Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 13:31

 

 

 

20/01/15 (AFP)

 

Une employée expatriée de l'ONU a été enlevée mardi matin à Bangui, au lendemain du rapt de deux humanitaires dont une Française par des miliciens chrétiens anti-balaka, a appris l'AFP auprès d'une source au sein de la Minusca (Mission des Nations unies en Centrafrique).

 

"Une collègue de bureau qui se rendait au travail a été kidnappée ce matin par un groupe d’hommes armés assimilés à des anti-balaka. Elle se trouvait en compagnie d’un autre collègue de nationalité ougandaise à bord de notre véhicule, un mini-bus +UN+, chargé de ramasser le personnel tous les matins pour les déposer au bureau", a affirmé cette source, ajoutant que l’enlèvement avait eu lieu dans le quartier Combattant (nord, proche de l'aéroport).

La nationalité de l'employée n'a pas été communiquée dans l'immédiat.

 

Selon cette source, "les ravisseurs voulaient d’abord l’amener en moto. Elle a résisté. Ils ont fait venir un taxi dans lequel ils l’ont mise de force. Le taxi a pris la direction du quartier de Damala" (nord), quartier qui touche Combattant et où les miliciens anti-balaka sont très actifs).

 

"Le collègue ougandais a réussi à s’enfuir", a poursuivi cette source.

 

Des soldats de la Minusca se sont déployés au quartier Boy-Rabe (nord-est de Bangui), fief des anti-balaka où ils multiplient des patrouilles à pied depuis mardi matin.

 

C'est dans ce quartier qu'ont trouvé refuge les ravisseurs de l'humanitaire française de 67 ans enlevée en même temps qu'un employé de l'ONG Codis (Coordination diocésaine de la santé). Les négociations se poursuivaient lundi pour tenter de les faire libérer.

 

Selon une source proche du dossier, l'enlèvement de deux humanitaires a été mené par des miliciens anti-balaka, mécontents de l’arrestation de Rodrigue Ngaïbona "général Andjilo", puissant chef anti-balaka arrêté samedi à Bouca (nord-ouest).

 

Les miliciens avaient manifesté leur mécontentement dans le quartier de Boy-Rabe dimanche et lundi et d'autres tentatives d'enlèvement avaient eu lieu dimanche et lundi, selon des témoignages concordants.

 

Le "général Andjilo", qui a été un des principaux chefs anti-balaka à Bangui, avait fui la capitale. Il est notamment soupçonné d'avoir été un des meneurs des miliciens qui ont lancé les massacres de musulmans le 5 décembre 2013 à Bangui.

 

 

Une employée de l'Onu enlevée à Bangui

 

BANGUI 20/01/15 (Reuters) - Une employée des Nations unies a été enlevée mardi par des individus armés à Bangui en République centrafricaine, a déclaré à Reuters un porte-parole de la mission de maintien de la paix de l'Onu, la Minusca.

 

Lundi, une Française de 67 ans, en mission humanitaire à Bangui, avait été enlevée avec un prêtre centrafricain dans une zone contrôlée par les miliciens anti-balaka. Ses ravisseurs demandent la libération d'un de leurs chefs, arrêté pour meurtre et autres délits.

 

"Des hommes armés non identifiés ont enlevé mardi une femme travaillant pour la Minusca après avoir stoppé son véhicule. Une tentative de rapt similaire avait échoué un peu avant", a dit la Minusca dans un communiqué.

 

"La Minusca condamne fermement cet acte intolérable qui fait suite à l'enlèvement d'un prêtre centrafricain et d'une travailleuse humanitaire française."

 

La veille, le Quai d'Orsay avait condamné le premier enlèvement, "contraire au droit humanitaire", et appelé ses responsables à libérer au plus tôt leur otage.

 

La France a décidé de retirer progressivement ses troupes de la République centrafricaine où les soldats de la Minusca sont en cours de déploiement. De 2.000 aujourd'hui, la force Sangaris passera à 1.700 hommes au printemps et 800 à l'automne.

 

L'opération, lancée en décembre 2013, visait à mettre fin aux massacres de masse et à ramener le calme en Centrafrique, pays déchiré par les affrontements entre anciens rebelles musulmans et milices chrétiennes ("anti-Balaka"), qui ont fait des milliers de morts et près d'un million de déplacés.

 

NDLR : C'est le comble ! Cet enlèvement d'un personnel de la MINUSCA apporte à suffisance la preuve des limites de la mauvaise politique de refus délibéré des forces onusiennes de désarmer par la force les bandes armées notamment les bandits se disant anti-balakas qui empoisonnent quotidiennement la vie aux Centrafricains surtout dans les quartiers Nord de Bangui. C'est un secret de polichinelle que les quartiers Boy-Rabe, Fouh, Gobongo, Damala et autres sont un sanctuaire pour ces voyous qui opèrent impunément depuis le croisement du 4ème vers le PK 12, braquant à volonté et détroussant les passants et autres usagers de la route sur cet axe.

Centrafrique: une employée de l'ONU enlevée mardi à Bangui (ONU)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com