Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 15:32

 

 

 

10/02/15 (AFP)

 

Au moins 10 personnes ont été tuées et plus d'une dizaine d'autres blessées dans l'attaque d'un village du nord de la Centrafrique attribuée à des Peuls armés, a-t-on appris mardi auprès de la gendarmerie.

 

"Au moins 10 personnes ont été tuées et plus d'une dizaine d'autres blessées lundi dans le village de Boloum situé à une quinzaine de kilomètres de Batangafo (...) lors d'une attaque d'hommes armés" ayant été identifiés comme étant des Peuls installés dans la région, a affirmé cette source sous couvert d'anonymat.

 

"Les assaillants ont aussi incendié des maisons d'habitation et des plantations comme ce furent les cas dans la région de Kaga Bandoro" récemment, a ajouté la source, précisant que "de nombreux habitants ont fui ces violences pour se réfugier en brousse, ou encore dans les régions et villages voisins".

 

Ces deux dernières semaines, au moins huit personnes avaient déjà été tuées dans des attaques similaires dans le Nord de la Centrafrique. Le 4 février, les attaques de six villages, déjà attribuées à des Peuls armés, avaient fait au moins trois morts et plusieurs blessés dans les environs de Kaga Bandoro.

 

Batangafo, à 300 km au nord de Bangui, avait été le théâtre de violents affrontements en août 2014 entre soldats français et l'ex-coalition rebelle Séléka, qui reste très présente dans la ville.

 

Deux soldats français avaient été blessés au cours de ces affrontements, qui avaient également fait une soixantaine de morts côté Séléka.

 

Depuis le renversement du président François Bozizé en mars 2013 par la coalition rebelle Séléka, qui a depuis abandonné le pouvoir, la Centrafrique a sombré dans une crise sécuritaire et politique sans précédent opposant milices principalement chrétiennes, les anti-balaka, aux rebelles Séléka, essentiellement musulmans.

 

La présence de trois forces internationales -la force française Sangaris, l'Eufor RCA (UE) et la Minusca - a permis de stabiliser la situation, sans pour autant réussir à pacifier l'ensemble du territoire.

Centrafrique: au moins 10 villageois tués dans une nouvelle attaque dans le nord

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com