Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 23:18

 

 

 

Bangui : Me Nicolas Tiangaye, favorable à la participation de Djotodia et de Bozizé au forum

Bangui, 08 janvier 2014 (RJDH)---Lors de l’émission du RJDH « Actualité et Nous » Maître Nicolas Tiangaye s’est exprimé sur la question de la participation ou non de Djotodia et de Bozizé au forum de Bangui, son appréciation de la politique du gouvernement Kamoun et sa position sur l’extradition de Baba Ladé.

 

Me Nicolas Tiangaye pense qu’il est important que les deux anciens chefs d’Etat Michel Djotodia et François Bozizé puissent participer au forum de Bangui.

 

Pour lui, la participation de ces deux personnalités est capitale dans la recherche de solution à la crise : « si nous appelons à un forum de réconciliation, nous ne devons pas écarter un certain nombre de personnes dont Michel Djkotodia et François Bozizé. Pour nous, il est essentiel qu’ils viennent car ils ont des choses à dire au peuple tout comme moi, j’ai quelque chose à dire aux Centrafricains. Nous appelons à leur participation sans laquelle, il ne s’agira pas d’un dialogue mais d’un monologue ou de la juxtaposition de monologue. Il faut savoir qu’on ne se réconcilie pas avec ses amis. C’est avec ses ennemis ou ses adversaires qu’on se réconcilie » a déclaré l’ancien premier ministre Tiangaye.

 

Lors de cette émission, le président de la Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS) a noté qu’il s’agit d’une version révisée du programme que son gouvernement avait élaboré. Toutefois, Me Nicolas Tiangaye dit n’avoir pas compris pourquoi le gouvernement a fait passer les élections avant la sécurité.

 

Pour l’ancien premier ministre, il faut un minimum de sécurité avant de parler des élections : « dans la feuille de route présentée par le premier ministre, les élections passent avant la sécurité. Je pense que cela ne tient pas parce qu’il faut un minimum de sécurité pour espérer aller aux élections. Sur ce point, je pense que je ne partage pas la position du gouvernement », a-t-il dit.

 

Me Nicolas Tiangaye s’est dit opposé à l’extradition de Baba Ladé au Tchad. L’ancien président de la ligue centrafricaine des droits de l’homme affirme qu’il n’y a pas eu d’extradition parce que les règles en la matière n’ont pas été respectées.

 

Pour lui, il s’agit de la libération d’un criminel par les autorités de la transition : « Quand Baba Ladé a été arrêté, ce sont les mêmes autorités qui  à travers le parquet, ont déclaré que Baba Ladé était un criminel. Comment arriver à le renvoyer chez lui alors qu’il a commis des crimes dans ce pays ? Il ne s’agit pas en fait d’une extradition parce que les règles en la matière n’ont pas été respectées. C’est une libération, la libération d’un criminel par les autorités de la transition ».

 

Notons que c’est lors de l’émission « Actualité et Nous », un espace de débat crée et réalisé par le RJDH que l’ancien premier ministre Me Nicolas Tiangaye a fait ces déclarations. Il faut noter que sur la participation ou non de Bozizé et de Djotodia au forum de Bangui, la position de Me Nicolas Tiangaye s’oppose à celles de Martin Ziguelé président du MLPC et de Joachin Rainaldy Sioké,  1er vice président du RDC et président de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition, une plate forme politique à laquelle appartient le parti de Tiangaye./

 

Sylvestre Sokambi

 

 

Bangui : La circulation tarde à reprendre sur l’avenue Koudoukou
 

Bangui, 08 janvier 2015 (RJDH)--  Malgré plusieurs tentatives de reprise de la circulation sur l’avenue Koudoukou, notamment celle  du mercredi 07 janvier dernier par les autorités locales des 5ème et 3ème arrondissements, la circulation reste timide sur cet axe. Un constat fait ce matin par le Rjdh, qui s’est rendu dans la zone.

 

En  quittant le croisement Miskine/ Benz-vi dans le 5ème arrondissement  pour le rond point Koudoukou dans le 3ème, on peut constater que l’axe est presque vide. Seulement quelques véhicules de particuliers,  les véhicules des forces internationales, les motos-taxis et quelques taxis pris en course qui circulent. 

 

Certains habitants dans ces secteurs interrogés par le RJDH, ont fait savoir que les gens ont encore peur de circuler dans le secteur. D’autres pensent que cette peur est due à de fausses rumeurs, faites par certaines personnes qui n’habitent pas le secteur.  Selon eux, ces personnes ont  tendance à faire croire qu’il y’a encore des actes de violence dans le secteur.

 

« Après la cérémonie de réouverture de cet axe hier, on voyait quelques bus et taxi, qui  transportaient des gens  sur la grande voie. Mais ce matin, le constat révèle que seuls les taxi-moto circulent. Le reste des véhicules sont pour des particuliers. C’est très triste. Car  dans les années précédentes, le 5ème et le 3ème étaient des coins chauds de la capitale. Nous encourageons nos frères et sœurs, de ne pas avoir peur,  la ville de Bangui, ne se limite pas que vers autres secteurs » a dit Landry Martin Malitovo, un commerçant du Km 5.

 

Teddy Dafara que nous avons rencontré au bord de la route, explique que «  l’absence des forces de l’ordre national dans les deux commissariats c’est-à-dire le 5ème et le 3ème, est l’une des raisons, qui ne rassure pas les conducteurs à emprunter l’axe Koudoukou, bien qu’il y’a la présence des forces  internationales. Les centrafricains se sentiront rassurer, lorsqu’ils verront les policiers, les gendarmes et le gardes champêtres  sur le terrain entrain de travailler. C’est pourquoi, nous demandons aux autorités de penser à redéployer ces forces très rapidement » a-t-il dit. 

 

Pour les autorités locales, la cérémonie d’hier est une occasion de donner la chance à chaque Centrafricain de circuler librement. 

 

Ces deux arrondissements sont  toujours sous contrôle des éléments de l’EUFORT-RCA et ceux de la Minusca. Aucune présence des forces nationales n’est signalée dans le secteur./

 

Annette Maélaine Malebingui.

 


Bambari : Un affrontement entre deux groupes des Anti-Balaka dans la ville
 

Bambari 08 Janvier 2015 (RJDH) – La ville de Bambari a été le théâtre ce jeudi 8 janvier aux environs de 4 heures du matin d’un combat opposant deux groupes des Anti-Balaka. Selon le témoignage d’un habitant de cette localité joint par le RJDH, l’assassinat d’un élément proche du commandant de zone des Anti-Balaka de la ville Bambari par un autre groupe des Anti-Balaka venu de Bangui est à l’origine de ce drame.

 

Selon une source bien informée, l’assassinat des éléments proches du Comzone des Anti-Balaka de la ville serais à l’origine du drame.

 

« Ce matin les Anti-Balaka venus de Bangui ont assassiné l’élément le plus proche du Comzone. Quelques temps après, ils ont incendié sa maison.


C’est ce qui a soulevé la tension ce matin dans la ville » a-t-il témoigné. Un habitant a fait savoir que la population a de nouveau regagné les sites de déplacés. «  Les deux groupes se sont s’affrontés ce matin en pleine ville. Ce qui a fait que la population a de nouveau regagner les sites des déplacés afin de se protéger » a précisé la même source.

 

Le mardi 6 janvier dernier, un cas de braquage par un groupe des Anti-Balaka avait créé des tensions dans cette localité. Le bilan faisait état de 5 morts et 7 blessés.

 

 Flora Sandrine Mbagna


 

Bangui : L’Eufor et la Sangaris font leur bilan et présentent leurs perspectives
 

Bangui, 8 janvier 2015 (RJDH)- Lors d’une conférence de presse organisée par l’Eufor et la Sangaris ce jeudi 8 janvier à Bangui, les autorités militaires de ces deux missions militaires ont présenté à tour de rôle les activités réalisées sur les plans  sécuritaire et humanitaire de décembre 2014 à janvier 2015.

 

Pendant cette conférence regroupant une vingtaine de journalistes, Jean-Marc Bacquet, commandant de l’Eufor-RCA a présenté de long en large les activités réalisées par l’Eufor sur le plan sécuritaire dans les 3ème et 5ème arrondissements de la ville de Bangui dont ils ont la charge.

 

Au cours de sa présentation, cette autorité militaire a relevé les efforts consentis pour le retour à la sérénité dans la ville de Bangui. « Nous sommes là pour la population et nous combattons contre les minorités qui empêchent le retour de la paix en Centrafrique », a-t-il expliqué.

 

Selon le commandant Jean-Marc Bacquet, « le port des rubans de couleur bleue, des tee-shirts bleus, entre autres, serait un mouvement populaire qui sous entent un commun accord pour un retour définitif de réconciliation nationale », a-t-il suggéré. « Que cet acte soit spontané, personnel et non obligatoire. Que cela va de soit, pour un retour de paix durable et décidé », a-t-il ajouté.

 

Pour ce qui concerne les perspectives, le commandant de l’Eufor a fait savoir que des activités de la réalisation d’un pont provisoire  sur l’avenue de France dans le 3ème arrondissement sont envisagées  au cours de ce mois de janvier. « Les travaux du pont démontable vont être réalisés les 12 et 13 janvier par l’Eufor », a-t-il signalé.

 

D’autres autorités militaires de la Sangaris ont tour à tour présenté le bilan des activités réalisées quant à ce qui concerne la sécurité de la population civile. « Des barrières érigées par les Anti-Balaka, ont été démantelées sur l’axe Sibut-Damara », pendant les rondes réalisées par les pelletons mobiles.  Ils ont rappelé les activités  militaires menée, à Bambari et de Bria, pour le retour au calme.

 

Le pont temporaire qui serait réalisé par Eufor au camp des Castors, mesure 24 mètres de long et 4 mètres de larges. Ce chef d’œuvre a été fabriqué par la Pologne, fourni par la République Tchèque. Le transport a été assuré par l’Allemagne, sous la supervision Tchèque, et mise en œuvre par le génie italien. /

 

Auguste Bati-Kalamet.


 

Nouvelles nationales sur RJDH

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com