Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 18:23

 

 

Mercredi, 14 Janvier 2015 10:09 AFP

 

Dominic Ongwen, l'un des principaux chefs de la sanguinaire rébellion ougandaise de la LRA, a été remis à des soldats de l'Union africaine en vue de son transfert à la Cour pénale internationale de La Haye, a annoncé mercredi l'armée ougandaise.

 

Le rebelle était détenu, depuis sa reddition la semaine dernière en Centrafrique, par des forces spéciales américaines présentes dans le pays pour traquer l'Armée de résistance du Seigneur. La brutale rébellion de Joseph Kony est responsable de multiples exactions contre les populations en Afrique centrale.

 

Les Etats-Unis avaient déjà indiqué qu'Ongwen, recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre, serait livré à la force régionale d'intervention de l'Union africaine (UA) qui lutte contre la LRA et est commandée par l'armée ougandaise.

 

La force de l'UA "a reçu Dominic Ongwen des troupes américaines à Obo", dans le sud-est de la Centrafrique, a déclaré le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda, sur Twitter.

 

"Dominic Ongwen sera envoyé par les autorités de Centrafrique directement à La Haye pour jugement, il ne vient pas en Ouganda", a encore précisé le porte-parole ougandais.

 

Toute la semaine dernière, des discussions ont eu lieu entre l'Ouganda et les Etats-Unis, qui offraient 5 millions de dollars pour la capture du rebelle, pour décider où serait jugé Ongwen.

 

Le ministre ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga, avait un temps affirmé qu'il serait livré à Kampala, avant de revenir sur ses déclarations.

 

L'Ouganda est signataire du traité de Rome fondateur de la CPI. A ce titre, Kampala aurait été tenue de livrer elle aussi Ongwen à La Haye. Mais rien n'aurait été assuré: le président ougandais Yoweri Museveni ne cesse de fustiger une juridiction internationale qui, selon lui, s'acharne contre le continent africain et qu'il conseille à ses pairs de quitter.

 

Créée aux alentours de 1987, la LRA opérait alors dans le nord de l'Ouganda, où elle a multiplié les exactions - enlèvements d'enfants transformés en soldats et en esclaves, mutilations et massacres de civils. Elle en a été chassée au milieu des années 2000 par l'armée ougandaise, avant de s'éparpiller dans les forêts équatoriales des pays alentour, dont la Centrafrique.

 

Selon l'ONU, la rébellion a, depuis sa création, tué plus de 100.000 personnes en Afrique centrale et enlevé plus de 60.000 enfants.

 

Selon l'armée ougandaise, Joseph Kony reste le dernier dirigeant de la milice toujours en liberté. La LRA ne compterait plus qu'environ 150 hommes.

Le rebelle de la LRA Ongwen remis à l'UA en vue de son transfert à La Haye (armée ougandaise)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com