Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 15:31

 

 

 

http://www.adiac-congo.com   Mardi 3 Février 2015 - 13:22

 

Le Conseil national de transition (CNT), l’actuel Parlement a débuté le 2 février, une session extraordinaire afin d’examiner les trois dossiers épineux de la transition centrafricaine. Il s’agit de l’avant-projet de la nouvelle Constitution, de la relecture de la loi électorale et de la mise en place d’une cour pénale spéciale.

 

Durant deux semaines, les parlementaires centrafricains essayeront d’examiner tour à tour les différents textes qui leur sont soumis, permettant le retour rapide à l’ordre constitutionnel dans le pays.  

 

Alexandre Ferdinand Nguendet, président du CNT a promis une large consultation avant l’adoption de la loi fondamentale. « Je tiens, cependant à dire que la production de cet avant-projet de la Constitution n’est que la première étape du processus, puisque après l’appréciation des Conseillers nationaux et la prise en compte des amendements qu’ils peuvent apporter au document, le texte final sera soumis à discussion au cours d’un séminaire national de validation qu’organisera le Gouvernement. », a rassuré Alexandre Nguendet.

 

 En effet, l’adoption d’une nouvelle Constitution pouvant accélérer le rétablissement des Institutions de la République, est une demande forte de la communauté internationale et des partenaires traditionnels de la Centrafrique. Le texte fondamental sera donc adopté par le parlement, présenté au public lors d’un séminaire national de validation avant qu’il ne fasse l’objet d’un référendum au mois de juin prochain.

 

 Au cours de cette session, les 135 conseillers nationaux seront appelés à amender l’actuelle loi électorale. Plusieurs dispositions devront être toilettées afin de faciliter la tenue dans le délai des prochaines échéances électorales. En novembre dernier, le président de l’Autorité nationale des Elections, Dieudonné Kombo-Yaya, avait suggéré le retrait de la biométrie qui pouvait servir de fichier électoral. Les autorités centrafricaines avaient par la suite validé cette solution, invoquant le problème de budget.

 

 Outre la biométrie, des questions liées au recensement général de la population, à l’éligibilité de certains candidats, seront aussi étudiées durant cette session. « Le vœu du peuple aujourd’hui, c’est d’aller aux élections. », a lancé lors de son discours d’ouverture, le président du CNT.

 

Enfin, le CNT pourra étudier l’avant-projet relatif à la mise en place d’une Cour pénale spéciale chargée de juger les auteurs des crimes commis pendant la crise. Cet examen parlementaire fixera la composition de la future cour, la compétence des juges ainsi que la durée.  

 

Une experte indépendante de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme en République centrafricaine a entamé, depuis mardi, une visite de dix jours dans le pays. Marie-Thérèse Keita Bocoum est venue évaluer les efforts de lutte contre l’impunité dans ce pays meurtri par la guerre civile.

 

Fiacre Kombo(Stagiaire)

Centrafrique : le CNT se penche sur les derniers dossiers épineux de la transition

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com