Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 16:55

 

 

 

leprogres.fr Dimanche 25 janvier 2015 à 16:15

 

L’humanitaire de Pont-de-Veyle (Ain) enlevée à Bangui par des miliciens anti-balakas et libérée vendredi, arrivera dimanche vers 18 heures en France.

 

Toute la famille sera présente en bas de l’escalier de l’avion gouvernemental en provenance de Bangui. Cet après-midi, sur le tarmac de la base militaire de Villacoublay (Yvelines), avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, ils seront tous là pour accueillir Claudia Priest. Quand l’ex-otage des miliciens anti-balakas descendra les marches du Falcon, Armand son mari, ses deux enfants et cinq petits-enfants, et peut-être quelque amis proches, seront submergés d’émotion. « On va être très heureux de se retrouver tous ensemble », confiait Armand Priest.

 

À deux reprises hier, Armand Priest a eu sa femme au téléphone. « Elle avait l’air bien. Le moral remonte. Elle a pu dormir un peu. » Avant de s’envoler pour la France, Claudia Priest n’a pas voulu quitter la Centrafrique sans régler quelques affaires en cours pour son association. Hier, depuis l’ambassade de France, elle a trouvé la force de donner des coups de téléphone. « Elle voulait bien préparer les interventions chirurgicales pour des enfants handicapés qui doivent avoir lieu fin février. Elle a contacté des laboratoires pour fixer aux enfants des rendez-vous pour des analyses nécessaires avant leurs opérations », souligne son mari avec qui Claudia a créé l’association humanitaire Imohoro en 2005. « Notre association va continuer ses actions. On ne s’arrête pas », insiste-t-il.

 

Claudia Priest ne devrait pas immédiatement retourner chez elle à Pont-de-Veyle (Ain). « Il y a aura peut-être des examens médicaux et psychologiques complémentaires », indiquait hier Armand. Car le rapt organisé par « des hommes violents » a pu marquer la femme de 67 ans. « Elle a eu très peur au moment du kidnapping. Elle s’est retrouvée dans une carrière contre un rocher pour faire des photos afin de les diffuser sur internet. Ses ravisseurs ont voulu reproduire le scénario des djihadistes de l’État islamique. »

 

« Hommes violents »

 

« Après l’avoir frappée, lui avoir pris son alliance, arraché ses lunettes de vue, donné des coups, elle a pensé qu’ils étaient capables de tout », poursuit son mari. « Ils ont été vraiment très menaçants. Ils avaient des poignards, des machettes. Ils m’ont dit : ‘’On va te tuer, on va t’égorger’’ », a déclaré hier Claudia Priest. Mais pour le couple « cet intermède très douloureux n’entame en rien l’avenir ». « La vie continue. On a quarante-cinq ans de mariage. On se connaît parfaitement. On a les mêmes envies, les mêmes projets… », reste optimiste Armand.

 

Patrice Barrère

Otage : L’humanitaire va retrouver les siens ce soir

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com