Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 13:13

 

 

 

Bangui, 14 déc (CAP) – On apprend de source officielle l’extradition hier samedi vers la Belgique du mercenaire belgo-congolais François Toussaint qui oeuvrait aux côtés et pour le compte du chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, aussi paradoxal que cela puisse être, actuellement ministre de la jeunesse et des sports et non moins commandant du mouvement politico-militaire Révolution-Justice.

 

François Toussaint qui est condamné par contumace en Belgique pour « assassinat », avait été arrêté en juillet dernier dans la région de Bouar et détenu à la maison d’arrêt de Ngaragba à Bangui. Il a aussi  pris une part active à la dernière mutinerie des détenus de la prison du mois de novembre, essentiellement due aux anti-balakas pour la plupart et au cours de laquelle plusieurs kalachnikovs (plus d’une dizaine et des grenades) entreposés dans le bureau du régisseur de la prison, ont été récupérés par les insurgés.

 

Rien ne peut justifier la présence dans le gouvernement centrafricain actuel, fût-il de transition, d’un chef rebelle qui a eu officiellement et publiquement recours aux services d’un mercenaire étranger, assassin de surcroît dans son propre pays. Au-delà du fait qu’une telle situation soit politiquement inadmissible, elle est aussi surtout moralement intolérable.

 

On peut aussi étendre ces considérations éthiques à la création de partis politiques dont l’annonce est faite quasiment chaque semaine par certains leaders Séléka et anti-balakas aux mains manifestement souillées de sang, dans le seul but de tenter d’échapper à la justice et pour essayer de prendre part aux élections qui se profilent à l’horizon.  

 

François Toussaint, le mercenaire belge condamné à perpète en Belgique est en prison à... Bangui!

 

http://www.sudinfo.be  Mercredi 26 Novembre 2014 à

 

Le 23 janvier dernier, François Toussaint écopait de la peine de perpétuité pour le meurtre de Manuel Maroquin. Io avait avoué l’avoir tué de deux coups de fusil. Dans la tête. Ce mercenaire n’était pas là pour entendre son jugement. Enfui en Afrique depuis 6 ans, il est aujourd’hui en... prison à Bangui, en République Centrafricaine. Il devrait être extradé en Belgique.

 

François Toussaint (49 ans) a été champion du monde de kung-fu (en Chine) et il a enseigné l’art du tir à de nombreux policiers dans le monde. Il a même suivi une formation au... FBI. Parmi ses professions, il cite encore celle d’instructeur en organisation, planning et stratégies militaire et commerciale. Il a aussi été garde du corps, il prétend avoir été celui de Patrick Bruel.

 

Le 23 janvier, cet homme qui est aussi mercenaire à ses temps perdus faisait défaut lors du procès en cour d’assises de Liège. On y jugeait l’assassinat de Manuel Maroquin en mars 2005. En conflit avec un autre homme, ce dernier avait été tué de deux balles en quittant son domicile de Xhendremael. Toussaint - qui était employé par cet autre homme pour « assurer sa protection » - avait avoué avoir été l’auteur des coups de feu. Il avait été aidé par des complices.

 

Pour ces faits, Toussaint a écopé de la perpétuité... mais il n’était pas là pour entendre la sentence. Sentant que le vent tournait et profitant d’une sortie de prison, l’homme avait pris la poudre d’escampette en 2006.

 

Il est aujourd’hui détenu à la prison de Ngaragba à Bangui qui, lundi, essuyait une mutinerie ! Il devrait être extradé vers la Belgique. Mais rien n’est moins sûr !

 

 

 

CENTRAFRIQUE : UN MERCENAIRE BELGE, CHEF DES MUTINS A LA PRISON DE NGARAGBA.

 

Pendant la mutinerie à la prison de Ngaragba, un homme blanc tres dangereux était à la manœuvre.Il s’agit de François Toussaint (aussi connu sous les noms de David Ngoy et de Kalonda Omanyama), né à Lodja, dans la province du Kasaï-Oriental (centre de la RD Congo) en 1965, est un parfait inconnu de la barbouzerie.

 

Entre novembre 2013 et février 2014, cet homme était conseiller militaire de Révolution et Justice, un éphémère mouvement armé fondé en octobre 2013 par un capitaine des Forces armées centrafricaines (Faca), Armel Sayo aujourd’hui ministre de la République.

 

Né au Congo, François Toussaint est un mercenaire belge qui a fini par refaire surface à Bangui. Un parcours improbable qui lui a valu d’être épinglé par l’ONU.


Condamné le 23 janvier à la prison à perpétuité́ pour homicide par la justice belge, François Toussaint, qui se targue d’avoir été cham- pion du monde de kung-fu et l’ex-garde du corps du chanteur français Patrick Bruel, a été arrété par la force africaine Misca, le 7 juillet, à Bouar.Il croupissait à la prison de Ngaragba en attente de son extradition vers la Belgique, où il doit purger sa peine.

 

Parmi les mutins de la prison de Ngaragba ce mercenaire belge François Toussaint, alias « General Ngoy » a joué un rôle stratégique dans la résistance et les plans d’évasion.


L’histoire de ce mercenaire est atypique. Depuis les faits qui lui sont reprochés dans son pays, Toussaint prend la poudre d’escampette. Il séjourne dans plusieurs pays d’Afrique (Gabon, Burundi et RD Congo). À chaque fois, il s’y rend en tant que travailleur humanitaire. Une couverture. Au Congo, il dit travailler avec une association de lutte contre les viols dans l’Est, mais Kinshasa l’accuse d’avoir entraîné des Maï-Maï dans le Sud-Kivu. Toussaint est arrêté en janvier 2009 avant d’être libéré grâce à la mobilisation d’organisations de défense des droits de l’homme…


Il disparaît ensuite des radars. Dans une vidéo de propagande de Révolution et Justice publiée en décembre 2013, on découvre un homme légèrement bedonnant tout de noir vêtu, talkie-walkie à la main. Toussaint y écoute religieusement le discours prononcé par Armel Sayo devant plusieurs centaines de recrues.


Sa première rencontre avec le militaire centrafricain a lieu au Gabon, en marge de la signature de l’accord de Libreville. Nous sommes en janvier 2013, les rebelles de la Séléka viennent de forcer François Bozizé à s’asseoir à la table des négociations après une offensive éclaire. Ils prendront le pouvoir deux mois plus tard.


Toussaint rejoint alors Sayo au Cameroun avant de pénétrer en territoire centrafricain en novembre de la même année et de mettre en place un camp d’entraînement dans la région de Paoua (Nord-Ouest). Les deux hommes partagent la même conviction : la Centrafrique est désormais sous la coupe de jihadistes. S’ils n’interviennent pas, le pays sera bientôt menacé par Boko Haram. Leurs ennemis : les Peuls et la Séléka.

 

Le discours fait mouche, Révolution et Justice parvenant à recruter plus d’un millier d’hommes, principalement des jeunes du coin. Sous la houlette du charismatique Sayo, autant gourou que chef de guerre, et grâce à la tactique militaire de Toussaint, le groupe prend possession de quelques localités du Nord-Ouest. Mais cela ne suffit pas. Sans source de revenu ni moyen de financement, le groupe se divise et bat en retraite en janvier 2014. La collaboration entre les deux hommes s’arrêtera un peu plus tard, après un énième désaccord. Entre-temps, 

 

L’homme est depuis détenu dans la très perméable prison de Ngaragba, à Bangui, et devrait bientôt être extradé vers la Belgique. Signataire de l’accord de Brazzaville, Sayo a, lui, été nommé ministre de la Jeunesse et des Sports le 22 août.


Les mauvaises langues rapportent que cette mutinerie a été un scenario monté par le Ministre Armel Sayo pour aider son célèbre ami à s’évader. Selon nos informations, des complices dépêchés à Zongo (localité de Rdc en face de la prison) l’attendaient déjà depuis des jours afin de le conduire vers une planque sure.

 

Pourquoi les autorités ont-elles caché l’existence de Toussaint dans cette prison ? Pourquoi ne pas remettre ce dangereux personnage à la justice belge ? Qui a intérêt à ce que Toussaint ne soit pas extradé ? L’enquête ouverte par le parquet pourra t-elle aboutir un jour?


QUI VIVRA ENCORE VERRA


Bangui, le 03 Décembre 2014


Par Joseph LARABO

 

 

(Armel Sayo et François Toussaint, ici en noir sur la seconde photo, passant en revue les éléments de la rébellion Révolution-Justice dans le maquis vers Paoua)

RCA : Le mercenaire belgo-congolais François Toussaint a été extradé de Bangui
RCA : Le mercenaire belgo-congolais François Toussaint a été extradé de Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com