Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 11:20

 


 

Bria, 13 Février 2015 (RJDH)--Les éléments de l'ex-coalitions Séléka ont affirmé lors d'un entretien avec le RJDH, qu’ils ont renoncé aux conflits qui les opposent avec les forces internationales, présentes dans les villes où ils sont présents.  Mahomed Moussa, porte- parole de ce groupe armé basé à Bria (centre), a fait savoir que c'est dans le cadre de la recherche de la paix et de la promotion du dialogue qu'ils ont abandonné leur position aux forces internationales.

 

« Présentement, nous sommes encore dans la ville de Bria. Nous avons libéré les locaux administratifs.  Mais qui viendra les occuper?», s’interroge Mahomed Moussa,  avant d’ajouter que la Séléka  ne peut pas se permettre de combattre  les forces internationales en Centrafrique.

 

Même si ces hommes armés ont affirmé abandonner le combat, leur idée de ne pas reconnaitre la transition demeure toujours.  Le porte-parole de ce groupe armé, a confié au RJDH que la Séléka qui s'est retirée  dans le nord-est de la Centrafrique, « attend le retour de ses représentants qui sont en discussion à Nairobi pour savoir ce qu'il faut faire. Parce que, nous sommes des militaires et nous attendons l'ordre de nos supérieurs », a-t-il dit.

 

S'agissant des rumeurs  sur l'arrestation du général Arda  Akouma, le chef d'Etat major de cette ancienne rébellion, le porte-parole a fait savoir que cet officier est en liberté. Il a par ailleurs confirmé la mort de certains de leurs éléments lors de l'attaque de leur position le mardi dernier.

 

Pour lui, les 17 personnes arrêtées à Bria,  lors de cette attaque  et qui ont été transférées à Bangui, pourraient être des civiles et non des  éléments de l’ex -Séléka.

 

Les éléments de la Sangaris et ceux de la Minusca ont mené une attaque contre les positions des ces Séléka le mardi 10 février. L'objectif de cette opération, selon les forces internationales est de libérer les locaux administratifs qu'occupent ces hommes en arme. Ceci pour permettre le rétablissement de l'autorité de l'Etat dans la région.

 

Depuis le début des hostilités, qui ont emmené Michel Djotodia, le n°1 de la Séléka au pouvoir, le 24 mars 2013, la préfecture de la Haute Kotto,  celle de Bamingui Bangoran, de la Ouaka et une partie de la Nana Gribizi sont sous contrôle de la Séléka. Ces hommes armés se sont substitués aux autorités administratives et mènent des activités en ignorant le pouvoir de Bangui/

 

Thierry Messongo

Bria : L’ex Séléka dit avoir renoncé aux conflits avec les forces internationales
Bria : L’ex Séléka dit avoir renoncé aux conflits avec les forces internationales
Bria : L’ex Séléka dit avoir renoncé aux conflits avec les forces internationales

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com