Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 17:41

 

 

                                                               AFDT- ACDP- CPAPS- UPRN

 

MEMORANDUM                 

 

                Les partis politiques et associations politiques soussignés, face à l'aggravation de la situation sécuritaire et humanitaire, ainsi qu’aux derniers développements négatifs de la situation politique qui risquent de conduire  à l'enlisement du processus politique et compromettre aussi bien la bonne tenue du Forum de réconciliation nationale que celle des  élections libres, justes, apaisées et démocratiques à venir dans notre pays, font l'analyse ci-après:

 

1/ Sur l'accord de  cessez-le-feu et de cessation des hostilités entre les ex-Séléka et les Anti-Balaka signé le 22 janvier 2015 à Nairobi

 

                Les signataires de la présente déclaration ne sont nullement concernés par un accord à l'élaboration et à la signature duquel ils ont été exclus.

 

                Ils rejettent en bloc ledit accord  qui est global et qui porte sur des questions politiques et institutionnelles en vue d’une nouvelle transition (Assemblée législative constituante intérimaire, révision de la Charte Constitutionnelle de Transition, nouvelle Autorité Nationale de Transition, changement de gouvernement, recomposition du Conseil National de Transition, amnistie générale etc...)      

         

                Ils considèrent cet accord   entre les  belligérants armés comme une manœuvre de déstabilisation des institutions actuelles de la transition et comme un complot contre le peuple centrafricain.

 

                Ils désapprouvent l’existence de médiation parallèle fondée sur un agenda caché  et qui est de nature à conduire le processus politique dans l’impasse totale.

 

                Au regard de ce qui précède, un recadrage structurel et humain de la médiation internationale ainsi qu’un recentrage stratégique de ses objectifs politiques et diplomatiques s’imposent afin de garantir sa neutralité et son impartialité vis-à-vis de tous les acteurs nationaux.

 

2/ Sur la question de la sécurité

 

                La sécurité ne peut revenir dans le pays sans le désarmement des bandes armées et des milices et sans la mise en orbite opérationnelle des Forces Armées Centrafricaines (FACA).

 

                C’est un préalable pour la réussite de la Transition. C’est aussi la condition sine qua none de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national et du bon déroulement du processus électoral. La communauté internationale a l’obligation politique et morale de relever ce défi par l’application sans fioriture du mandat onusien.

 

                Parmi les objectifs spécifiques assignés à la MINUSCA, la démilitarisation du territoire national occupe une place centrale. La résolution 2149 des Nations Unies sur la rubrique du désarmement, démobilisation, réintégration, rapatriement, est claire : « Regrouper et cantonner les combattants, et confisquer et détruire, selon qu’il convient, les armes et munitions de ceux qui refusent de les déposer » (- article 30 g) iii)-)

 

                Placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le mandat des forces internationales en Centrafrique, ne doit souffrir de tergiversations sur la question incontournable de l’usage de la force le cas échéant pour atteindre l’objectif  stratégique de la stabilisation du pays.

 

                Les soussignés se félicitent des offensives menées par les forces internationales contre les éléments de la coalition SELEKA à BRIA le mardi 10 février 2015 afin de rétablir l’autorité de l’Etat. Ils les encouragent à poursuivre cette mission qui fait partie intégrante de leur mandat.

 

                Il n’existe pas d’alternative à la restauration de l’autorité de l’Etat sans ses propres forces de défense et de sécurité, c’est-à-dire sans le monopole par l’Etat de la violence légale et légitime.

 

                Toute autre solution conduira inéluctablement à l’implosion de la RCA et à sa partition, au regard des événements vécus quotidiennement à Bangui et dans nos provinces.

 

3/ Sur les élections

 

                Les signataires de la présente déclaration prennent acte de la prolongation de six mois de la transition conformément à l’article 102 alinéa1er de la Charte Constitutionnelle de transition.

 

Ils souhaitent que les autorités de Transition et les partenaires extérieurs mettent tout en œuvre pour que ce délai soit respecté pour ne pas ouvrir la voie à une nouvelle prolongation qui, cette fois,  relèvera exclusivement de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC sur le fondement de l’alinéa 2 de l’article 102 de la Charte. 

 

                Ils relèvent que l’Etat centrafricain s’est acquitté de son obligation en mettant la somme d’un milliard de francs CFA à la disposition de l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Ils encouragent la communauté internationale à concrétiser sa contribution financière, matérielle et en expertise afin que le délai de prolongation soit respectée.

 

                Ils notent qu’aucune élection crédible, apaisée, transparente, juste et démocratique ne peut se dérouler dans un pays entièrement occupé par des bandes armées. Les campagnes seront perturbées par les forces négatives et les résultats seront contestés. Les risques pour le pays sont faciles à imaginer : la guerre civile et la consécration de la partition.

 

                La communauté internationale doit faire une option claire pour ne pas organiser une parodie électorale qui débouchera sur le chaos total.

 

4/ Sur l’impunité

 

                 Les partis politiques et associations politiques condamnent les rapts et enlèvements opérés par des criminels sous des mobiles prétendument politiques contre une ressortissante française et deux centrafricains dont le Ministre Armel Ningatoloum Sayo. Ils remercient tous ceux qui ont contribué à leur libération .

 

Ils exigent que les auteurs de crimes atroces dont a souffert le peuple centrafricain depuis fin 2012 répondent de leurs actes devant la justice nationale et internationale. Ils exhortent le Gouvernement à actionner tous les mécanismes pour la mise en place rapide de la Cour Pénale Spéciale pour la RCA prévue à cet effet par les Nations Unies,  et à lancer un appel à la communauté internationale pour son financement.

 

 Ils exigent  également le transfert des principaux responsables des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité devant la Cour Pénale Internationale.

 

Ils sont opposés à toute loi d’amnistie, car sans justice pour les victimes, il ne peut y avoir de paix et de réconciliation dans le pays.

 

5/ Sur le Forum de réconciliation nationale

 

                Les soussignés encouragent la tenue de ce forum et condamnent les actes de sabotage des éléments de la Séléka à Ndélé, Kaga Bandoro, Bria et Bambari pour empêcher les consultations populaires à la base. Ces entraves au processus de paix confortent l’option d’un désarmement préalable à toute action pour stabiliser le pays.

 

                Ce forum ne sera bénéfique pour notre pays que s’il doit permettre un vrai retour à la sécurité sur l’ensemble du territoire, une cohésion sociale et une meilleure coexistence entre les différentes communautés en vue d’un retour à la légalité constitutionnelle à la suite d’élections apaisées, crédibles et transparentes.

 

                Il doit éviter le double écueil de la remise en cause des institutions actuelles de la Transition et la recherche effrénée des postes. Il y va de l’intérêt supérieur de la Nation.

               

 

                                                                                        Fait à Bangui le  12  février 2015

 

                               Ont signé :

  1. Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT)
  2.  

 

  1. Alternative Citoyenne pour la Démocratie et la Paix (ACDP)

 

 

  1. Coordination des Partis et Associations Politiques Sans Plateforme (CPAPS)

 

 

  1. Union des Partis Politiques pour la Reconstruction Nationale (UPPRN)

 

 

 

Bangui : Des plateformes politiques marchent pour la paix, la sécurité et la justice
 

Bangui, 13 Février 2015 (RJDH)--Les leaders de certains partis politiques et leurs militants ont marché ce matin pour appeler à la paix et exiger l’application intégrale des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Ils ont voulu par cette manifestation,  dénoncer l’Accord de Nairobi, l’embargo sur les armes en Centrafrique et exiger le désarmement des groupes armés avant les élections.

 

C’est précisément quatre plateformes politiques, à savoir AFDT, ACDP, CPAPS et l’UPPRN soit une trentaine de partis politiques qui, ont ce vendredi marché. Tous les leaders de la classe politique centrafricaine étaient au rendez-vous. On peut noter la présence de Martin Ziguélé, Nicolas Tiangaye, Rainaldy Sioké, Désiré Dzanga Kolingba et bien d’autres leaders. Marchant main dans la main en signe d’unité et de cohésion sociale, les politiques ont transpiré sous la chaleur pour faire entendre leur voix.

 

Martin Ziguélé, sueur au front et quelque peu essoufflé, réponds au reporter du RJDH. « Nous marchons pour réclamer fermement de tous les belligérants de la crise centrafricaine, le strict respect de l’Accord de Cessez-le-feu signé le 24 juillet 2014 à Brazzaville, dénoncer l’accord de cessez-le-feu parallèle de Nairobi, exiger des forces internationales l’application immédiate de la résolution 2149 par le désarmement forcé des groupes armés, réclamer la refondation rapide des FACA et dénoncer les méthodes terroristes de prise d’otages et rapts organisés par certains éléments Anti-Balaka ».

 

Nicolas Tiangaye qui était également de la partie a montré l’itinéraire de la marche, « Nous avons quitté le pont Sica-Bois à quelques mètres du km5 et nous avons longé l’avenue Boganda pour chuter au palais de la renaissance où un mémorandum a été remis à la présidente de la transition ».

 

Au palais de la renaissance, l’équipe n’a pas rencontré la cheffe de l’État de transition. Les manifestants ont été reçus par le ministre d’État, Directeur de Cabinet de la présidence, Joseph Mabingui, qui a reçu le mémorandum. Il a demandé aux hommes politiques et aux militants qui les ont accompagnés d’« unir nos forces pour faire avancer le pays et retrouver le chemin de la paix ».

 

Plusieurs banderoles ont été conçues pour la circonstance. Sur certaines d’entre elles, on peut  clairement lire : « Non à l’accord de Nairobi », « Pas de désarmement, pas d’élection », « Non à l’embargo sur les armes en Centrafrique », « Désarmement forcé, Ex-Séléka, ex-Anti-Balaka ».

 

Il faut noter qu’au centre-ville, la foule n’était pas bien accueillie par les commerçants et les passants qui la croisèrent. Elle était huée et recevait des messages du genre « Vous avez amené le feu et vous voulez l’éteindre », « Lorsque nous mourrons comme des mouches, où étiez-vous pour dénoncer, condamner », « Laissez-nous tranquilles » « Vous aviez laissé Djotodia faire ».

 

C'est pour la première fois depuis le début des évènements marqué par l'entrée de la Séléka à Bangui, de voir les hommes  politiques sortir dans la rue pour faire publiquement des revendications./ 

 

Naim-Kaélin ZAMANE

Mémorandum des partis politiques remis à l'issue de leur marche pour la paix et la sécurité au Représentant spécial du SG  de l'ONU, au représentant du médiateur et au Dircab de la Présidente
Mémorandum des partis politiques remis à l'issue de leur marche pour la paix et la sécurité au Représentant spécial du SG  de l'ONU, au représentant du médiateur et au Dircab de la Présidente
Mémorandum des partis politiques remis à l'issue de leur marche pour la paix et la sécurité au Représentant spécial du SG  de l'ONU, au représentant du médiateur et au Dircab de la Présidente
Mémorandum des partis politiques remis à l'issue de leur marche pour la paix et la sécurité au Représentant spécial du SG  de l'ONU, au représentant du médiateur et au Dircab de la Présidente
Mémorandum des partis politiques remis à l'issue de leur marche pour la paix et la sécurité au Représentant spécial du SG  de l'ONU, au représentant du médiateur et au Dircab de la Présidente

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com