Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 18:40

 

 

Le Monde.fr

 

Agir à court terme en pensant à long terme : un véritable changement de paradigme est à l’œuvre en République centrafricaine pour les acteurs du développement. Un moment charnière, impliquant de concilier l’urgence et la stabilité des actions à déployer. Victime de vingt ans de mauvaise gouvernance structurelle, embourbé dans une crise majeure depuis mars 2013, le pays affiche des indicateurs particulièrement dégradés.

 

Paradoxalement, « n’étant pas considéré en crise par la communauté internationale, il bénéficie de peu de financements », souligne Thierry Vircoulon, directeur du programme Afrique centrale d’International Crisis Group, intervenant lors d’une conférence organisée au siège de l’Agence française de développement (AFD), le 9 décembre.

 

La situation en RCA a ceci de particulier qu’elle s’apparente à de l’urgence sans en relever, d’où un manque de moyens compliquant le travail des ONG déployées sur le terrain (Croix-Rouge, MSF, ACF, Première Urgence...)

 

« Indicateurs au vert »

 

« En 2012-2013, la RCA a souffert d’une absence de financements, d’où la difficulté pour les ONG de répondre aux besoins de base comme la santé, constate ainsi Fanny Martin-Blondel, responsable régionale pour Première Urgence. Si on note une amélioration depuis février, le pays est loin d’être sorti d’une situation d’urgence : il est trop tôt pour que les ONG se retirent. En même temps, il ne faut pas attendre que tous les indicateurs soient au vert pour commencer à envisager des solutions durables. »

 

Un état de fait qui a conduit l’AFD à « bouger ses lignes sur une approche globale. On sent bien qu’on est obligés de réfléchir à notre mandat, concède Philippe Chedanne, directeur adjoint du département Afrique de l’Agence. C’est pourquoi nous avons eu le sentiment qu’il y avait une réponse européenne innovante à monter, permettant de conjuguer actions d’urgence traditionnelles et actions de développement rapides. Face à des défis où nous n’avons aucune marge de manœuvre, nous avons instauré un dialogue de proximité avec des partenaires qui n’étaient pas les nôtres, traditionnellement. »

 

Alors que la communauté internationale affiche un bilan mitigé en matière de stabilisation et de reconstruction post-crise, la perspective d’un outil innovant permettant de mutualiser expertises et financements a fait son chemin. Officialisé en juillet pour cinq ans par la Commission européenne, le fonds Bêkou (« espoir », en langue sango) vise à combiner des projets simples, flexibles et à décaissement rapide et des projets de moyen terme afin d’accompagner la restructuration des secteurs prioritaires.

 

Des objectifs plus ambitieux

 

Abondé à hauteur de 74 millions d’euros grâce aux contributions de la Commission européenne et des agences de développement française, allemande et néerlandaise, il est ouvert aux autres Etats européens, aux bailleurs internationaux et aux fondations. « Tous les Etats-membres sont les bienvenus, mais ils ne sont pas tous aussi sensibles à la situation de la Centrafrique », relève Irchad Razaaly, le gestionnaire de la Commission. Ce dispositif permet de sortir d’un schéma d’intervention traditionnel inadapté. « À l’AFD, en temps normal, l’instruction d’un projet prend un an, neuf mois au mieux, précise Philippe Chedanne. Nous avons besoin d’un outil flexible, de solutions qui puissent être mises en œuvre dans les trois mois. »

 

L’idée est d’avancer progressivement, avec des objectifs de plus en plus ambitieux, reposant sur des priorités définies avec les autorités de transition du pays, représentées dans le comité d’administration et le comité de gestion du fonds. C’est ainsi qu’une première salve de projets a été approuvée le 29 septembre 2014, à hauteur de 21,5 millions d’euros. Un projet d’appui à la santé comprendra la réhabilitation des centres de soins, la formation du personnel, la mise à disposition de stocks de médicaments et de capacités de stockage, ainsi qu’un soutien au ministère de la Santé, de quoi améliorer l’accès à la santé pour 760 000 personnes.

 

Un deuxième programme vise la remise en état des infrastructures publiques à Bangui via l’emploi de la population locale, conjugué à une formation. Le troisième ambitionne d’aider les femmes à sortir de la pauvreté grâce à des « maisons de femmes », où elles pourront bénéficier de conseils et de formations mais aussi accéder à des services financiers pour créer leurs propres activités économiques.

 

« Premiers coups de pioche »

 

« Le fait de passer par des ONG internationales constitue un gain de temps, car elles ont déjà satisfait, lors de procédures antérieures, au crible de l'évaluation. De plus, elles sont déjà sur le terrain, explique Irchad Razaaly. Nous leur demandons de développer des projets de développement, tout en répondant à des besoins immédiats. » Pour les trois projets adoptés, elles sont en cours de sélection et il est acquis qu’elles travailleront avec des ONG et des acteurs locaux. « Les premiers coups de pioche seront donnés avant la fin de l’année », assure-t-il.

 

Deux autres projets en phase d’élaboration ont vocation à être adoptés dans l’intervalle, cette fois dans le champ de la sécurité alimentaire (10 millions d’euros) mais aussi en soutien aux réfugiés centrafricains dans l'est du Cameroun (4,5 millions d’euros), en répondant à leurs besoins immédiats.

 

Une certitude à ce stade, « l’aide internationale ne va pas régler la crise en RCA : c’est un outil d’un ensemble qu’il va falloir articuler », relativise Thierry Vircoulon. D’où la nécessité d’assurer un continuum humanitaire-sécuritaire-développement. Malgré le déploiement de trois unités militaires distinctes (Sangaris depuis décembre 2013, dont les effectifs vont être divisés par trois l’an prochain, Eufor-RCA depuis fin avril et la Minusca depuis la mi-septembre), les groupes armés contrôlent toujours une bonne partie du pays et les violences visant la communauté musulmane n’ont pas été endiguées. Faute d’issue politique en 2015, la perspective d’une partition du pays et de la récupération du conflit par d’autres groupes armés, Boko Haram en tête, demeure bien réelle.

 

Fanny Rey

 

Quelques indicateurs :

 

420 000 Centrafricains (près d’un dixième de la population totale) sont réfugiés dans les pays voisins

430 000 déplacés internes, dont 40 000 à Bangui

PIB/hbt = 182/187

IDH = 185/187

Espérance de vie = 49 ans

63 % de la population en-dessous du seuil international de pauvreté


http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/01/06/centrafrique-nouvelle-strategie-pour-une-sortie-de-crise_4550018_3212.html#5XLx8uwmQKRrarAK.99

Lu pour vous : Centrafrique : nouvelle stratégie pour une sortie de crise

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com