Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:13

 

 

 

 

http://gabonreview.com   par Désiré-Clitandre Dzonteu mercredi 03 décembre 2014 à 4:41

 

Le Mausolée dédié au défunt président de la République gabonaise a été présenté  le 2 décembre courant à Franceville.

 

Franceville a  connu, deux jours durant, une ambiance digne des grands moments du pays. Alors qu’on annonçait une inauguration, le président de la République, le Premier ministre et l’ensemble du gouvernement se sont rendus dans la capitale provinciale du Haut-Ogooué pour la présentation officielle du Mausolée Omar Bongo Ondimba.

 

Bâti sur 6 500 m², ce monument dispose d’une mosquée, d’une église, d’une bibliothèque et d’un musée où seront présentés certains objets personnels de l’ancien président, parmi lesquels le collier qu’il a arboré le 2 décembre 1967 lorsqu’il accédait à la magistrature suprême. «Un espace d’histoire et de culture», a déclaré l’architecte arabe, Chafik Kabbaj. Construit selon celui-ci avec des caractères revisités et épurés, il «magnifie et immortalise l’œuvre d’Omar Bongo», a indiqué le maire de Franceville Roger Ayouma.

 

Le Premier ministre a souligné que les travaux de ce chantier ne sont ni arrêtés ni interrompus, précisant que l’édifice est réalisé grâce aux fonds alloués par le président de la République, les amis et donateurs. «Il n’y a pas eu de financement de l’extérieur, encore moins une inscription au budget de l’Etat. Le président de la République a dû interrompre les travaux de sa résidence pour accélérer les travaux du mausolée», a-t-il déclaré, s’offusquant de ce que certains collaborateurs de l’ancien président aient dilapidé son héritage politique. C’est en ce sens qu’il a appelé au respect des valeurs défendus par Omar Bongo Ondimba, notamment la paix, la tolérance, le dialogue et le partage.

 

Pascaline Mferri Bongo, l’aînée de la progéniture d’Omar Bongo Ondimba a rappelé les valeurs intrinsèques qui ont guidé l’ancien chef de l’Etat. Il s’agit du courage, du sens du rassemblement et du consensus, entre autres. Ce faisant, elle n’a pu retenir ses larmes. Comme elle, Michel Essongué s’est remémoré des années passées auprès d’Omar Bongo Ondimba. L’ancien ministre a tenu à insister sur la mobilisation de la communauté nationale et internationale et les hommages consécutifs à son décès. Puis, il est revenu sur certaines de ses réalisations, s’agissant notamment d’électrification ou des transports. Pour lui, Omar Bongo Ondimba a été «africain et citoyen du monde». Raison pour laquelle il a indiqué que «ne meurt que ceux dont on ne se souvient plus». Comme une pique aux anciens collaborateurs d’Omar Bongo Ondimba passés à l’opposition, il a lancé: «la jeunesse actuelle nous suit. Elle sait que nous fûmes tous un jour bongoïste. Bongoïste pour toujours».

 

Enfin, un culte a été dit par les responsables de toutes les obédiences religieuses au Gabon. Les mots «paix, dialogue, pardon» ont caractérisé cette messe qui était précédée par deux séries de décorations. L’une par le Premier ministre et l’autre par le Président de la République. Parmi les décorés, Michel Essongué, Pascaline Mferri Bongo, Maixent Accrombessi.

 

La date de cette présentation n’a pas été choisie au hasard puisque, s’il s’est éteint le 8 juin 2009, Omar Bongo Ondimba a accédé au pouvoir le 2 décembre 1967. On ne peut, dès lors, que s’étonner de ce que ce soit au dernier moment que les ouvriers aient été mis à contribution pour couper l’herbe sur l’artère principale menant au centre-ville où elle avait atteint, à certains endroits, le mètre cinquante. «Il a fallu qu’on annonce l’arrivée du président de la République à Franceville pour que les gens constatent que la ville est sale. On les a élus pour quoi faire ?», s’est interrogée une hôtesse notant en outre qu’avec «l’ancienne équipe municipale, la ville était toujours propre».

 

Si l’on doit faire remarquer l’absence de personnalités réputées proches d’Omar Bongo Ondimba, notamment Zacharie Myboto, Paul Toungui, Jean Ping, Casimir Oyé Mba, Jean Eyéghé Ndong, Jean-François Ntoutoume-Emane, Léon Mebiame, Paulin Obame Nguéma, Jacques Adiahénot, Simplice Guédet Manzela, on ne manquera pas de souligner que l’initiative du mausolée Omar Bongo Ondimba est l’œuvre de la Fondation Omar Bongo Ondimba. Elle s’attèle désormais à la défense de l’œuvre et de la mémoire d’Omar Bongo Ondimba.

Lu pour vous : Le Mausolée Omar Bongo Ondimba officiellement présenté
Lu pour vous : Le Mausolée Omar Bongo Ondimba officiellement présenté
Lu pour vous : Le Mausolée Omar Bongo Ondimba officiellement présenté
Lu pour vous : Le Mausolée Omar Bongo Ondimba officiellement présenté

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com