Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 18:42

 


 

Bangui, 05 janvier 2015 (RJDH) —Les avocats centrafricains composant le Conseil de Abdel Kader Baba-Laddé se disent désagréablement surpris par l’extradition de leur client au Tchad. Ils promettent de se concerter avant de donner une suite à toute éventuelle réaction. Il s'agit des Me Paul Yakola et Ndakala qui ont publiquement réagi ce jour par rapport à l’extradition de Baba-Laddé au Tchad.

 

Pour Me Raymond Ndakala, l’extradition de Baba-Laddé ne respecte par les règles de l’art. « Nous, son Conseil n’avons pas été informés du projet de son extradition au Tchad. Il est rapatrié le vendredi, alors nous l’avons appris le lendemain comme tout centrafricain lambda», s’indigne-t-il, tout en reconnaissant que l’appartenance de Baba-Laddé à l’Etat tchadien ne devait pas en principe empêcher la Centrafrique à l’extrader.

 

Me Paul Yakola, se penche quant à lui sur l’aspect juridique de la question. « L’extradition est toujours l’œuvre d’un acte juridique. Nous ne savons pas si un décret a été pris dans ce sens. Il n’est pas interdit d’extrader, mais seulement la procédure en la matière doit être respectée. Nous considérons cela comme de la violation des droits de la défense. Nos juridictions sont bien compétentes pour juger Baba-Laddé, mais nous ne comprenons pas cette décision. C’est de la déception », s’est-il indigné.

 

Le conseil a promis réagir dans les prochains jours après avoir procédé à des consultations et à des investigations. « Nous sommes en concertation et nous chercherons à voir si effectivement un acte administratif d’extradition a été pris dans le cas d’espèce. Cela déterminera la voie de recours à emprunter et la probable réaction que nous pouvons avoir ».

 

Une réaction officielle n’est toujours pas faite sur l’extradition de Baba-Laddé au Tchad.

 

Baba-Laddé a été arrêté le 8 décembre dans les environs de Kabo puis transféré à Bangui le 11 du même mois. Après l’expiration du délai de son garde-a-vu, il a été présenté à un juge d’instruction le 26 décembre 2014. L’action publique était en mouvement lorsque son extradition est intervenue le vendredi 02 janvier dernier./

 

Naim-Kaélin ZAMANE

Bangui : Le Conseil de Baba-Laddé désapprouve son extradition au Tchad

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com