Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 23:06

 

 

http://mwinda.org   24 février 2015 Écrit par Moléki Nzéla

 

De quoi y perdre son lingala : on se demande encore quelle mouche de l’Alima a piqué Sassou quand, dans le dossier centrafricain, il a favorisé des négociations parallèles à Nairobi entre les deux anciens présidents centrafricains Michel Djotodia et François Bozizé.

 

On se souvient que le 17 janvier dernier, le «  bâtisseur infatigable » (surnom donné par ses partisans à Sassou) s’était, dans un communiqué, félicité des « avancées enregistrées lors des discussions de Nairobi » entre ces deux personnalités centrafricaines mais auxquelles les autorités centrafricaines ne furent même pas conviées !

 

En fait d’« avancées », il s’agissait d’un accord signé entre les anciens présidents centrafricains, lequel était censé remplacer celui signé à Brazzaville en juillet 2014. Cet accord de Nairobi prévoyait notamment la révision de la charte de la transition avec en prime la possibilité offerte à Michel Djotodia et François Bozizé de se présenter à la prochaine élection présidentielle, et de bénéficier d’une amnistie générale.

 

Catherine Samba-Panza avait, avec raison, dénoncé les manoeuvres de Sassou et y avait vu un complot fomenté par le médiateur contre la Centrafrique, d’autant que les autorités de la Transition n’avaient pas été associées à ces négociations parallèles.

 

Idris Déby le chef d'Etat tchadien, ne s’y est pas trompé d’ailleurs, qui avait déclaré lors du dernier Sommet de l’Union africaine  que ces accords était « nuls et non avenus ».

 

Isolé, vertement tancé y compris par le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique, Sassou a dû faire machine arrière et envoyer en urgence une délégation à Nairobi, histoire de déférer à l'ordre qui lui était donné de mettre un terme à son double jeu.

 

Message reçu cinq sur cinq puisqu'aujourd’hui c'est une « déclaration d'engagement » que les ex-présidents centrafricains s'apprêtent à signer à Nairobi. Ces derniers promettent à présent d’adhérer à l'accord de cessation des hostilités de Brazzaville signé en juillet 2014 et d’appeler leurs partisans à soutenir le processus de sortie de crise. Bref ils s’engagent à rentrer dans le rang.

 

Le poto poto créé par le médiateur Sassou semble donc prendre fin, au grand soulagement des centrafricains. Une tambouille diplomatique qui se termine en eau de boudin.

Lu pour vous : Fin du poto poto de Sassou dans la médiation centrafricaine ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com