Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 18:33

 

 

http://www.radiondekeluka.org   lundi 5 janvier 2015 12:58

 

Les réactions se sont multipliées après la décision du gouvernement centrafricain d'extrader vers son pays d'origine l'ancien chef rebelle tchadien Abdel Kader Baba Laddé.

Arrêté dans le nord de la Centrafrique par les Casques bleus de l’ONU, il avait été remis aux autorités centrafricaines en décembre dernier.


Plusieurs organisations l'accusent de nombreuses violations des droits de l'homme, notamment en Centrafrique.


Pour Joseph Bindoumi, président de la Ligue centrafricaine des droits de L'Homme (LCDH), les autorités centrafricaines doivent expliquer cette décision.


« Non seulement, nous condamnons, mais nous voulons aussi que les pouvoirs publics nous disent pourquoi ça s'est passé de cette manière. Nous pensions que Baba Laddé, arrêté et présenté au parquet de la République, devait être jugé sur le sol centrafricain avant d'être extradé  dans un autre pays », a-t-il déclaré sur les ondes de RNL.


« Nous pensons que même s'il y avait extradition de Baba Laddé en raison d'autres crimes qu'il a commis sur le territoire tchadien, il était nécessaire que la souveraineté nationale examine les crimes commis par Baba Laddé sur le sol centrafricain », a ajouté le défenseur des droits de l'Homme.


Même son de cloche au Rassemblement pour la République (RPR), le parti d'Alexandre-Ferdinand Nguéndet, président de l'Assemblée nationale de transition.
 
« Nous disons tout simplement que la justice centrafricaine devait s'affirmer nonobstant les conventions qui nous lient. Le peuple centrafricain doit dire la justice quelles que soient les conventions que nous avons (signées) parce que les morts Centrafricains ne sont pas inférieurs aux (morts) Tchadiens », a indiqué Jean Christophe Nguinza, porte-parole du parti.


« Sur le plan politique, nous disons que nous sommes totalement déçus puisque Baba Laddé a commis des crimes, a tué des paisibles centrafricains, a commis des actes d'atrocité, des vols, des pillages », a-t-il conclu.


Arrêté début décembre par les Casques bleus et placé en détention à la Section des recherches et d'investigations (SRI) à Bangui pendant quelques semaines, l'ancien chef rebelle tchadien Abdel Kader Baba Laddé a été extradé vendredi soir vers N'Djamena à la demande des autorités tchadiennes.

 

 

Deux partis politiques contre l’extradition d’Abdel Kader Baba Laddé

 

http://www.radiondekeluka.org  mardi 6 janvier 2015 14:19

 

Le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) et le Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN) ont vivement condamné ce mardi l’extradition du chef rebelle Abdel Kader Baba Laddé dans son pays d’origine.


Pour le président du MLPC, Martin Ziguélé, joint au téléphone par RNL depuis Paoua (Ouham Péndé) dans le nord de la Centrafrique, il est souhaitable que les victimes du rebelle tchadien se constituent en martyrs et prennent part à son procès afin d’être dédommagés. « Je pense que toutes les victimes et les ayants droits des victimes doivent se constituer et pour le symbole, participer à son procès », a-t-il demandé.


Le président du MLPC se dit déçu de l’extradé qui n’a pas pu répondre de ses actes devant les juridictions centrafricaines. « Nous sommes désagréablement surpris qu’il n’ait pas rendu compte au peuple centrafricain. Il faut qu’il comprenne qu’on n’a pas le droit de se rendre dans un pays voisin de massacrer, tuer, violer et brûler des villages entiers et se retrouver chez soi.  Je trouve ça regrettable », a ajouté Ziguélé.


L’extradition de Baba Laddé représente un nouveau danger pour la Centrafrique d’après Cyriaque Gonda, le président du Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN).


« Mon inquiétude est que Baba Laddé risque d’être un trouble fête en Centrafrique. Je demande que de bons offices soient faits par le gouvernement centrafricain auprès de son Excellence le Président Idriss Deby Itno, de façon à neutraliser ce monsieur une fois pour toute, sinon il faut le donner à la Cour pénale internationale », a formulé Gonda.


Extradé pour la quatrième fois de la République Centrafricaine, le président du PNCN se dit offusqué. « J’ai été stupéfait, choqué par l’extradition expéditive à la limite l’extradition éclair de Baba Laddé que j’ai eu à gérer comme ministre d’Etat à la Réconciliation nationale en charge du désarmement. Ce serait la quatrième fois que ce monsieur est extradé au Tchad », a-t-il mentionné.


La Ligue centrafricaine des droits de l’Homme (LCDH) avait condamné avec fermeté cette extradition. Joseph Bindoumi, son président, interpelle les autorités de la transition à donner des explications, car Baba Laddé a commis beaucoup de crimes sur le sol centrafricain.


Le Rassemblement pour la République (RPR) d’Alexandre Ferdinand Nguendet avait souhaité pour sa part qu’Abdel Kader Baba Laddé soit jugé en Centrafrique pour  la désolation qu’il a semée dans le nord du pays.

L'opinion centrafricaine dénonce l'extradition d'Abdel Kader Baba Laddé

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com