Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 18:44


 

 

Bangui, 05 janvier 2015 (RJDH)---Les leaders des Anti-Balaka et ceux de la Séléka se sont réunis depuis une semaine à Nairobi, capitale du Kenya pour une rencontre dont les objectifs sont peu connus en Centrafrique. Plusieurs leaders d’opinion et responsables des partis politiques ont condamné cette réunion qui, selon eux ne se justifie pas.

 

« Cette rencontre est un risque pour les démarches relatives à l’organisation du forum de Bangui parce que nous ne savons ni les tenants ni les aboutissements de ce qui ce passe au Kenya », a dit Martin Ziguélé, président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) et candidat déclaré à la présidentielle de 2015.au sortir de la concertation au palais le 27 décembre. 

 

Joachin Rénaldy Sioké, 1er vice-président du parti Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) et président de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT) pense que la rencontre entre les leaders des groupes armés n’est pas une initiative qui milite en faveur de la réconciliation des Centrafricains. Pour lui,  « la réunion de Nairobi ne se justifie pas. Il n’est pas question de réunir les bourreaux qui doivent rendre compte au détriment des victimes qui continuent de souffrir ».

 

Le Parti de l’Unité du Peuple (PUN) s’est aussi opposé à cette rencontre. Lors d’une conférence de presse, les leaders de cette formation politique ont affirmé n’avoir pas compris ce qui se passe à Nairobi. « Il faut barrer la route à la manipulation de ceux qui ont placé le pays dans cet état. Il est inadmissible que les responsables des groupes armés soient réunis sans que les autorités de la transition ne soient associées. Pour nous, c’est une humiliation et nous ne pouvons pas soutenir de telle initiative » a confié un des cadres de ce parti politique.

 

Un membre de la société civile pense qu’il s’agit de tentative de consécration de l’impunité « si vous voyez tous ceux qui se sont réunis, ce ne sont que des personnalités qui sont fortement impliquées dans la crise. Elles ont toutes des dossiers pendant quelque part. Pour nous, c’est une consécration de l’impunité ».

 

C’est depuis une semaine que les leaders des deux principaux groupes armés se sont retrouvés à Nairobi. Selon nos informations, les deux parties se réunissent tous les jours pour des discussions à huit clos pilotées par les autorités du Kenya. De sources bien informées, c’est la médiation dans la crise centrafricaine qui a demandé aux autorités kenyanes d’abriter et conduire ces concertations. L’Union Africaine serait aussi impliquée dans ces discussions.

 

Les autorités de Bangui ont affirmé n’avoir aucune idée sur les raisons et les objectifs de cette rencontre. Interrogé par le RJDH, Moustapha Saboune, ancien DG de l’ART, un des leaders de l’ex-Séléka présent à Nairobi, a inscrit cette rencontre dans le cadre du forum de Bangui. « C’est pour préparer le forum de Bangui que nous nous sommes réunis. Il est question de poser les bases et de mieux préparer le grand rendez-vous de Bangui. Pour nous, c’est la recherche de la paix qui nous anime ».

 

Au moment où les pourparlers entre groupes armés se poursuivent à Nairobi, les autorités centrafricaines continuent les tractations pour la nomination des membres de la commission préparatoire du forum de Bangui. Une concertation y relative s’est tenue ce jour au palais de la renaissance./

 

Sylvestre Sokambi


http://www.rjdh-rca.net/actulites/actualite/centrafrique-bangui-les-forces-vives-de-la-nation-condamnent-la-reunion-de-nairobi.html#ftRczvulsxIuutHW.99

 

 

NDLR : La participation à cette rencontre de Nairobi de Joachim Kokaté qui, jusqu'à preuve du contraire fait partie du cabinet de la primature pour le compte des anti-balakas,  nécessite pour le moins quelques explications de la part du gouvernement de transition.

Bangui : Les forces vives de la nation condamnent la réunion de Nairobi

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com