Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 16:37

 

 

 

Par RFI 29-01-2015 à 05:04

 

Le texte signé à Nairobi entre des partisans de Michel Djotodia et de François Bozizé est critiqué à Bangui. Le gouvernement de transition, qui n'a pas été associé à ces consultations, le rejette. Des diplomates évoquent un simple catalogue de revendications avancées par les partisans des deux anciens présidents. Quant au vice-médiateur, Soumeilou Boubeï Maïga, il estimait mardi que ce texte ne peut être validé.

 

« Ce n'est pas un accord, mais un catalogue de revendications », s'insurge un diplomate. A Nairobi les partisans de Michel Djotodia, Nourredine Adam en tête, et ceux de François Bozizé, ont posé des revendications à la fois précises et surprenantes. S'ils annoncent un cessez-le-feu, ils réclament aussi une amnistie générale, un changement de gouvernement, une nouvelle transition.

 

Ils veulent que soient mises sous tutelle onusienne toutes les forces étrangères, ce qui vise directement le contingent français de l'opération Sangaris. Enfin, ils réclament que les anciens présidents soient autorisés à se présenter à la prochaine élection, précise une source qui a eu accès au document.

 

Non associé à ces discussions, le gouvernement rejette ces demandes, estimant qu'elles ne représentent qu'une manoeuvre destinée à bloquer les prochaines élections, et à permettre à certains responsables d'échapper à la justice. Quant au médiateur, Denis Sassou Nguesso, il a dans un premier temps accepté le principe de ces discussions, mais s'en désolidarise aujourd'hui. Le vice médiateur, Boubei Maiga devait se rendre mardi à Nairobi pour leur signifier que ce texte ne serait pas reconnu.

 

 

Centrafrique: accord entre belligérants à Nairobi

 

Centrafrique jan 28, 2015 – des ex-rebelles centrafricains de la Séléka et miliciens anti-balaka sont parvenus à un accord de cessez-le-feu lors de pourparlers à Nairobi, auxquels n’étaient pas associées les autorités centrafricaines, a annoncé mercredi un médiateur kényan.

 

Ces négociations entre les deux principaux belligérants de la crise centrafricaine, ouvertes en décembre, se sont déroulées en toute discrétion dans un hôtel de la capitale kényane.

 

L’ex-président François Bozizé, renversé en mars 2013 par la rébellion majoritairement musulmane de la Séléka, et Michel Djotodia, chef de celle-ci qui lui avait succédé à la tête de l’Etat avant d’être contraint à la démission par la communauté internationale en janvier 2014, ont été aperçus lors des pourparlers à Nairobi.

 

« Les parties ont adopté un cessez-le-feu, une cessation des hostilités et un accord de DDR (Désarmement, démobilisation, réintégration) », a déclaré à l’AFP l’un des médiateurs, Kenneth Marende, ancien président de l’assemblée nationale kényane.

 

« Ils ont convenu d’un accord initial, mais celui-ci ne prendra effet qu’après avoir été formellement signé », a poursuivi M. Marende, médiateur de l’Union africaine dans les pourparlers centrafricains. A Addis Abeba, un responsable de l’UA avait néanmoins indiqué fin décembre à l’AFP ne pas être au courant de discussions à Nairobi, et assuré que celles-ci n’avaient pas reçu le parrainage de l’organisation panafricaine.

 

Un fragile accord de cessez-le-feu avait déjà été arraché, après des pourparlers « chaotiques », en juillet à Brazzaville entre ex-Séléka et les milices anti-balaka majoritairement chrétiennes, mais ne comprenait pas de volet DDR et n’avait pas empêché les affrontements et les violences inter-communautaires de se poursuivre.

 

Plusieurs factions au sein de la Séléka avaient dénoncé l’accord et l’ex-rébellion avait refusé de participer au gouvernement de large ouverture formé dans la foulée.

 

Les multiples exactions commises par les rebelles de la Séléka à leur arrivée au pouvoir en mars 2013 contre les populations majoritairement chrétiennes du pays ont débouché sur la création de milices d’autodéfense anti-balaka, qui s’en sont pris à leur tour aux civils musulmans, plongeant la Centrafrique dans une crise sécuritaire, humanitaire et politique sans précédent.

 

L’intervention d’une force française – Sangaris – épaulée par des soldats de l’UA a permis de stabiliser la situation, notamment à Bangui, sans pour autant pouvoir pacifier l’ensemble du territoire.

 

(AFP)

 

 

Un an de sanctions de l'Onu en Centrafrique

 

http://www.dw.de   28.01.2015

 

Cela fait un an que l'Onu a décidé de sanctionner certains acteurs de la crise en RCA, comme l'ex-président François Bozizé. Jeudi dernier, une nouvelle résolution a été adoptée pour élargir les critères de sanction.

 

Malgré les sanctions prises il y a un an par l'Onu, les violences continuent d'être enregistrées dans ce pays. Et ces violences constituent par endroit, un frein aux préparatifs du forum national de réconciliation. Vous pouvez écouter les explications de Fréjus Quenum en cliquant sur le lien ou l'image.

 

Par ailleurs, la Coordonnatrice humanitaire principale, Claire Bourgeois, s’est récemment rendue dans le nord, à Batangafo, pour évaluer les besoins de protection croissants dans la région en raison d'un afflux continu de nouvelles personnes déplacées, soit plus de 30 000 personnes dans le site principal de la ville. La délégation a rencontré le Comité des Sages, les représentants de la communauté peule, les ONG, et les personnes déplacées pour discuter de leurs besoins et des défis quotidiens qui entravent leur retour.

Centrafrique : le texte signé à Nairobi est rejeté à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com