Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 17:41

 

 

 

APA -Arusha (Tanzanie) – 2015-01-08 14:47:36  L'organisation Amnesty International demande que le chef rebelle ougandais Dominic Ongwen, actuellement entre les mains de militaires américains en Afrique, selon des sources concordantes, soit remis dans les brefs délais à la Cour pénale internationale (CPI).


L'Ougandais fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI datant de 2005 pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans le nord de son pays.

''À la suite d'informations selon lesquelles Dominic Ongwen s'est rendu aux forces armées des États-Unis, Amnesty International demande qu'il soit remis dans les plus brefs délais à la Cour pénale internationale (CPI) aux fins de jugement'', écrit l'organisation dans un communiqué. Reçu à APA.


‘'Depuis presque 10 ans, les habitants du nord de l'Ouganda attendent que les mandats émis par la CPI contre les dirigeants de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) soient exécutés‘', rappelle Amnesty.


Sont également visés par des mandats d'arrêt de la CPI, le chef de la LRA, Joseph Kony et ses autres lieutenants, Vincent Otti et Okot Odhiambo.


Ongwen aurait été enlevé par la LRA à l'âge de 10 ans alors qu'il se rendait à l'école. Il a ensuite rapidement gravi les échelons de la hiérarchie du groupe armé.

Selon des informations non encore confirmées ni par l'Ouganda, ni par la CPI, Vincent Otti aurait été tué en 2007 sur ordre de Joseph Kony, tandis qu'Okot Odhiambo aurait trouvé la mort fin 2013 lors de combats entre la LRA et l'armée ougandaise sur le territoire centrafricain.


Les forces américaines soutiennent depuis 2011 les unités militaires régionales dans leur tentative de capturer Joseph Kony afin de le traduire devant la CPI.


Depuis quelques années, la LRA est aussi active en République démocratique du Congo (RDC), en Centrafrique et au Soudan du Sud.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=813944#sthash.7DhpWU2a.dpuf 

 

 

Capture de Dominic Ongwen, l'un chef de la LRA: les versions divergent

 

Par 08-01-2015 à 04:43

 

Après l’annonce de la reddition en Centrafrique de l’un des chefs de la LRA, on en sait un peu plus. Dominic Ongwen est aux mains des forces spéciales américaines et il est désormais détenu à Obo dans le sud-est de la RCA, selon une source militaire ougandaise. Mais pour les rebelles ex-Seleka, le bras droit de Joseph Kony ne s'est pas rendu. Il a été capturé à la suite de combats.

 

Des éléments ex-Seleka affirment avoir capturé Dominic Ongwen le 3 janvier dans la périphérie de Sam Ouanja lors de combats, qui toujours selon les mêmes sources ont fait trois morts du côté de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

 

Les forces américaines avaient diffusé la photo d'Ongwen, ce qui a permis au général ex-Seleka Djouma Alanta de l'identifier. Joint par RFI, ce dernier assure avoir alerté les Américains dès le lendemain, ce que confirme le maire de la localité.

 

Le lundi 5 janvier, deux hélicoptères américains sont arrivés sur zone, l'un a débarqué neuf soldats, tandis que l'autre est resté dans les airs pour surveiller l'opération. L'aide de camp du général assure que le chef Ongwen l'a supplié de ne pas le remettre aux forces américaines. Toujours de source ex-Seleka, il a été transféré du camp militaire de Sam Ouanja à l'aéroport, où l'hélicoptère était posé. C'est sur cet aéroport qu'il a été livré.

 

Les ex-Seleka sont déçus que Washington n'ait pas publiquement reconnu leur rôle dans la capture et la livraison de l'un des bras droits de Joseph Kony et l'un des quatre responsables LRA encore visé par un mandat de la CPI pour crimes contre l'humanité.

Amnesty pour la remise à la CPI du rebelle ougandais Dominic Ongwen

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com