Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 12:19

 

 

http://www.radiondekeluka.org   mercredi 7 janvier 2015 14:34

 

Le contingent de l’ex-Séléka basé à Sam-Ouandja dans la région de la Haute-Kotto à l’est du pays, annonce l’arrestation de Dominic Ongwen, un des chefs de la rébellion ougandaise de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony.
 
Selon l’adjudant Mounir Ahamat, adjoint au commandant de zone de l’ex-Séléka de Sam-Ouandja, l’homme qualifié de très dangereux a été arrêté lors des affrontements du 03 janvier dernier au village Kotétroi à 35 Kms de Sam-Ouandja, alors que ses éléments ont réussi à s’enfuir.

 
L’homme a été remis le 05 janvier à des militaires américains dans le Haut Mbomou dans le sud-est de la Centrafrique.


Cette information contredit celle donnée par le Département d’Etat américain. Selon la première version, le Département d’Etat américain a annoncé la reddition mardi d’un homme se présentant comme Dominic Ongwen. L’homme est recherché par la justice internationale pour les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis au Congo démocratique et en République Centrafricaine.


La porte-parole du Département d’Etat américain, Jennifer Psaki, a expliqué que « des efforts étaient en cours pour établir de façon positive et complète son identité ». Mme Psaki précise que si cette défection se confirme, elle constituerait « un coup historique contre la structure de commandement de la LRA ».


Des conseillers militaires américains sont présents en République Centrafrique (RCA) pour aider à traquer les chefs de cette rébellion ougandaise.


La LRA est accusée d’avoir tué et kidnappé des dizaines de milliers de personnes à travers quatre pays africains dont la RCA, sur les trente dernières années. Le groupe avait combattu le gouvernement congolais pendant deux décennies avant de se transformer, opérant dans la brousse et attaquant des villages isolés.

Selon l’ONU, cette rébellion a tué plus de 100.000 personnes depuis 1987 en Afrique centrale et a enlevé plus de 60.000 enfants.


Les Etats-Unis ont offert une récompense de 5 millions de dollars pour toute information permettant la capture d’Ongwen. Il est recherché par la Cour pénale internationale pour des accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Ongwen est l’un des cinq chefs de la LRA recherchés par la CPI, dont Joseph Kony.

 

 

Centrafrique: Washington pense détenir un chef de la rébellion ougandaise LRA

 

07/01/15 (AFP)

 

Un homme se présentant comme un des chefs de la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), recherché par la justice internationale, s'est rendu à des militaires américains en Centrafrique, a dit mardi la diplomatie américaine.

 

Le département d'Etat a fait état de la détention aux mains des "forces américaines déployées en République centrafricaine de l'un des hauts dirigeants de la LRA".

 

"Cet individu s'est identifié sous le nom de Dominic) Ongwen (...) affirmant avoir fait défection de la LRA", a indiqué la porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki. Elle n'a toutefois pas confirmé s'il s'agissait à coup sûr de Dominic Ongwen, considéré comme un des premiers commandants de la rébellion dirigée par Joseph Kony.

 

"Si c'était bien Ongwen, sa défection porterait un coup historique à la structure de commandement de la LRA", a ajouté Mme Psaki, lisant un communiqué lors de son point de presse quotidien.

 

Reprenant les déclarations de la diplomatie américaine, l'organisation Human Rights Watch, basée à New York, a salué l'éventuelle arrestation de Dominic Ongwen, "une occasion majeure pour faire avancer la justice face au lourd bilan d'atrocités de la LRA".

 

Ongwen "devrait être rapidement traduit en justice", a réclamé l'association.

 

L'armée ougandaise pilote une force régionale de l'Union africaine, appuyée par des forces spéciales américaines, qui traque la LRA dans les zones forestières aux confins de la République démocratique du Congo, du Soudan du Sud et de la Centrafrique.

 

Les Etats-Unis offrent cinq millions de dollars pour la capture de son chef et fondateur Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale avec trois de ses lieutenants, dont Ongwen.

 

Des critiques estiment que la mobilisation de l'Union africaine et de Washington n'a pas permis d'éradiquer la rébellion.

 

La LRA a été créée dans le nord de l'Ouganda en 1987 sur les ruines du Mouvement du Saint-Esprit de la prêtresse Alice Lakwena, qui serait apparentée à Joseph Kony, prophète autoproclamé. Chassée en 2006 de l'Ouganda par l'armée, la LRA s'est scindée en petits groupes éparpillés dans les forêts des pays voisins.

 

Selon l'ONU, cette rébellion a tué plus de 100.000 personnes depuis 1987 en Afrique centrale et a enlevé plus de 60.000 enfants.

 

 

Ouganda: l'armée confirme la reddition de l'un des principaux chefs de la LRA


Kampala AFP / 07 janvier 2015 12h04- L'armée ougandaise a confirmé mercredi que Dominic Ongwen, l'un des principaux chefs de la sanglante Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony, était aux mains des forces spéciales américaines en Centrafrique.


Sa reddition place la LRA dans la plus vulnérable des positions, a déclaré Paddy Ankunda, le porte-parole de l'armée ougandaise. Selon lui, Dominic Ongwen s'est d'abord rendu aux rebelles centrafricains de l'ex-Séléka, avant d'être remis aux militaires américains.


L'ex-commandant de la LRA est accusé par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité et crimes de guerre.


On ignorait dans l'immédiat si les Américains vont remettre Ongwen au gouvernement ougandais.


Interrogé sur ce point, M. Ankunda a répondu: nous réglons les formalités.

Bien que l'Ouganda soit signataire du traité de Rome instaurant la CPI et légalement obligé de livrer le chef rebelle au tribunal basé à La Haye (Pays-Bas), le président Yoweri Museveni a appelé le mois dernier les pays africains à quitter ce traité, accusant la justice internationale d'être devenue un outil pour prendre pour cible le continent.

Dominic Ongwen est détenu dans la ville centrafricaine d'Obo (sud-est), près des frontières avec le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo (RDC), a précisé le porte-parole ougandais.


La confirmation de la reddition d'Ongwen fait suite à l'annonce la veille par le département d'Etat américain qu'un homme prétendant être un commandant de la LRA était détenu par les militaires américains déployés pour traquer le chef de la rébellion Joseph Kony.


Depuis longtemps chassés d'Ouganda, de petits groupes de combattants LRA errent dans des zones forestières de Centrafrique, de RDC, du Soudan et du Soudan du Sud. Leur chef Joseph Kony, qui prétend avoir des pouvoirs mystico-religieux, serait basé dans l'enclave de Kafia Kingi, contrôlée par le Soudan.


Avec la reddition d'Ongwen, Kony, poursuivi par la CPI, reste le dernier leader de la LRA toujours en liberté, a indiqué M. Ankunda. La mort de son adjoint, Okot Odiahambo, a déjà été annoncée mais pas confirmée pour l'instant.


Il ne reste plus que Kony, a dit M. Ankunda.



(©)

 

 

Un des chefs de la LRA se serait rendu en Centrafrique

 

07/01/15 (La Voix de l'Amérique)

 

Les Etats-Unis affirment qu’un des chefs de l’Armée de Résistance du Seigneur s’est rendu auprès des forces américaines présentes dans la région.

 

Washington explique qu’un homme affirmant être Dominic Ongwen s’est rendu en Centrafrique. Des conseillers militaires américains sont présents en RCA pour aider à traquer les chefs de la LRA.

 

La porte-parole du Département d’Etat, Jen Psaki, a expliqué que "des efforts étaient en cours pour établir de façon positive et complète son identité."

 

Mme Psaki précise que si cette défection se confirme, elle constituerait "un coup historique contre la structure de commandement de la LRA".

 

La LRA est accusée d’avoir tué et kidnappé des dizaines de milliers de personnes à travers 4 pays africain sur les trente dernières années. Le groupe avait combattu le gouvernement congolais pendant deux décennies avant de se transformer en opérant dans la brousse et attaquant des villages isolés.

 

Selon l'ONU, cette rébellion a tué plus de 100.000 personnes depuis 1987 en Afrique centrale et a enlevé plus de 60.000 enfants.

 

Les Etats-Unis ont offert une récompense de 5 millions de dollars pour toute information permettant la capture d’Ongwen. Il est recherche par la Cour Pénale Internationale pour des accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

 

Ongwen est l’un des cinq chefs de la LRA recherchés par la CPI, dont Joseph Kony.

 

 

Un lieutenant du chef rebelle ougandais Joseph Kony entre les mains de troupes américaines 

 

APA –Arusha (Tanzanie) 2015-01-07 12:26:07  Un homme se présentant comme Dominic Ongwen, membre du commandement de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) en rébellion contre le gouvernement ougandais, se trouve entre les mains des forces américaines, rapportent les médias internationaux.


Dominic Ongwen, Vincent Otti, Okot Odhiambo et leur chef Joseph Kony sont recherchés depuis 2005 par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans le nord de l'Ouganda.


« En coordination avec les forces de l'Union africaine, les forces armées américaines ont placé en détention un individu qui affirme être un déserteur de la LRA. Cet homme s'est ensuite identifié comme étant Ongwen », a dit Jen Psaki, porte-parole du département d'Etat, citée par Reuters.


Elle a précisé qu'une identification formelle de l'homme était actuellement en cours. Si l'identité d'Ongwen était confirmée, a précisé Jen Psaki, cette défection « constituerait un revers historique pour la structure de commandement de la LRA ».


Selon le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda, cet homme qui se présente comme Dominic Ongwen est détenu à Obo, dans l'est de la République centrafricaine.

Ongwen aurait été enlevé par la LRA à l'âge de 10 ans alors qu'il se rendait à l'école. Il a ensuite rapidement gravi les échelons de la hiérarchie du groupe armé.

Les forces américaines soutiennent depuis 2011 les unités militaires régionales dans leur tentative de capturer Joseph Kony, chef de la LRA, afin de le traduire devant la CPI.

Depuis quelques années, la LRA est aussi active en République démocratique du Congo (RDC), en Centrafrique et au Soudan du Sud.


Selon des informations non encore confirmées ni par l'Ouganda, ni par la CPI, Vincent Otti aurait été tué en 2007 sur ordre de Joseph Kony, tandis qu'Okot Odhiambo aurait trouvé la mort fin 2013 lors de combats entre la LRA et l'armée ougandaise sur le territoire centrafricain.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=813820#sthash.9WtdSido.dpuf

 

Arrestation d’un chef rebelle de la LRA dans la Haute Kotto
Arrestation d’un chef rebelle de la LRA dans la Haute Kotto

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com