Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 00:51

 

 

© AFP

 

http://m.france24.com   21/01/2015     par Charlotte BOITIAUX

 

Après le rapt de deux humanitaires, dont une Française, à Bangui, le frère d’un célèbre journaliste centrafricain, Pacôme Pabandji, a lui aussi été enlevé, lundi. Les rapts se multiplient en Centrafrique depuis l’arrestation d’un chef anti-balaka.

 

"Tout s’est déroulé lundi [19 janvier] vers 9 h du matin. Steve allait au lycée. Des hommes armés se sont approchés et lui ont demandé de les suivre. Steve a résisté, mais il s’est pris des coups de crosse", raconte le célèbre journaliste Pacôme Pabandji, le frère de Steve, contacté par France 24. Depuis, il n’a reçu aucune revendication, aucun appel. "C’est pour ça que nous communiquons aujourd’hui", précise-t-il.

 

La famille Pabandji est "extrêmement inquiète". Et pour cause, Steve, âgé de 26 ans, étudiant en anthropologie, a été enlevé dans le quartier de Fouh, dans le 4e arrondissement de Bangui, une zone "contrôlée par les anti-balaka", précise Guy-Jocelyn, le frère aîné de Steve. C’est dans cette même zone qu’une humanitaire française et qu’un employé d’une ONG, dont la nationalité n’a pas été précisée, ont été kidnappés, le même jour. C’est aussi non loin de là, sur l’axe reliant l’aéroport au centre-ville, qu’une employée irakienne de la Minusca a été enlevée, mardi 20 janvier, avant d’être relâchée le soir même.

 

"Nous étudions toutes les pistes"

 

Cette série d’enlèvements survient alors qu’un puissant chef des milices anti-balaka, Rodrigue Ngaïbona, surnommé le "général Andjilo", a été arrêté dimanche par la Minusca, la force de l’ONU. Ce général est notamment accusé d’avoir été un des meneurs des miliciens qui ont lancé les massacres de musulmans le 5 décembre 2013 à Bangui.

 

Suite à cette arrestation, des centaines de miliciens anti-balaka avaient manifesté leur mécontentement à Bangui, notamment dans le nord-est de la capitale, et tenté d’enlever plusieurs personnes. Selon une source proche du dossier, le rapt des deux humanitaires aurait été mené par des anti-balaka en guise de représailles – bien qu’il n’y ait eu à ce jour aucune revendication formellement formulée.

 

On pensait aussi, jusqu’à présent, que seuls les expatriés intéressaient les ravisseurs. Apparemment non. "Je ne sais pas si les milices anti-balaka sont impliquées dans le rapt de Steve. Peut-être… Nous étudions toutes les pistes", explique Guy-Jocelyn qui redoute surtout que "la renommée" de la famille soit à l’origine de l’enlèvement.

 

"Ce n’est pas la première fois que certaines personnes cherchent à nous atteindre"

 

Pacôme Pabandji est en effet un journaliste centrafricain de 23 ans, très réputé dans le pays et qui a remporté en novembre 2014 le prestigieux prix Rory Peck, une distinction reconnue dans le monde entier qui récompense les meilleurs journalistes reporters d'images (JRI) pigistes. Didier Pabandji, le cadet de la famille, est chargé de mission au ministère de la Communication, Franklin, un autre membre de la fratrie, travaille au bureau des Nations unies à Bangui. "Nous avons beaucoup de soucis, ce n’est pas la première fois que certaines personnes cherchent à nous atteindre, précise Guy-Jocelyn. Je ne suis donc pas vraiment étonné de l’enlèvement de Steve."

 

Pacôme a lui-même été victime d’une agression à la mi-décembre. "Je me demande si c’est à cause de moi, ce qui arrive à Steve, s’interroge-t-il. J’ai prévenu l’ambassade de France à Bangui. Une conseillère m’a dit qu’elle allait nous aider, alerter les forces de Sangaris [la mission de l’armée française en Centrafrique]."

 

Les anti-balaka sont des milices principalement chrétiennes qui se sont formées pour lutter contre les rebelles, essentiellement musulmans, de la coalition Séléka qui avait pris le pouvoir en Centrafrique en mars 2013 avant d'en être chassée en janvier 2014. Les deux camps sont accusés d'avoir commis de graves exactions.

Recrudescence des enlèvements dans un Bangui sous tension

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com