Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:38

 


 

Bangui, 21 Février 2015 (RJDH)---Les leaders des Anti-Balaka et ceux de la Séléka, réunis à Nairobi, auraient signé dans la nuit de vendredi à samedi 21 février,  la version révisée de l’accord qu’ils avaient parafé le 22 janvier dernier. Les délégations devraient, de sources bien informées, descendre à Brazzaville.

 

Selon nos informations, les leaders des Anti-Balaka et ceux des ex-Séléka auraient retiré l’amnistie et l’hypothèse de la 3ème transition dans la version de l’accord qu’ils ont signé dans la nuit du vendredi à samedi.

 

Cette information n’est pas encore confirmée par les leaders de ces deux mouvements présents dans la capitale Kenyane. Mais des sources proches de ceux-ci, contactées par le RJDH ont confirmé la signature de la nouvelle version de l’accord. « Les discussions s’étaient poursuivies et hier, il y a eu conclusion sur la version définitive. Les aspects critiqués ont été enlevés pour montrer la bonne volonté des délégations. Il y a plus de demande d’amnistie et la nouvelle transition », a expliqué un proche de la délégation de François Bozizé.

 

De sources non concordantes, les délégations ayant pris part à cette rencontre sont attendues ce jour à Brazzaville pour la reconnaissance de l’Accord de Brazzaville et le gouvernement en place. Cette information n’est pas encore confirmée par la médiation, car selon nos sources, « cet accord est signé en dehors de tout cadre légal international ».

 

Notons que face à la vague de contestations qui a suivi la signature de l’accord de Nairobi, Moustapha Sabone, du FPRC (ex-Séléka), présent à Nairobi avait confié à nos confrères de RFI qu’ils étaient disposés à rediscuter l’accord voire à retirer l’amnistie et l’hypothèse de la 3ème transition.

 

L’accord de Nairobi a été signé le 22 janvier 2015 après plusieurs jours de discussions. Cet accord a été contesté à la fois par la classe politique centrafricaine et la communauté internationale./

 

Sylvestre Sokambi

 

 

NDLR : Edulcoré ou pas, expurgé ou non de certaines exigences fantaisistes des signataires, cet accord de Nairobi doit être purement et simplement être jeté à la poubelle car il a été signé en dehors de tout cadre légal et pour saboter le processus de normalisation engagé par la communauté internationale. Le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily ne s'y est pas trompé lorsqu'il a demandé par écrit au médiateur Denis Sassou Nguesso de mettre "formellement et publiquement" fin aux pourparlers de Nairobi.

Centrafrique/Bangui : La version révisée de l’accord de Nairobi signée à nouveau

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com