dans la région", a constaté le correspondant du RDJH dans la ville de Bozoum.

 

"Cette foire a été une occasion pour les groupements agropastoraux d’exposer leurs produits sur le marché et de les vendre à bon prix. C’est aussi une occasion pour sensibiliser les gens à faire la paix", a dit David, représentant  des agriculteurs de Bozoum.

 

"Ces coopératives ont exposé des produits agricoles tels que le  riz, les arachides, le maïs, le mil, le sésame, les haricots et de nombreux autres produits de leur travail. Une fête de couleurs et de visages, enfin joyeux, après deux années de guerre", a dit Père Aurelio Gazzera, dirigeant la paroisse de Bozoum.

 

Selon le récit fait par le religieux, l'après-midi du samedi était consacré  à la visite des stands des maraichers. "Nous avons visité 13 jardins. Une façon de stimuler et d'encourager ceux qui ont travaillé  pendant la saison sèche et l’aménagement des zones inhabitées de la ville. Aussi  d’encourager l'horticulture. En arrivant dans la «vallée des jardins" la vue est impressionnante: les légumes vertes, sur la terre rouge, et tout bien ordonné et propre. Bravo à tous", s'est exclamé Père Aurelio.

 

L'exposition de la foire agricole à Bozoum sera suivie par celle de la ville de Bouar, qui aura lieu en ce mois de février. /

 

Alban Nokoumona


 

Bangui : Un enregistrement remis à la famille d’Armel Sayo relate son enlèvement
 

 

Bangui, 02 février 2015 (RJDH) Armel Ningatoloum Sayo, ministre de la Jeunesse et des Sports, kidnappé le 25 janvier dernier, a raconté les circonstances de son arrestation et demande à la plateforme religieuse et à la présidente de la transition de s’investir davantage pour sa libération. On peut écouter ces propos dans un enregistrement remis aux membres de sa famille dont le RJDH  a reçu la copie.

 

Dans cet enregistrement de cinq minutes, Armel Ningatouloum Sayo a raconté les circonstances de son arrestation, qui ne sont pas autres que celles présentées par les média quelques heures après son kidnapping. La voix semble être celle du membre du gouvernement. «J’ai été effectivement kidnappé le dimanche 25 janvier lorsque je revenais de la messe avec ma femme et mon cadet Louba Martial. Je suis conduit à une destination inconnue et suis vivant, détenu par mes ravisseurs », dit-il sur un ton inhabituel.

 

« Je demande l’implication de la plateforme et du gouvernement surtout de la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza, pour ma libération. Je souhaite reprendre mes activités et retrouver ma famille surtout ma femme. Raison pour laquelle je demande l’implication de la plateforme religieuse spécialement de Mgr Dieudonné Nzapalainga et des autorités actuelles (...) ».

 

Armel Ningatouloum Sayo est également revenu sur les conditions de sa détention, qui ne peuvent pas lui permettre de rester longtemps. « Les conditions de ma détention sont déplorables et je ne souhaite pas y rester pour longtemps. Que les autorités actuelles s’investissent et s’impliquent à fond pour que je sois libre ».

 

Pour le kidnappé, il n’y a pas de doute qu’il est détenu par les proches de Andjilo. « Je suis entre les mains des hommes du patriote Andjilo. Ils me retiennent parce qu’ils veulent la libération de ce dernier », explique-t-il.

 

Dieudonné Nzada, l’aîné du kidnappé a indiqué au RJDH qu’il n’y a pas de doute que la voix est belle et bien celle de « notre frère Armel. Ce qui nous a davantage convaincus c’est le fait que l’élément ex-Anti-Balaka qui nous a amenés l’enregistrement ait dit que le ministre souffre présentement au niveau de sa jambe gauche. Effectivement, il avait fait un accident et souffrait momentanément de ce mal ».

 

Une source proche de la présidence a confié au RJDH qu’une réunion de sécurité a été convoquée ce matin et le kidnapping d’Armel Sayo était inscrit à l’ordre du jour. « Seulement que les résolutions de la réunion n’étaient pas portées au public », raconte-elle.

 

Une semaine et un jour, c’est la durée de la détention de Armel Ningatouloum Sayo depuis son kidnapping le dimanche 25 janvier./

 

Naim-Kaélin ZAMANE

 

 

Bangui : Les consultations à la base pour les arrondissements de la capitale sont lancées ce matin

 

 

Bangui, 02 février 2015 (RJDH)-- Les activités précédant les consultations à la base dans la capitale centrafricaine, sont lancées ce lundi 2 février. Le lancement des travaux a eu lieu ce matin au Complexe Sportif 20 000 places. Le constat fait par le RJDH, dans certains arrondissements de Bangui révèle que certains habitants ne sont encore prêts pour accueillir ces activités.

 

« Les consultations à la base ont bel et bien commencé ce 2 février à Bangui. La journée du lundi est consacrée au lancement des travaux dans la salle de conférence du Stade 20 000 Places par le Ministre-Conseiller à la présidence, Jean Jacques Demafouth et le maire de la ville de Bangui, Hyacinthe Wodobodé», a fait savoir une source à la présidence. 

 

Selon le chargé de mission en communication au ministère de la Communication, Didier Martial Pabandji, les facilitateurs vont se mettre en équipe de quatre. Une équipe travaille pour deux arrondissements.  La première équipe va couvrir le premier et le septième arrondissement.  La deuxième équipe s’occupera  du deuxième et du cinquième arrondissement. La troisième prendra en compte le quatrième et le huitième arrondissement. Et la quatrième équipe se rendra dans le troisième et le sixième arrondissement. 

 

 « Les lieux des consultations se différent d'une équipe à une autre. La  première équipe va travailler  au  ministère des Arts et de la Culture. Elle occupera également une salle au département  des  Affaires Etrangères. La deuxième  équipe, quant à elle occupera le local de la Caisse Café et le parc de cinquantenaire.  La troisième équipe et ses membres,  vont se réunir  au siège du Conseil nationale de transition. Enfin, la quatrième équipe va réunir ses interlocuteurs  au niveau  du cinéma Rex », a-t-indiqué Didier Martial Pabandji.

 

Ces facilitateurs sont composés des leaders de différentes couches sociales, les représentants de CNT,  ceux de différents partis politiques Centrafricains, les représentants de la jeunesse, les représentants de la confession religieuse et autres.

 

Tout semble être calme dans la ville

 

Du 1ème arrondissement de la ville de Bangui en passant par les 2ème,  4ème, 3ème, 5ème et 8ème, les locaux de la mairie sont quasiment vides. Aucune activité n’est réalisée sur place.

 

« C’est demain que les consultations vont  commencer. Ce matin, on s’est réuni au niveau du Complexe Sportif 20.000 Places.  Nous avons décidé en commun accord de commencer le 03 de ce mois », a fait savoir une source de la mairie du 4ème arrondissement qui a participé à la rencontre de ce matin.

 

Cependant,  la plupart de la population banguissoise témoigne ne pas être informée de la tenue de ces consultations à la base. «  Je n'ai aucune idée sur ces consultations et je me demande si, elles auront lieu ici », a dit une autorité communale du 5ème arrondissement.

 

Les travaux des consultations à la base de Bangui qui commencent  aujourd’hui par le lancement officiel, prendront fin le 07 février. 

 

Annette Maélaine Malebingui.


 

 

Nouvelles nationales sur RJDH

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com