Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 17:14

 

 

 

Bangui (AFP) - 11.02.2015 11:43 - Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, enlevé le 25 janvier à Bangui, a été libéré dans la nuit de mardi à mercredi, a appris l'AFP de source militaire centrafricaine.

 

"Il a été libéré" mardi en fin de soirée, a affirmé cette source, précisant que M. Sayo était en bonne santé. Cette libération a été confirmée depuis par sa famille ainsi que par les autorités.

 

"Je suis en ce moment avec le ministre. Il a le moral, et son état de santé n’est pas affecté. Depuis 72 heures, nous avons mis les bouchées doubles pour convaincre les ravisseurs de libérer notre collègue", a confié Nicaise Samedi Karnou, ministre de la Sécurité publique.

 

Le ministre de la Jeunesse, premier membre du gouvernement retenu en otage depuis le début de la crise centrafricaine, avait été capturé par des hommes armés lors d'une série d'enlèvements dans la capitale fin janvier, sans que l'on puisse déterminer s'il y avait un rapport entre ces rapts.

 

Une Française et un Centrafricain travaillant pour une ONG avaient été retenus pendant plusieurs jours par des miliciens chrétiens anti-balaka qui voulaient obtenir la libération d'un de leurs chefs arrêté. La même semaine, une expatriée de la Minusca (Mission des Nations unies en Centrafrique) avait été retenue quelques heures, également par des anti-balaka.

 

Ancien chef de la rébellion Révolution Justice (RJ) basée dans le nord-ouest du pays, Armel Sayo était entré au gouvernement du Premier ministre Mahamat Kamoun après la signature de l'accord de cessation des hostilités du 23 juillet 2014 à Brazzaville, au Congo.

 

Il avait été enlevé dans le quartier de Galabadja, dans le nord de Bangui, alors qu'il rentrait de l'église après la messe dominicale.

 

La libération de M. Sayo a donné lieu à des semaines de négociations difficiles. Une cellule de crise avait été mise en place et se réunissait sous l’égide de la présidente de transition Catherine Samba Panza pour conduire les tractations. Les négociations étaient menées par le ministre de la Sécurité publique, l'archevêque de Bangui Dieudonné Nzapalainga (qui avait déjà travaillé sur la libération de la Française), et un groupe d’anciens leaders anti-balaka.

 

Le 5 février, les membres du mouvement RJ d'Armel Sayo avaient fait connaître leur impatience. "Les ravisseurs ont jusqu’à samedi pour libérer notre commandant. En cas contraire nous n’excluons pas une marche sur Bangui", avait mis en garde Raymond Belanga, chef d’état-major de RJ, depuis son QG à Paoua (nord-ouest).

 

"J’avoue qu’il y a eu beaucoup de flou autour de cette affaire", a raconté Sébastien Wenezoui, un des leaders anti-balaka: "les ravisseurs avaient exigé 4 millions FCA (6.000 euros). Le gouvernement m’a remis la somme totalement. Quand j’avais demandé à voir le ministre (Sayo) avant de remettre l’argent, les ravisseurs m’ont fait savoir qu’il était gardé (...) à quelque 90 km dans le nord de Bangui. C’est ce qui a fait que je ne leur ai remis que la moitié de l’argent dans un premier temps".

 

Les anti-balaka, auxquels seraient liés les ravisseurs, ont en tout cas nié toute implication. "Ceux qui ont commandité l'enlèvement prennent leurs ordres de Nairobi, où viennent de terminer des négociations informelles entre leaders des groupes armés rivaux en RCA" (République centrafricaine), a lancé mercredi le chef des anti-balaka Patrice Édouard Ngaïssona, sans citer de noms.

 

© 2015 AFP

 

Centrafrique : Le ministre Armel Ningatoloum Sayo, libéré par ses ravisseurs anti balakas

APA Bangui (Centrafrique) 2015-02-11 12:15:05 Le ministre de la jeunesse et des sports, Armel Ningatoloum Sayo a été libéré ce mercredi matin après 17 jours de captivité par des éléments de la milice chrétienne anti-balaka


Enlevé le 25 janvier dernier alors qu'il circulait avec sa famille dans le 4ème arrondissement de Bangui à sa sortie d'Eglise, le Ministre Armel Sayo vient d'être libéré ‘'sans conditions''.

Ses kidnappeurs comptaient se servir de lui comme monnaie d'échange avec leur chef Rodrigue Ngaïbona alias Général Andjillo, arrêté par la MINUSCA vers Bouca une région située à 400 km de Bangui.


Le Commandant Armel Ningatoloum Sayo, leader du mouvement rebelle Révolution Justice (RJ), est rentré dans le gouvernement à la faveur de l'accord de cessez-le-feu signé par les belligérants du conflit centrafricain, lors du forum de Brazzaville en juillet dernier.


Il a été reconduit comme ministre de la Jeunesse et des Sports pendant le dernier remaniement gouvernemental


Ses ravisseurs ont sans doute entendu les différents appels à la libération lancée le weekend dernier par l'archevêque de Bangui Mgr Dieudonné Nzapalainga en les invitant de laisser de côté leur demande de rançon et l'exigence de la libération de leur chef Andjilo arrêté par la MINUSCA.

Des manifestations pour la libération Armel Sayo ont été aussi organisées à Bangui par les associations et fédérations sportives.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=816840#sthash.EtQ0FVpV.dpuf

 

 

 

NDLR : Il est donc clair que le gouvernement a versé intégralement le montant de la rançon exigée par les ravisseurs pour obtenir cette libération. Ce faisant, il met le doigt dans le dangereux engrenage qui va conduire désormais les bandits d'anti-balakas à multiplier les enlèvements et prises d'otage moyennant versement de rançon aux ravisseurs et leurs commanditaires qui ne sont autres que les Sébastien Wénézoui, Patrice Edouard Ngaissona et autres Maxime Mokom, ce dernier étant un proche parent de Bozizé qui oeuvre en coulisse depuis Nairobi comme par hasard.

Centrafrique: libération du ministre des Sports enlevé le 25 janvier à Bangui
Centrafrique: libération du ministre des Sports enlevé le 25 janvier à Bangui
Centrafrique: libération du ministre des Sports enlevé le 25 janvier à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com